Khadga Prasad Sharma Oli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Khadga Prasad Sharma Oli
खड्ग प्रसाद शर्मा ओली
Illustration.
Khadga Prasad Sharma Oli en janvier 2015.
Fonctions
Premier ministre du Népal
En fonction depuis le
(2 ans, 8 mois et 3 jours)
Président Bidya Devi Bhandari
Prédécesseur Sher Bahadur Deuba

(9 mois et 23 jours)
Président Ram Baran Yadav
Bidya Devi Bhandari
Prédécesseur Sushil Koirala
Successeur Pushpa Kamal Dahal
Biographie
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Morang (Népal)
Nationalité népalaise
Parti politique PCN-MLU (jusqu'en 2018)
PCN (depuis 2018)
Religion athéisme

Khadga Prasad Sharma Oli
Premiers ministres du Népal

Khadga Prasad Sharma Oli, couramment désigné sous les appellations raccourcies K.P. Sharma Oli voire K.P. Oli, né le à Morang, est un homme d'État népalais. Il est cadre dirigeant du Parti communiste du Népal (marxiste-léniniste unifié) puis du Parti communiste du Népal et premier ministre du au , puis de nouveau à partir du .

Biographie[modifier | modifier le code]

Le , il est nommé ministre de l'Intérieur, dans le cabinet minoritaire PCN-MLU dirigé par Man Mohan Adhikari, et occupe ces fonctions jusqu'à la démission du cabinet, le .

Le , il est nommé premier vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, dans le cabinet dirigé par Girija Prasad Koirala, et demeure dans ces fonctions jusqu'à la mise en place du cabinet intérimaire (incluant cinq ministres maoïstes), également dirigé par Girija Prasad Koiral, le .

Il est alors remplacé, dans ses anciennes fonctions, par Sahana Pradhan, également membre du PCN-MLU.

Le , il est battu dans sa circonscription lors de l'élection de l'Assemblée constituante. Il est en revanche élu lors de l'élection de la 2e Assemblée constituante en 2013.

Le , il est élu Premier ministre à la tête d'une fragile coalition. Mis en minorité, il démissionne le [1],[2].

Le , il redevient Premier ministre suite à la victoire de la coalition de gauche aux élections législatives népalaises de 2017[3].

Il demande en le retrait des troupes indiennes stationnant au Népal depuis les années 1960. Le gouvernement du premier ministre indien Narendra Modi (droite nationaliste) avait déclenché une crise diplomatique en revendiquant la région de Kalapani (en), située en territoire népalais[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Liberté 24/07/2016
  2. Yahoo Actualités, 24/07/2016
  3. (en) Oli appointed as 38th PM of Nepal MyRepublica
  4. « Quand l’Inde de Modi annexe une région du Népal », Le Monde,‎ (lire en ligne)