King Donovan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Donovan.
King Donovan
Description de cette image, également commentée ci-après
En 1968, avec son épouse Imogene Coca
Naissance
New York (Manhattan)
État de New York, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 69 ans)
Branford
Connecticut, États-Unis
Profession Acteur
Réalisateur (un film et deux séries)
Films notables Un pacte avec le diable
La Femme à abattre
L'Éternel féminin
L'Invasion des profanateurs de sépultures
La Colline des potences
Séries notables Au nom de la loi
Rawhide
Les Accusés
La Grande Vallée

King Donovan, né le à New York (arrondissement de Manhattan, État de New York) et mort le à Branford (Connecticut), est un acteur et réalisateur américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Au cinéma, King Donovan apparaît dans soixante-deux films américains, les deux premiers sortis en 1948. Suivent notamment Un pacte avec le diable de John Farrow (1949, avec Ray Milland et Audrey Totter), La Femme à abattre de Bretaigne Windust et Raoul Walsh (1951, avec Humphrey Bogart et Zero Mostel), L'Éternel féminin d'Irving Rapper (1954, avec Ginger Rogers et William Holden), L'Invasion des profanateurs de sépultures de Don Siegel (1956, avec Kevin McCarthy et Dana Wynter), ou encore le western La Colline des potences de Delmer Daves (1959, avec Gary Cooper et Maria Schell).

Ses deux derniers films comme acteur sont Un monde fou, fou, fou, fou de Stanley Kramer (1963, avec Spencer Tracy et Edie Adams) et plus de vingt ans après, Nothing Lasts Forever (en) de Tom Schiller (en) (1984). Dans cet ultime film, il retrouve Imogene Coca (1908-2001), son épouse depuis 1960 et restée veuve à sa mort en 1987, à 69 ans (des suites d'un cancer).

À la télévision américaine, outre deux téléfilms (1981-1982), il joue dans cinquante-huit séries, les deux premières en 1952 ; la dernière est Night Gallery (un épisode, 1971).

Entretemps, citons les séries-westerns Au nom de la loi (un épisode, 1959), Rawhide (un épisode, 1963) et La Grande Vallée (un épisode, 1966), ainsi que la série policière Les Accusés (épisode The Sworn Twelve, 1965, réalisé par Michael Powell).

La même année 1948, il débute au théâtre à Broadway (New York) dans la pièce The Vigil de Ladislas Fodor (avec Maria Palmer et Henry Wilcoxon). Il revient à Broadway pour deux autres pièces, The Girls in 509 d'Howard Teichman (1958-1959, avec sa future épouse), et enfin Morning's at Seven (en) de Paul Osborn (1980-1981, avec Maureen O'Sullivan) — observons ici que cette troisième pièce est télédiffusée l'année suivante (1982) —.

Par ailleurs, King Donovan réalise un film sorti en 1963, Promises! Promises! (en) (avec Jayne Mansfield et Tommy Noonan). Et pour la télévision, il est réalisateur sur deux séries, Grindl (en) (quatre épisodes, 1963-1964, avec son épouse en vedette), puis That Girl (en) (un épisode, 1968).

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

(acteur, sauf mention contraire)

Cinéma[modifier | modifier le code]

Promises! Promises! (en) (1963, réalisateur), avec Tommy Noonan, Jayne Mansfield et Mickey Hargitay (de g. à d.)

Télévision[modifier | modifier le code]

Dans la série Bonanza,
épisode Les Tueurs à gages (1960)

(séries)

Théâtre à Broadway (intégrale)[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]