K-152 Nerpa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

K-152 Nerpa
Image illustrative de l’article K-152 Nerpa
Le INS Chakra lors de l'exercice TROPEX en 2014.
Type Sous-marin
Histoire
A servi dans Naval Ensign of Russia.svg Marine russe
Chantier naval Chantier naval de l'Amour, Komsomolsk-sur-l'Amour
Quille posée 1993
Lancement octobre 2008
Armé 2009
Statut Loué à la Marine indienne du 4 avril 2012 a juin 2021
Caractéristiques techniques
Longueur 108,0 à 111,7 m (les sources varient)
Maître-bau 13,5 m
Tirant d'eau 9,6 m
Déplacement 8 140 t (en surface)

INS Chakra
Image illustrative de l’article K-152 Nerpa
Type Sous-marin
Histoire
A servi dans Naval Ensign of India.svg Marine indienne
Commission
Statut Restituer à la Russie en juin 2021
Carrière
Port d'attache Vishakhapatnam

L’INS Chakra est un sous-marin nucléaire d'attaque russe de classe Akoula[1],[2] (code OTAN) 8 140 t ou Projet 971[1],[2] ou Project 518[3] selon la classification russe.

Sa construction débute en 1993, mais elle est suspendue en raison d’un manque de financement. La Marine indienne finance la fin de la construction et les essais en mer à condition qu’elle puisse louer le bâtiment pendant dix ans. Le K-152 Nerpa est lancé en et entre en service dans la Marine russe fin 2009. Le sous-marin est loué à la Marine indienne en 2011 après de longs essais en mer et il est finalement inscrit sur les listes sous le nom d’INS Chakra II au cours d’une cérémonie à Visakhapatnam le 4 avril 2012[4]. L’INS Chakra rejoint le Commandement naval de l'Est (en) à Visakhapatnam[5]. Alors que le K-152 Nerpa procédait à des essais en mer du Japon le 8 novembre 2008, un système anti-incendie est déclenché accidentellement. L’accident tue 20 spécialistes civils et membres d’équipage et en blesse 21 autres. Il retourne en Russie en juin 2021[6].

Construction[modifier | modifier le code]

INS Chakra de la Marine indienne.

La quille du K-152 Nerpa est posée au chantier naval de Komsomolsk-sur-l'Amour en 1993, mais son achèvement et sa mise à l’eau sont retardés de près de dix ans en raison d’un manque de financements lié à la crise économique qui affecte la Russie au début des années 1990[7]. La construction du sous-marin est interrompue jusqu’en 2004, date à laquelle Rosprom (l’Agence fédérale pour l’Industrie) signe un accord avec le gouvernement indien pour achever la construction du bâtiment et le louer à la Marine indienne. Le sous-marin doit initialement être achevé en 2007, mais des délais supplémentaires viendront retarder sa livraison. En 2007, il est transféré au chantier naval Vostok dans la ville fermée de Bolchoï Kamen, dans le kraï du Primorie, pour aménagement. Il est lancé en pour des essais en mer, après quoi il devait être remis au Ministère russe de la Défense[8]. Plusieurs articles parus dans la presse indienne suggèrent que la construction n’a repris que grâce à des financement indiens[9]. Les standards appliqués lors de la construction du sous-marin sont critiqués par plusieurs commentateurs. Alexandre Golts, spécialiste des questions de défense au journal Iezhednevni Zhurnal, affirme que dans les années 1980, le chantier naval de l’Amour produisait les sous-marins « les uns après les autres, comme des crêpes »[10],[11], mais qu’entre 1993 et 2008 il n’en avait produit qu’un seul. « Les vieux spécialistes étaient partis et les nouveaux manquaient de professionnalisme »[12],[11]. Un ouvrier du chantier naval de l’Amour déclara à la Komsomolskaïa Pravda qu’il y avait des « questions [à se poser] sur la qualité du métal utilisé dans la construction du sous-marin nucléaire »[13], dont une partie avait été acheté en Chine, et il prétendit que « lorsque les premiers essais avaient été menés, de l’eau s'infiltrait au niveau des soudures ! Il n'est donc pas surprenant que les travaux aient traîné »[14],[8].


