Laurent Binet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Binet.
Laurent Binet
Description de cette image, également commentée ci-après
Laurent Binet en 2010
Naissance (45 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français

Œuvres principales

Signature de Laurent Binet

Laurent Binet, né le à Paris, est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Laurent Binet a fait ses études à Paris. Il écrit en 2000 un récit d'inspiration surréaliste, Forces et Faiblesses de nos muqueuses (éd. Le Manuscrit). En 2004, il publie La Vie professionnelle de Laurent B.[1] (éd. Little Big Man) qui témoigne de son expérience d'enseignant dans le secondaire à Paris et en région parisienne[2].

En 2010, il publie le roman historique HHhH (acronyme pour Himmlers Hirn heißt Heydrich, signifiant en allemand le cerveau d'Himmler s'appelle Heydrich) aux éditions Grasset. Il raconte la véritable histoire de « l'Opération Anthropoid », au cours de laquelle deux résistants tchécoslovaques furent envoyés par Londres pour assassiner Reinhard Heydrich, chef de la Gestapo et des services secrets nazis. Réflexion sur la fiction romanesque et son articulation problématique à la vérité historique, le livre est remarqué par la presse dès sa sortie en janvier 2010. Il écrit : « J'espère simplement que derrière l'épaisse couche réfléchissante d'idéalisation que je vais appliquer à cette histoire fabuleuse, le miroir sans tain de la réalité historique se laissera encore traverser. » Il obtient le prix Goncourt du premier roman le [3] et le Prix des lecteurs du Livre de poche 2011[4]. Vendu en France à 250 000 exemplaires, mais aussi à 40 000 en Espagne, 12 000 en République tchèque ou encore 150 000 aux Pays-Bas et en Angleterre[réf. souhaitée], chaudement recommandé par plusieurs écrivains à l'instar de Mario Vargas Llosa[5], Bret Easton Ellis et Martin Amis[6], HHhH a été traduit en quarante langues[7]. Il est sur la liste des cent livres remarquables du New York Times en 2012[8].

Agrégé de lettres modernes, Laurent Binet a enseigné dans le secondaire en Seine-Saint-Denis pendant dix ans. Il a participé notamment à la mise en place de la convention ZEP-Sciences Po. Il a également été chargé de cours à l'Université Paris VIII, l'Université Paris III et l'Université Paris VII-Denis Diderot. Avant d'enseigner en France, il a dispensé des cours de français à l'académie militaire de l'air Général Milan Rastislav Štefánik de Košice en Slovaquie. Musicien, il a été également chanteur-compositeur du groupe Stalingrad.

Il publie La Septième Fonction du langage à la rentrée littéraire 2015, un roman imaginant un complot autour de la mort de Roland Barthes qui reçoit le prix du roman Fnac et le prix Interallié[9]. Le roman s'est vendu à près de 200 000 exemplaires en France. Il est traduit dans une trentaine de langues.

Prises de position politiques[modifier | modifier le code]

En contact avec Valérie Trierweiler qui lui avait consacré un article dans Paris Match du 16 octobre 2010 où elle le qualifiait de « beau gosse agrégé de lettres », il chronique la campagne présidentielle de François Hollande. Le récit de la campagne, intitulé Rien ne se passe comme prévu sort le . Laurent Binet y indique notamment qu’après avoir été tenté par le vote Mélenchon, il a fini par voter François Hollande dès le premier tour. À sa sortie, le journaliste Jérôme Dupuis indique dans L'Express que « le candidat normal a suscité un livre normal »[10]. D'après L'Express du 21 décembre 2012, le livre n'a pas eu le succès escompté et s'est vendu à 23 000 exemplaires seulement.

En juillet 2014, il attaque violemment le gouvernement de François Hollande dans une tribune intitulée « Plaisir de trahir, joie de décevoir »[11].

Lors de la présidentielle de 2017, il suggère à Benoit Hamon de se désister en faveur de Jean-Luc Mélenchon au lendemain de sa victoire contre Manuel Valls à la primaire du PS[12]. Il lit deux poèmes de Neruda à la tribune lors du rassemblement du 18 mars à République organisé par la France Insoumise[13].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir la critique de La Vie Professionnelle de Laurent B. sur Libération
  2. Ce livre lui vaudra une poursuite en diffamation. Émission Sur Les Docks, de Jean Lebrun, autour de cet ouvrage sur France Culture et lire quelques extraits
  3. « Le prix Goncourt du premier roman attribué à Laurent Binet pour HHhH », sur Le Monde, (consulté le 27 août 2012)
  4. Cecile Mazin, « Laurent Binet, prix Livre de poche 2011, avec HHhH », sur ActuaLitté, (consulté le 4 octobre 2011)
  5. (es) Mario Vargas Llosa, « El carnicero de Praga », sur elpais.com, (consulté le 4 septembre 2017).
  6. « Mais bien sûr que si, les livres français se vendent à l’étranger ! », sur nouvelobs.com, (consulté le 4 septembre 2017).
  7. « Laurent Binet « Bret Easton Ellis, en fait, c'est du Shakespeare » », sur vanityfair.fr, (consulté le 4 septembre 2017).
  8. (en-US) « 100 Notable Books of 2012 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  9. « Le prix Interallié attribué à Laurent Binet », sur lemonde.fr, (consulté le 4 septembre 2017).
  10. Jérôme Dupuis, « Un Laurent Binet normal pour décrire François Hollande », sur lexpress.fr, (consulté le 4 septembre 2017).
  11. « François Hollande ? "Plaisir de trahir, joie de décevoir" », L'Obs, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne).
  12. Laurent Binet (écrivain), « Laurent Binet : ‘’Une vraie gauche pourrait accéder au pouvoir’’ », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  13. « Mélenchon : ‘’Ceci est une manifestation politique, une insurrection citoyenne’’ », Libération.fr, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne).
  14. Grégoire Leménager, « Hollande m'a séduit : c'est son métier. », sur Le Nouvel Observateur, (consulté le 2 septembre 2012).
  15. Grégoire Leménager, « Laurent Binet, prix du Roman Fnac 2015 », sur Bibliobs, (consulté le 2 septembre 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]