La Clé des Ondes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Clé des Ondes
Description de l'image Clé des ondes.jpg.
Présentation
Pays France
Siège social Bordeaux
Slogan La radio qui se mouille pour qu'il fasse beau.
Langue Français
Statut Association loi de 1901
Site Web Site Web
Historique
Création 1981
Diffusion
AM  Non
FM  Oui
RDS  Oui
Numérique terrestre  Non
Streaming  Oui [1]
Podcasting  Oui

La Clé des Ondes est une radio associative non-commerciale, sans publicité, diffusant un programme « alternatif » sur l'ensemble de l'agglomération bordelaise.

Revendiquant l'esprit contestataire des premières radios libres, elle fait la part belle aux associations et collectifs proches de la gauche militante et pluraliste, à l'information de proximité et à la musique de tous horizons (Amérique latine, Espagne, Maghreb ou Afrique): jazz, blues, rock, chanson à texte[réf. nécessaire], chanson engagée, reggae, Ska, hip hop (rap politique), etc. ont leur place à l'antenne.

Elle émet en modulation de fréquence (FM) sur la fréquence 90,1 MHz et peut être reçue dans un rayon de vingt à vingt-cinq kilomètres autour de son émetteur principal, la diffusion en streaming sur internet permettant d'élargir son auditoire bien au-delà des limites de la métropole bordelaise.

Histoire[modifier | modifier le code]

La clé des ondes naît de la politique de libéralisation des ondes voulue par le président François Mitterrand en juillet 1981. Conçue comme une alternative aux radios commerciales périphériques par quatre bordelais (Marc, José, Annie et Mathias) désireux de partager une certaine conception de la « liberté des ondes », la nouvelle radio débute ses émissions depuis un studio de fortune aménagé sous les combles d'un appartement de la rue neuve à Bordeaux. Au mois d'août 1981, la clé des ondes peut officiellement faire ses débuts dans un paysage audiovisuel bordelais alors en pleine effervescence. Concevant la radio comme un moyen de mettre en avant les gens « ayant quelque chose à dire » et de « faire réfléchir » par le biais de l'humour (volontiers corrosif), de la poésie revendicative ou des « coups de gueule », la clé des ondes devient peu à peu l'unique média alternatif de l'agglomération, une position tranchée qui ne va pas parfois sans quelques grincements de dents.

Surnommée « La radio pas tranquille ! » dans la presse locale, elle poursuit sa « vocation » de radio post-soixante-huitarde, passant de cinq à cinquante-cinq animateurs entre 1981 et 1983. Sans complaisance envers les partis de gauche comme de droite, elle se fait porte-parole de nombreuses associations engagées (Secours populaire, Occitan, Planning familial, Association de soutien avec les travailleurs immigrés...) et n'hésite pas à diffuser des émissions bilingues en arabe en portugais ou en espagnol à destination des immigrés, auquel elle laisse librement la parole. Refusant volontairement la publicité à l'antenne, elle fonctionne sur la base des cotisations de ses membres (groupés en association) et de subventions ministérielles, préservant ainsi son indépendance éditoriale[1].

Description[modifier | modifier le code]

La politique éditoriale de la radio reste aujourd'hui encore fondée sur les mêmes valeurs (liberté d'expression, esprit revendicatif et « de gauche critique »), faisant de ce média un outil pour la gauche pluraliste dans le paysage audiovisuel bordelais. Partageant son temps d'antenne entre tribunes associatives, émissions d'actualités (Point Chaud), débats de société, libre-antenne à destination de catégories de la population marginalisées (prisonniers, notamment), elle laisse également une place importante à la chanson à texte, aux musiques métisses et à la diversité des cultures.

Le week-end, la clé des ondes émet partiellement en portugais et en espagnol à destination de la forte communauté hispanique et latino-américaine de la métropole bordelaise.

La musique à la Clé[modifier | modifier le code]

La Clé des Ondes se reconnait sur la bande FM par son programme musical de qualité et original ou se croisent et se mélangent des chansons à textes, du blues, du jazz, du rock, du reggae, du ska de la word music, etc. peu connu, non-commercial et de diverses générations..

[modifier | modifier le code]

Le personnage a été adapté du tableau d'Eugène Delacroix : "La Liberté guidant le peuple". Le gavroche tenant un pistolet a été remplacé par un micro.

Fréquences[modifier | modifier le code]

  • Diffuse aussi sur internet : ici

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]