Léontine Zanta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Léontine Zanta
Biographie
Naissance
Décès
Époque
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions
Liste détaillée
Officier des Palmes académiques ()
Prix Marcelin-Guérin (d) ()
Prix Sobrier-Arnould (d) ()
Prix de littérature spiritualiste ()
Chevalier de la Légion d'honneur ()
Prix Alice-Louis Barthou ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Léontine Zanta, née à Mâcon[1] le 14 février 1872, morte en 1942, est une enseignante, journaliste, romancière et conférencière française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de Léontine Zanta est professeur à Colmar quand éclata la Guerre de 1870[2]. Il se réfugie alors à Mâcon.

Léontine Zanta, licenciée ès lettres en 1898[3], a été, en 1914, la première femme docteur ès lettres-philosophie[4]. Elle a été journaliste à L'Écho de Paris[5], au Figaro[6], au Petit Journal[7] et appartint, de 1920 à 1942, au jury du Prix Femina[8].

Elle a rencontré Pierre Teilhard de Chardin dans le salon de la cousine de celui-ci, Marguerite Teilhard-Chambon. Dans une lettre, elle annonce à Teilhard la parution dans l'Écho de Paris du 20 novembre 1923 (en première page[9]) de son article « Les Équipes sociales féminines »[10]. Teilhard lui répond de Tien-Tsin le 25 janvier 1924 : « Vous avez raison de voir dans celles-ci un triomphe, de fait, pour le Féminisme ! C’est en s’imposant de la sorte que les femmes feront leur place dans la société. »[11]

Elle participe, en 1929, aux premiers États généraux du féminisme, organisés par le Conseil national des femmes françaises[12].

Publications[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Sainte Monique et son fils, la mère chrétienne, Plon, 1941
  • Sainte-Odile, Flammarion, 1931[13]
  • « Le féminisme : ses manifestations variées à travers les faits, les institutions, les tendances, les mouvements d'opinions », Semaines Sociales de France, 19e Session - Nancy 1927 : La femme dans la société, Gabalda, p. 67-86, 1928
  • La Part du feu, Plon et Nourrit, 1927, prix de littérature spiritualiste 1928
  • Psychologie du féminisme, préface de Paul Bourget, Plon, 1922[14] , [15]
  • La Science et l'amour. Journal d'une étudiante, Plon, 1921
  • La Doctrine d'Épictète stoïcien, comme l'homme se peut rendre vertueus, libre, heureus et sans passion, traduitte du grec en françois par André Rivaudeau, 1567 ; réédition : La Traduction française du Manuel d'Épictète d'André de Rivaudeau au XVIe siècle, introduction par Léontine Zanta, Paris, E. Champion, 1914 disponible sur Gallica.
  • La Renaissance du stoïcisme au XVIe siècle, thèse pour le doctorat ès lettres présentée à la faculté des Lettres de l'Université de Paris, Champion, 1914 ; réédition La Renaissance du stoïcisme au XVIe siècle, Slatkine, 1975

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Maleprade, Léontine Zanta : vertueuse aventurière du féminisme, Éditions Rive droite, 1997 (ISBN 978-2-84152-050-3)
  • Pierre Teilhard de Chardin, Lettres à Léontine Zanta, introduction par Robert Garric et Henri de Lubac, Desclée De Brouwer, 1965
  • Victor Giraud, « Stoïcisme et Christianisme au XVIe siècle », Écrivains et Soldats, Hachette, 1921, p. 5-12[16]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix Alice-Louis Barthou de l'Académie française, 1941[17]
  • Prix de la littérature spiritualiste, 1928[18]
  • Prix Sobrier-Arnould de l'Académie française, 1922[19]
  • Prix Marcelin Guérin de l'Académie française, 1917[20]
  • Chevalier de la Légion d'honneur, 1932[21]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annales de l’académie de Mâcon, t. 27, p. LXXXIII disponible sur Gallica
  2. Émile de Feuquières, « La philosophie compte en Mlle Zonta sa première doctoresse », Le Petit Parisien, 20 mai 1914, p. 2, avec une photo de Léontine Zanta disponible sur Gallica
  3. Émile de Feuquières, « La philosophie ... »,
  4. Samuel Rocheblave, « Mlle Zanta soutient sa thèse de philosophie en Sorbonne », Le Temps, 21 mai 1914, p. 3, article qui commence par « Quiconque veut suivre l'évolution du temps présent dans le domaine des idées traduites en actes significatifs, n'a qu'à regarder aux spectacles imprévus offerts en ce moment par La Sorbonne » disponible sur Gallica
  5. Toril Moi (en), Simone De Beauvoir: The Making of an Intellectual Woman, Oxford University Press, 2008, p. 284
  6. disponible sur Gallica
  7. disponible sur Gallica
  8. Le Figaro, 1er décembre 1937 qui publie une photo où figure Léontine Zanta disponible sur Gallica
  9. disponible sur Gallica
  10. Branche féminine, fondée en 1923 par Myriem Foncin, des Équipes sociales, créées en 1920 par Robert Garric
  11. Lettres à Léontine Zanta, p. 68
  12. CNFF, États généraux du féminisme, 14-15-16 février 1929, Paris, Impr. d'ouvriers sourds-muets, 1929, p. 235
  13. ouvrage consacré au pèlerinage du Mont Sainte-Odile et en particulier à l'Hortus deliciarum, dont le seul manuscrit avait été détruit dans un incendie, et dont en 1931 quelques feuillets avaient été retrouvés par Alexandre de Laborde disponible sur Gallica
  14. Ce texte avait été publié en feuilleton dans La Revue hebdomadaire en 1921 disponible sur Gallica
  15. Ouvrage présenté ainsi par Antoine Albalat dans le Journal des débats politiques et littéraires du 30 janvier 1923, p. 3 : « Féministe modérée et persuasive, Mme Zanta consacre un volume élégamment écrit et très convaincu, à plaider la cause des femmes. Ce qu'elle demande semble assez raisonnable. Elle voudrait que la femme eût sa place au soleil et qu'on prît au sérieux son intelligence, ses aptitudes, son effort et sa bonne volonté. […] Quand on a lu cette belle apologie de l'intelligence des femmes, on s'étonne qu'il n'y ait jamais eu chez elles ni grand sculpteur, ni grand musicien, ni grand peintre, ni grand philosophe, ni grand mathématicien, et que les femmes n'aient jamais rien inventé, pas même la machine à coudre. » disponible sur Gallica
  16. lire en ligne
  17. La Croix, 29 juin 1941, p. 3 disponible sur Gallica
  18. La Croix, 13 mai 1928, p. 2 disponible sur Gallica
  19. Annales de l’académie de Mâcon, t. 23, p. CXXXIII disponible sur Gallica
  20. La Croix, 17 juillet 1917, p. 8 disponible sur Gallica
  21. Le Temps, 8 mars 1932, p. 6 disponible sur Gallica

Liens externes[modifier | modifier le code]