Manufacture Bohin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La Manufacture Bohin)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Manufacture (homonymie).
La Manufacture Bohin
1-vue générale des bâtiments.JPG

La façade historique de l’entreprise

Présentation
Type
Propriétaire
Société privée
Statut patrimonial
Site web
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Les HaiesVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de l’Orne
voir sur la carte de l’Orne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La Manufacture Bohin est un site industriel situé sur la commune de Saint-Sulpice-sur-Risle, dans le Pays d'Ouche, dans le département de l'Orne en région Normandie. Cette manufacture regroupe l'usine de fabrication d'aiguilles[note 1] et d'épingles[note 2] de Bohin France, mais la partie muséographique présente aussi l’entreprise dans le cadre plus large du patrimoine immatériel, à travers les savoir-faire des « artisans de la perfection » de l'ensemble de la région, comme la dentelle d'Alençon inscrite par l'UNESCO sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bohin France.

Avant 1833, Pierre-Noël Bohin, père de Benjamin, est fabricant d’objets en fer et bois à L’Aigle. En 1833, Benjamin Bohin crée l’entreprise Bohin.

L’usine de Saint-Sulpice-sur-Risle (siège social actuel) est achetée en 1866. Elle comprenait à l'époque une fonderie, une tréfilerie de cuivre, une épinglerie et une aiguillerie. Reconstruite en grande partie vers 1880 par Benjamin Bohin, la tréfilerie d'aiguilles et d'épingles avait pris sa véritable dimension industrielle à partir de 1856.

L’usine de Bouviers (agrafes et aiguilles phone), où s’est installée la sculptrice Fanny Ferré, est achetée en 1893.

Un projet de musée dans l'usine est initié dans les années 2000 et aboutit en 2014, avec la collaboration des ouvriers de l'usine[2].

Cet ensemble industriel, qui n’a jamais cessé d’être en activité, est partiellement inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du 2 octobre 1995 (façades et toitures de certains ateliers de fabrication, de la chaufferie, du bureau et de la conciergerie)[3],[4], [5], [6], [7].

Musée[modifier | modifier le code]

Entrée de la manufacture
Intérieur du musée avec des machines

En 2010, le Président de la société, conscient de la richesse du patrimoine industriel de Bohin a vendu à la communauté de communes des Pays de L'Aigle et de la Marche des bâtiments de stockage[note 3] en vue de développer un musée[8].

La maîtrise d'œuvre de la restauration des bâtiments affectés à l'espace muséographique a été assurée par l'architecte Jean-Marie Mandon[9], le scénographe François Confino (qui s’est illustré dans la réalisation de l’exposition universelle de Shanghaï, dans le musée Charlie Chaplin de Suisse ou encore la Cité automobile de Turin[10]…) se chargeant du parcours intérieur[11].

La production reste cependant l’activité première du site[11] : le visiteur peut découvrir les ateliers de production avec des machines en fonctionnement — pour certaines datant du XIXe siècle[12] — grâce à un passage aménagé et protégé par un garde-corps, à quelques mètres des ouvriers[2].

Les concepteurs de la partie muséographique ont tenu à replacer la manufacture dans son environnement industriel historique de l’Aigle et à la fabrication d'aiguilles en Normandie[13],[14], mais la muséographie nous plonge aussi dans l’univers des entreprises d’exception et des savoir-faire qui relèvent du patrimoine immatériel : plisseur, fondeur de cloches, créatrice de fleurs artificielles en soie[15], dentelles, fils, produits métalliques, ciseaux Nogent[16], ainsi que des artistes (Enri Foucault, Debbie Smyth) et courants artistiques autour de la mercerie, la dentelle d’Alençon[17], [18].

La durée de la visite du musée (2 h 15)[19] permet de découvrir neuf parties : « La galerie des métiers », « La Normandie et le contexte industriel », « Le passage aux expressions », « La vallée de la Risle », « La saga Bohin », « Le cinéma », « Rêves de Pub », « Les pochettes surprises / Les fabrications Bohin » et « Les artisans de la perfection ».

La partie muséale de l'usine a été inaugurée le 28 février 2014[11] et a ouvert ses portes le 4 mars[12].

Coût des travaux (valeur mars 2014)[20],[12]
Plan de financement en euros
Fonds Friche : L’Établissement public foncier (EPF) de Normandie (EPFN)[21], Région Basse-Normandie, communauté de communes des Pays de L'Aigle et de la Marche (CdC) 1 374 000 €
Fonds Européens 420 260 €
État (Direction régionale des Affaires culturelles (DRAC), Fonds national d'aménagement et de développement du territoire (FNADT), Pôle d'excellence rurale (PER), FMM, Dotation d'équipement des territoires ruraux[22] (DETR) [23] 769 002 €
Fondation du patrimoine, grâce au mécénat de la Fondation Total 200 000 €
Région Basse-Normandie : Convention Territoriale et Pôle d'excellence rurale (PER)[24] 120 000 €
Département de l'Orne 200 000 €
Électricité Réseau Distribution France (ERDF) (Certificat d'économie d'énergie) 13 000 €
Participation de la Communauté de Communes sous forme d’emprunt et paiement d’un loyer par la société de gestion SEMB (Bail emphytéotique) 771 125 €
Coût total des travaux 3 867 387 €

Animation, expositions, manifestations[modifier | modifier le code]

