Katia Bourdarel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Katia Bourdarel
Image dans Infobox.
Katia Bourdarel dans son atelier en 2019.
Naissance
Nationalité
Activité
Formation

Katia Bourdarel née en 1970 à Marseille est une plasticienne, peintre, sculptrice et dessinatrice française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Katia Bourdarel est diplômée de l'École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris. Au début de sa carrière, elle collabore avec la galerie Roger Pailhas à Marseille. Elle est représentée par la galerie Aeroplastics à Bruxelles depuis 2014 et la galerie Bernhard Bischoff à Berne depuis 2006.

Katia Bourdarel vit à Paris à la villa des Arts, dans l'ancien atelier d'Eugène Carrière.

Son œuvre polymorphe utilise des médiums divers tels que la vidéo, l'installation, la sculpture et la peinture volontiers figurative. Ses sujets s'articulent autour de la mémoire collective et personnelle avec la volonté de fusionner des morceaux de narration populaire et des moments de vie intime, ils questionnent le rapport que chacun entretien avec le réel et l'incarnation en parcourant différents thèmes d'opposition. L'artiste parle de transformations et de devenirs incertains.

« Son monde nous entraîne dans les abysses de nos rêves et de nos fantasmes, voire de nos peurs. Quelque chose du conte, voire de la fable, est à l'œuvre dans son travail. Son art est porté par la quête d'un espace autre et d'un temps suspendu, et offre au regard l'occasion d'un asile. » - Philippe Piguet, extrait du texte : Bourdarel, le conte comme modalité, L'Œil.

Son travail est exposé dans des institutions privées et publiques, à la Collection Lambert (Avignon), au Kunstmuseum (Bochum), à la Fondation Ursula Blickle (Vienne), Fondation Villa Datris (L'Isle-sur-la-Sorgue), au Espacio de las Artes[1] (Tenerife), à l'Institut français de Maurice (Île Maurice), à la Kunsthalle de Kiel, à la Villa Stuck (Munich), à la Kunsthalle de Vienne, au Muséo  Marco (Vigo) (en), au musée d'Art contemporain de Marseille[2], au Centre d'art contemporain[3] (Istres), au CRAC Alsace, au Lieu Unique[4] (Nantes), à la Conciergerie (Paris), ainsi que dans de nombreuses foires d'art nationales et internationales comme Art Basel, l'Armory Show, la Fiac[5], Art Brussels…

Katia Bourdarel a fait l'objet de nombreux articles de presse et d'interviews dans les médias[6] : L'Œil[7], Art Press[8], Beaux Arts magazine[9], Les Inrockuptibles[10], Elle[11], Point de vue[12], Madame Figaro[13], Art Sud[14], Connaissance des arts[15]etc.

