La Vinzelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La Vinzelle
Image dans Infobox.
La Vinzelle (vue générale).
Géographie
Pays
Division territoriale française
Arrondissement français
Région
Commune française
Département
Coordonnées
Fonctionnement
Statut

La Vinzelle est un hameau de l’Aveyron, administrativement rattaché à la commune de Grand-Vabre.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Panorama sur le Lot depuis La Vinzelle.

La Vinzelle, village pittoresque perché sur un éperon rocheux, situé sur la vallée du Lot, en Aveyron près de Conques.

Ce petit hameau sur la vallée du Lot, près de Conques, est rattaché à la commune de Grand-Vabre.

En période hivernale, douze habitants maintiennent la vie du village. Grâce à eux et à l'Association des amis de La Vinzelle, le village a su garder son authenticité et son charme. 

Toponymie[modifier | modifier le code]

Vinzelle proviendrait de vinum (vin) et de cella (cave), d'où vincella en bas latin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce hameau de la commune de Grand-Vabre dans l'Aveyron était une importante place forte du Rouergue à la frontière de l'Auvergne et avait au XVIIIe siècle pour co-seigneurs le prince de Monaco et le commandeur Hospitalier de Narbonne.

La Vinzelle se situait sur une voie de pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle. L’une des portes d’accès de Conques porte d’ailleurs son nom.

Le village était autrefois important, et possédait un château, disparu au XVIe siècle lors des Guerres de religion.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Roch.
  • Château de Selves
  • L’église Saint-Clair et Saint-Roch de La Vinzelle, certaine parties de l'église datent du XIe siècle. À l'entrée se trouve une statue de Saint-Roch de la fin du XIXe siècle du sculpteur ruthénois François Mahoux (Rodez 22 juillet 1835 - Rodez 4 avril 1901)[1].
  • La fontaine Saint-Clair est censée avoir des propriétés curatives.
  • Le village possède une cloche de 1 250 kg, fondue à Rodez et offerte en 1870 par un paroissien, Jean Ouillades. D’abord installée dans le clocher de l’église, elle était si bruyante qu’elle dut être déplacée et qu’un clocher indépendant dut être construit spécialement pour elle. Elle avait la réputation d’éloigner les orages.
  • Maisons traditionnelles aux toits de lauzes.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

  • Le poète et romancier occitan Henri Mouly (1896-1981), membre fondateur (1922) de la société littéraire Lo Grelh Roergàs, a enseigné à La Vinzelle, en remplacement de l’instituteur du village, mort de la grippe espagnole. Une plaque commémorative située à l’école rappelle son passage.
  • Son fils, Charles Mouly (1919-2009), est né à La Vinzelle. Ce fut un célèbre humoriste occitan, créateur de Catinou et Jacouti.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Village fleuri particulièrement pittoresque, avec un beau point de vue sur le Lot, La Vinzelle, bien que moins connue que sa voisine Conques, accueille un grand nombre de visiteurs chaque année, notamment des randonneurs.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé C. Nicolas, « Histoire des grands prieurs et du prieuré de Saint-Gilles faisant suite au manuscrit de Jean Raybaud 1751-1806 : tome III », Mémoires de l'Académie de Nîmes, t. XXIX,‎ , p. 1-128, lire en ligne sur Gallica
  • Emmanuel-Ferdinand de Grasset, Essai sur le grand prieuré de Saint-Gilles de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, suivi du catalogue des chevaliers, chapelains, diacots, donats et servants d'armes de la vénérable langue de Provence, dressé sur les titres originaux, Paris, (lire en ligne)
  • Abbé Sabarthès, « La commanderie de Narbonne: Ordre de Malte », Mémoires de la Société des arts et des sciences de Carcassonne, t. VII,‎ 1894-1895, lire en ligne sur Gallica
    La Vinzelle dite aussi Hôpital Saint-Jean de la Vinzelle était un membre de la commanderie hospitalière de Narbonne au sein du grand prieuré de Saint-Gilles et de la langue de Provence.
  • P. Cassagnes, « Hôpital Saint-Jean dans la région de Saint-Parthem », Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron: 1894-1899, t. XV,‎ , p. 108-124, lire en ligne sur Gallica

Références[modifier | modifier le code]

  1. Trait d'union, journal paroissial n° 19, juillet 2020, R. Delbruel 25 rue Clemenceau, Decazeville

Voir aussi[modifier | modifier le code]