La Bataille (roman de Rambaud)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille (homonymie).
Ne doit pas être confondu avec La Bataille (roman de Farrère).

La Bataille
Auteur Patrick Rambaud
Pays France
Genre roman
Éditeur Grasset
Date de parution
ISBN 9782246527213

La Bataille est un roman de Patrick Rambaud paru le qui a obtenu le Grand prix du roman de l'Académie française et le prix Goncourt la même année[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Le livre retrace, la bataille d'Essling, les 21 et . En mai 1809, près de Vienne, les armées de Napoléon attaquent les Autrichiens après avoir traversé le Danube sur leur pont de fortune. Ils sont obligés de se replier sur l'île Lobau. Les ponts sont détruits. Le maréchal Lannes est tué. Il s'agit d'un moment critique pour l'armée française, soumise aux canonnades autrichiennes. La passerelle sera bientôt rétablie, et avec de nouveaux renforts, Napoléon prévoit d'attaquer l'archiduc Charles d'Autriche en juillet dans la plaine de Wagram où il a installé ses troupes.

Le roman, tout en ajoutant quelques personnages secondaires de fiction, fourmille de personnages historiques plus ou moins connus : entre autres par exemple Stendhal, le médecin Dominique-Jean Larrey, les maréchaux Louis-Alexandre Berthier et André Masséna. Les intrigues secondaires s'entrecroisent avec l'histoire de la bataille, avec un très grand respect du détail[réf. nécessaire], conséquence d'un travail historique très sérieux[réf. nécessaire] de Patrick Rambaud.

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Éditions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]