Ses œuvres sont conservées dans des collections particulières et publiques.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 2018 : L’épreuve du silence, galerie Porte Avion, Marseille, France.
  • 2018 : Porter à l'envers, avec Reto Leibundgut, galerie Bernhard Bischoff and Partner, Berne, Suisse.
  • 2016 : Les Possédés, Grenier du Chapitre, Cahors, France.
  • 2015 : La peau des choses, Institut français, Mauritius[16].
  • 2015 : Sans fleurs ni couronnes, galerie Eva Hober, Paris, France[17].
  • 2014 : La promesse de l’horizon, galerie Bernhard Bischoff and Partner, Berne, Suisse.
  • 2013 : Le long chemin, Centre d’art contemporain d’Istres, France[18].
  • 2012 : Les nuits de Psyché[19], galerie Eva Hober, Paris, France[20].
  • 2012 : Le son du silence, Acte II, Centre d’art contemporain hors les murs, Istres, France.
  • 2012 : Je suis une louve, galerie Sollertis, Toulouse, France / Les ateliers de la création, Centre Georges Pompidou, Paris, France.
  • 2011 : Le son du silence, galerie des Remparts, Toulon, France.
  • 2011 : Microcosme, galerie Bernhard Bischoff & Partner, Berne, Suisse.
  • 2010 : L’art au paradis, Togu, Marseille, France[21].
  • 2009 : Superstitions, Videospreads, projections sur l’écran Caszuidas, Amsterdam, Pays-Bas.
  • 2008 : La jolie fille… et le méchant garçon, avec Gilles Barbier, galerie Sollertis, Toulouse, France.
  • 2008 : Le baiser du papillon, galerie La B.A.N.K, Paris, France.
  • 2008 : Katia Bourdarel, galerie Porte Avion, Marseille, France.
  • 2008 : Twin Waters, galerie Bernhard Bischoff & Partner, Berne, Suisse.
  • 2007 : La Fuite, Mamac, Nice, France.
  • 2006 : Bambi Forever, galerie des Remparts, Toulon, France.
  • 2006 : L’expérience verticale, galerie La B.A.N.K, Paris, France.
  • 2006 : The Flesh of Fairy Tales, galerie Voss, Düsseldorf, Allemagne.
  • 2005 : De l’autre côté…, galerie Sollertis, Toulouse, France.
  • 2005 : galerie Roger Pailhas, Marseille, France.
  • 2004 : One woman show, FIAC, stand de la galerie Roger Pailhas, France.
  • 2003 : Unlimited, Art Basel, Suisse.
  • 2002 : Project.room 01, ARCA, Centre d’art contemporain, Marseille, France.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Seminario 'videoarte genero y feminismo. Recherchez les femmes' Katia Bourdarel.
  2. Richard Leydier, « L'art d'une vie », Artpress, no 331, février 2007.
  3. Celine Ghisleri, « Les bienfaits de la lune », Ventilo, no 327, novembre 2013.
  4. Léa Bismuth, « La belle peinture est au lieu unique», Le journal des arts, 13 avril 2012.
  5. paris-art/createurs/katia-bourdarel/[source insuffisante].
  6. Katia bourdarel – entrée libre – France 5 – 12 janvier 2015.
  7. Amélie Adamo « En 2012, je découvrais… », L'Œil, 16 mars 2017.
  8. Anne Malherbe, « Je rêvais d'un autre monde », Artpress, no 329, décembre 2006.
  9. « Il était une fois », Beaux Arts magazine, no 288, juin 2008.
  10. Nathalie Dray, « Le bal des faux culs», Les Inrockuptibles, août 2006.
  11. J.L.F, « Pin-Up enchantées », Elle, no 3245, mars 2008.
  12. « Parcours Saint-Germain », Point de vue, no 3124, juin 2008.
  13. Patricia Boyer de Latour « Innocence et violence », Madame Figaro, 13 mai 2012.
  14. Bernard Muntaner, « La passeuse d'histoires », Art Sud, 2e trimestre 2008.
  15. « L'ombre du vent », Connaissance des arts, no 642, octobre 2006.
  16. « La cabane fantasmée », Le Mauricien, 3 mai 2015.
  17. Salmeron Francois «sans-fleurs-ni-couronnes» décembre 2016.
  18. Claude Lorin, « Les murmures merveilleux », Zibeline, no 400, novembre 2013.
  19. « Pshyché amoureuse »
  20. Anne Malherbe  «Les eaux noires », Occhiata, 20 décembre 2012.
  21. Picot'art art « L'inaccessible » 2010.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cendrine Krempp, Pierre-Yves Desaive, Thierry Balesdens, Les Possédés, Les Rencontres d'Art Contemporain Éditions, 2016 (ISBN 978-2-9546042-5-1).
  • Léa Bismuth, Charles Floren, Damien Sausset, Les larmes lourdes, Éditions Galerie Eva Hober, 2012 (ISBN 2-909101-27-4).
  • Charles Floren, Katrin Gattinger, Katia Bourdarel, Images En Manœuvres Éditions et Galerie Roger Pailhas La Collection, 2005 (ISBN 2-84995-059-9).

Lien externe[modifier | modifier le code]