Koolasuchus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Koolasuchus cleelandi

Koolasuchus
Description de cette image, également commentée ci-après
Reconstitution d'un Koolasuchus dévorant un Leaellynasaura.
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Amphibia
Ordre  Temnospondyli
Sous-ordre  Stereospondyli
Super-famille  Brachyopoidea
Famille  Chigutisauridae

Genre

 Koolasuchus
Warren et al., 1997

Nom binominal

 Koolasuchus cleelandi
Warren et al., 1997

Koolasuchus est un genre éteint d'amphibiens temnospondyles. C'est un des plus grands amphibiens qui aient jamais vécu[1]. Il a été découvert dans l'état de Victoria, en Australie et a été daté d'il y a 120 Ma (millions d'années) au cours du Crétacé inférieur (Aptien). C'est le dernier temnospondyle connu à avoir vécu.

Une seule espèce est rattachée au genre : Koolasuchus cleelandi.

Description[modifier | modifier le code]

Dessin de Koolasuchus et comparaison de taille avec un humain.

Sa taille a été estimée à entre 4 et 5 mètres[2] et sa masse à environ 500 kilogrammes[3]. La longueur de son crâne estimée à 65 centimètres[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Référence Fossilworks Paleobiology Database : Koolasuchus Warren et al., 1997 (en)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) J.S. Steyer et Damiani, R., « A giant brachyopoid temnospondyl from the Upper Triassic or Lower Jurassic of Lesotho », Bulletin de la Societe Geologique de France, vol. 176, no 3,‎ , p. 243–248 (DOI 10.2113/176.3.243)
  2. (en) « Life in the Shadows, Non-reptilian life in Mesozoic Australia » [archive du ], geocities (consulté le 7 décembre 2012)
  3. (en) A.J. Martin, « Dinosaur burrows in the Otway Group (Albian) of Victoria, Australia, and their relation to Cretaceous polar environments », Cretaceous Research, vol. 30, no 2009,‎ , p. 1223–1237 (DOI 10.1016/j.cretres.2009.06.003, lire en ligne)