L'Enlèvement de Michel Houellebecq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'Enlèvement de Michel Houellebecq
Réalisation Guillaume Nicloux
Scénario Guillaume Nicloux
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films du Worso, Arte France
Pays d’origine Drapeau de la France France
Durée 92 minutes
Première diffusion 2014

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Enlèvement de Michel Houellebecq est un téléfilm français réalisé par Guillaume Nicloux, diffusé en 2014.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'écrivain Michel Houellebecq a une vie calme et sans imprévus, il se promène dans son quartier et discute avec ses amis. Mais un jour trois hommes rentrent avec lui dans son immeuble, le ligotent et l'enlèvent. Perplexe sur les volontés de ses ravisseurs qui semblent eux-mêmes dans l'incertitude de leur entreprise, ils vont tous se retrouver hébergés chez un couple de retraités, dans une semi-captivité bon enfant et familiale où les sensibilités de chacun vont être mises au jour, le tout ponctué par les humeurs moroses et folkloriques du célèbre écrivain.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Le scénariste/réalisateur Guillaume Nicloux et l'acteur Michel Houellebecq durant la promotion du film.

Ce téléfilm a pour point de départ une mystérieuse disparition de Michel Houellebecq qui a réellement eu lieu en 2011[1]. Le réalisateur imagine ce qui se serait passé s'il avait été réellement enlevé.

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

D'après Télérama et Les Échos, Michel Houellebecq jouant son propre rôle est « hilarant »[2],[3]. Le récit qui s'installe constitue un syndrome de Stockholm, avec un contraste entre les ravisseurs peu cultivés et l'intellectuel désabusé.

Pour Arte, le film confronte l'univers de Houellebecq avec celui de ses ravisseurs, et dévoile un écrivain « drôle, sensible, caustique, en proie au doute, naïf, méchant, inquiet, intelligent, amoureux »[4].

Selon Libération, le film se laisse regarder « avec une certaine fascination », ne permettant pas de distinguer le vrai Michel Houellebecq de l'acteur qui joue son propre rôle[5].

Pour Le Nouvel Obs et les Inrocks, le film est intermédiaire entre fiction et documentaire[6], et constitue « un formidable portrait de l’écrivain fatigué de la vie »[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]