Parti communiste du Népal (marxiste-léniniste unifié)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parti communiste du Népal.
Parti communiste du Népal
(marxiste-léniniste unifié)
(en) Communist Party of Nepal
(Unified Marxist- Leninist)

(ne) नेपाल कम्यूनिष्ट पार्टी
(एकीकृत मार्क्सवादी-लेनिनवादी)
Image illustrative de l'article Parti communiste du Népal (marxiste-léniniste unifié)
Logotype officiel.
Présentation
President Khadga Prasad Oli
Fondation
Siège Katmandou
Idéologie Communisme
Marxisme-léninisme
Site web cpnuml.org

Le Parti communiste du Népal (marxiste-léniniste unifié) ou PCN(MLU) ou ML (en anglais : Communist Party of Nepal (Unified Marxist-Leninist) ou CPN-UML, CPN(UML) ou UML) est un parti politique népalais. Malgré son idéologie officielle, le PCN(MLU) est considéré comme un parti de centre gauche[1],[2],[3].

Il a été fondé en 1991 par fusion de deux anciens partis communistes :

Depuis la restauration du Parlement par le roi Gyanendra en , le PCN(UML) participe aux deux gouvernements intérimaires successifs dirigés par Girija Prasad Koirala.

Dans le cabinet nommé le , le PCN(UML) est représenté par six ministres, dont une femme, Sahana Pradhan, qui détient le portefeuille des Affaires étrangères. En 2017, le Parti marxiste-léniniste unifié forme l'Alliance de gauche pour la stabilité et la prospérité avec les maoïstes. Aux élections législatives et régionales de décembre 2017, le Parti marxiste-léniniste unifié obtient 49 % des voix et le parti maoïste 22 %, ouvrant la voie à un gouvernement commun[4].

Assemblée constituante[modifier | modifier le code]

Le PCN-MLU dispose, dans l'Assemblée constituante mise en place à la suite du scrutin du , de 108 sièges (sur 601) :

  • 33 députés (sur 240) élus au scrutin uninominal majoritaire à un tour ;
  • 70 députés (sur 335) élus au scrutin proportionnel de liste à un tour ;
  • 5 députés (sur 26) nommés par le gouvernement intérimaire multipartite.

L'un de ses dirigeants, Subash Chandra Nemwang, a été le seul élu à se porter candidat aux fonctions de président de l'Assemblée constituante, le 23 juillet 2008, recevant le soutien de 14 partis sur les 25 représentés à l'assemblée, et a été élu à l'unanimité.

Entre 2009 et 2011, durant une période d'instabilité politique, plusieurs cadres du Parti communiste du Népal (marxiste-léniniste unifié) ont été premiers ministres, gouvernant en coalition avec le Congrès népalais. Après le scrutin de 2013, le PCN(UML) participe à nouveau au gouvernement, cette fois dirigé par le Congrès népalais[5].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections législatives[modifier | modifier le code]

Année Voix  % Rang Sièges
2008 2 183 370 20,33 3e
108 / 601
2013 2 239 609 23,66 2e
175 / 575
2017 3 173 494 33,25 1er
121 / 275

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Gardiner Harris, « Election Results in Nepal Signal a Political Right Turn », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  2. (en) « Nepalese voters make their demands », sur www.atimes.com, (consulté le 28 novembre 2017).
  3. (en) Gardiner Harris, « Nepal Picks New Premier, Putting End to Stalemate », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  4. « Raz de marée communiste au Népal », Courrier international,‎ (lire en ligne).
  5. (en) « Two deputy PMs for Sushil Koirala », The Hindu,‎ (ISSN 0971-751X, lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]