Karel Čurda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Karel Čurda

Karel Čurda, né le à Nová Hlína, près de Třeboň, exécuté par pendaison le à Prague, est un soldat tchécoslovaque, membre de l'armée de son pays en exil à Londres.

Pendant sa période d'entraînement, ses camarades le jugent peu fiable (il aurait eu des propos élogieux pour le IIIe Reich sous l'emprise de la boisson) et s'en ouvrent au responsable de l'espionnage tchécoslovaque qui n'en tient pas compte.

Il est parachuté dans le protectorat de Bohème-Moravie le 28 mars 1942 en tant que membre du groupe de sabotage Out Distance[1]. Il serait un des deux seuls parachutés à avoir déclaré être volontaire par goût de l'aventure et non par patriotisme.

Karel Čurda trahit les membres du commando ayant mené l’opération Anthropoid (dont Jozef Gabčík et Jan Kubiš), avec pour objectif l’assassinat du dirigeant nazi Reinhard Heydrich. Ses camarades étaient dissimulés clandestinement dans la crypte de l'église Saints-Cyrille-et-Méthode dans le centre de Prague. On ignore encore si la récompense et l'amnistie assortie sont les seules raisons qui poussèrent Čurda à la trahison[2]. En effet, il déclare à la Gestapo qu'il agit pour faire cesser les massacres d'innocents par les SS. Il est aussi possible qu'il ait agit en partie pour protéger sa mère, chez qui il se cachait depuis les attentats[1]. Il reçoit comme récompense de sa trahison 20 millions de couronnes et une nouvelle identité, « Karl Jerhot ». Sous ce nom, il épouse une Allemande et devient espion à la solde de la Gestapo.

Après la guerre, Čurda est recherché et arrêté. Lors de son procès, questionné pour qu'il explique comment il avait pu trahir ses camarades, il répond « Je crois que vous en feriez autant pour un million de marks[3] ». Cette somme (ou 10 millions de couronnes tchécoslovaques) était effectivement le montant de la récompense offerte pour toute information permettant d'arrêter les membres du commando qui avait tué Heydrich[2],[4].

Reconnu coupable de trahison, Karel Čurda est pendu le 29 avril 1947[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b HHhH, essai de Laurent Binet
  2. a et b David Alon, « Les martyrs de l'église Saint-Cyrille et Méthode », sur www.radio.cz, (consulté le 4 avril 2016)
  3. (en) Callum MacDonald, The Killing of Reinhard Heydrich: The SS "Butcher of Prague", Da Capo Press, 1998, p. 206
  4. (en) John H. Waller, The Unseen War in Europe: Espionage and Conspiracy in the Second World War, I.B.Tauris, 1996, p. 231
  5. (en) Czech Traitors Hanged Today, 1947, The Free Lance-Star.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]