  • Jeu-concours lors du salon L'Aiguille en Fête[25].
  • Journée « Portes ouvertes » une fois par an de l’atelier de sculptures Fanny Ferré[26].
  • Grand concours d'Art Textile Contemporain, organisé par France Patchwork. Artextures 8e édition 2016. Festival Normandie Impressionniste sur le thème "Trait Portrait" : exposition jusqu'au 10 avril 2016 de 53 œuvres autour du portrait de Benjamin Bohin. La Manufacture a été labellisée par le Festival Normandie Impressionniste et le thème 2016 étant celui du Portrait, le choix a été d’immortaliser le fondateur de l’entreprise : Benjamin Bohin[27].
  • Alexeïeff / Parker, montreurs d'ombres. Du 10 juin au 20 août 2017 cinéma d'animation en écrans d'épingles / en partenariat avec le Centre National du Cinéma

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Aiguille sur le Wiktionnaire. (Couture) Petite tige de métal fine, pointue à un bout et équipée d’un trou appelé chas à l’autre bout pour y passer un fil. Elle est utilisée pour coudre, pour broder, pour faire de la tapisserie, etc.
  2. Épingle sur le Wiktionnaire. Petite tige de métal (laiton, cuivre, fer, acier, etc.) terminée par une pointe à un bout et, de l’autre, par une tête
  3. Le Pays d'Ouche a d'ailleurs été labellisé dans le cadre de l'appel à projet lancé par l’État "Pôles d'Excellence Rurale". Intitulée "Mémoire industrielle et culture numérique pour un accueil d'excellence en vallée de la Risle"

Références[modifier | modifier le code]

  1. La Fondation Total a participé à la réhabilitation de l'usine BOHIN, unique fabriquant d'aiguilles à coudre en Europe. Au cœur du projet : l'opération de « réhabilitation/transformation » d'un des bâtiments inscrite au cœur du Pôle d'excellence rurale (PER), renforce le développement économique de la Vallée de la Risle via le tourisme industriel (article du « Comité d'information et de liaison pour l'archéologie, l'étude et la mise en valeur du patrimoine industriel (CILAC) »
  2. a et b « Bohin, du fil à l'aiguille », sur Le Point,
  3. « Usine Bohin », notice no PA00135530, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. « Tréfilerie », notice no IA00061033, base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. « Usine de quincaillerie, tréfilerie dite Etablissements Bohin », notice no IA00061155, base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. « Tréfilerie, Usine de quincaillerie », notice no IA00061154, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Laminoir, Usine de quincaillerie dite Usine de la Batterie », notice no IA00061114, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. [PDF]En 2010, le site Bohin appartenait en totalité à la SARL Bohin Immobilier. Celle-ci a vendu une partie de ses bâtiments à la communauté de communes du Pays de L'Aigle pour la création du musée de l’aiguille.
  9. Des pointures pour créer un musée de l’aiguille à L’Aigle
  10. Réalisations de l'Atelier François Confino
  11. a, b et c Basse-Normandie. Les aiguilles Bohin ouvrent leur chas au public
  12. a, b et c Manufacture Bohin : L'entreprise unique en France attend 30000 visiteurs annuels, le Réveil normand
  13. Direction de l'Inventaire général du patrimoine culturel : L'étude du patrimoine industriel de la Basse-Normandie ; Patrimoine industriel du Calvados, Caen et son arrondissement ; Patrimoine industriel du Calvados, Pays d'Auge ; Fiche de synthèse sur l'usine de quincaillerie Bohin et l'essor de l'industrie métallurgique dans l'Orne
  14. Autres temps – autres lieux : La division du travail, Adam Smith et les encyclopédistes observant la fabrication des épingles en Normandie, pages 35 à 51 – Gérer et comprendre, par Jean-Louis Peaucelle, Professeur – IAE Paris 1
  15. Voir : Fleur artificielle
  16. C’est dans le bassin de Nogent qu’un Français fabrique la première paire de ciseaux pour gaucher. Destinée à couper uniquement du papier, il faudra attendre une quarantaine d’années pour qu’un autre Français crée des ciseaux pour gaucher destinés cette fois aux tailleurs.
  17. Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers : Épinglier planche III, page 21:5:7. Sur le dessin des planches, on découvre des types d'outils encore utilisés dans l’usine Bohin de nos jours.
  18. L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, L'Encyclopédie et le travail humain Georges Friedmann, Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, année 1953, volume 8, numéro 1, p. 53-61.
  19. .Un surprenant parcours muséographique
  20. Dossier de presse de la Fondation du patrimoine à l’occasion de l’inauguration
  21. Inauguration de l'espace musée de la Manufacture Bohin
  22. Voir Finances locales : À la suite des lois de finances pour 2010 et pour 2011, la DDR et la DGE ont été fusionnées pour former la DETR (Dotation d'équipement des territoires ruraux).
  23. Thomas Beurey, « Une circulaire sur les modalités d'attribution de la DETR en 2013 », sur wikiterritorial.cnfpt.fr, (consulté le 23 décembre 2013)
  24. Le Pays d'Ouche labellisé "Pôle d'Excellence Rurale"
  25. "Salon L'Aiguille en Fête"
  26. En exposition permanente, dans la Manufacture Bohin, on peut admirer des sculptures Fanny Ferré. Les œuvres sont des réalisations en terre cuite à échelle humaine. Elles illustrent cinq disciplines et métiers qui ont besoin de l’aiguille pour exister
  27. Manifestation "Trait Portrait"
  28. Fiche de synthèse sur l'usine de quincaillerie Bohin et l'essor de l'industrie métallurgique dans l'Orne
  29. « Usine d'aiguilles de Mérouvel », notice no PA00110688, base Mérimée, ministère français de la Culture