L’accident de 2008[modifier | modifier le code]

K-152 Nerpa
Caractéristiques de l'accident
Date
CausesDéclenchement accidentel du système anti-incendie
SiteOcéan Pacifique, mer du Japon, au large de Vladivostok[15]
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareilsous-marin nucléaire de classe Akoula
Lieu d'origineVladivostok
Lieu de destinationVisakhapatnam
PhaseEssai en plongée
Passagers208
Équipage81 militaires
127 civils
Morts20
Blessés21

Un accident survient à bord du K-152 Nerpa à 20 h 30 heure locale, le [16], pendant un essai en plongée dans l'océan Pacifique[17]. Au total 208 hommes – 81 militaires et 127 civils – se trouvent à bord au moment de l'accident[7]. Au moins 20 personnes sont tuées par asphyxie[18] et 21 personnes supplémentaires sont blessées[19], ce qui en fait l'accident sous-marin (en) le plus mortel depuis le naufrage du K-141 Koursk en 2000[20],[21]. Parmi les victimes, trois sont des militaires, le reste des civils des chantiers navals Vostok, Zvezda (en), Era et Amour et qui appartenaient à l'équipe de certification du sous-marin[22].

L'incident survient avec le déclenchement accidentel du système anti-incendie qui isole les deux compartiments avant du sous-marin et déclenche l'émission de gaz fréon R-114B2 (1,2-dibromo-1,1,2,2-tétrafluoroéthane)[23] dans ces compartiments[7]. D'après les témoignages des survivants, les victimes ont été surprises par l'émission des gaz et n'ont pas été prévenues à temps par les sirènes qui se sont mises à sonner qu'après que le gaz a été relâché. Certaines des victimes n'ont pas eu le temps d'enfiler leur masque à gaz avant de mourir suffoquées[24].

Le , un communiqué de la Marine russe rejette la responsabilité de l'accident sur une « opération non autorisée » sur le système anti-incendie à bord du Nerpa[7]. L'enquête préliminaire conclut que le système s'était déclenché automatiquement, sans intervention humaine. Le , les enquêteurs annoncent qu'un homme d'équipage avait enclenché le système « sans permission et sans raison apparente »[25],[26].

En octobre 2009, les travaux ne sont toujours pas achevés, l'alimentation électrique du chantier ayant été débranchée. Nikolaï Povzyk, le directeur du chantier naval, se plaint en outre de ne pas avoir reçu les 1,9 milliard de roubles (63,8 millions de dollars) dus pour les travaux menés sur le K-152 Nerpa[27].

Accident[modifier | modifier le code]

Le à h 30 GMT, un accident à bord du [-152 Nerpa alors en essais en mer du Japon/mer de l'Est avant son prêt à la Marine indienne[28], provoque la mort de 20 personnes et en blesse 22 autres, qui sont évacuées dans le territoire du Primorié. Le sous-marin a lui-même regagné le la base de la Flotte du Pacifique, située à Bolchoï Kamen, à 150 km de Vladivostok, accompagné du navire de sauvetage Saïany.

L'activation inopinée du système anti-incendie et la libération, selon certaines sources, de trichlorofluorométhane (fréon 11) toxique est à l'origine de l'accident, le plus important rencontré par la Marine russe depuis le naufrage du Koursk le . Selon les autorités russes, le facteur humain est exclu[29], ce que démentent certains experts et vétérans en arguant que le surnombre à bord du submersible (208 personnes disposant d'un masque à gaz au lieu de 73, dont 127 techniciens ou civils peu aguerris aux procédures d'urgence[30]) pourrait avoir été un élément déterminant dans l'accident[31].

La commission d'enquête[32] conclut à la responsabilité d'un marin, membre de l'équipage permanent du sous-marin[33], soupçonné d’avoir mal réglé le capteur de température[34]. Il est inculpé d'homicide involontaire. Cependant, des ingénieurs ayant construit le sous-marin indiquent que le système anti-incendie est trop complexe pour être déclenché par erreur par un membre d’équipage[35] et des matelots mettent en cause l'ordinateur de bord, qui aurait déjà déclenché inopinément en usine le système anti-incendie[36], comme des masques à gaz défectueux[37].

L’usage de l’anglais dans les logiciels et les instructions affichées du système anti-incendie est évoqué comme facteur de l'accident[38]. Finalement,on apprendra le des chantiers navals que le panneau de contrôle central du système anti-incendie est « mal fini » et « a déjà connu des problèmes » et que le système « Molibden-I » de contrôle centralisé du bâtiment lui-même « exige de sérieuses améliorations »[39].

Location à l'Inde[modifier | modifier le code]

L’INS Chakra en haute mer, battant pavillon indien.

En 2008, la Russie passe un accord de 2 milliards US$ portant sur la location du Nerpa et d'un autre sous-marin de classe Shchouka-B / Projet 971[40]. En vertu de cet accord, le K-152 Nerpa sera loué pendant une durée de 10 ans à l’Inde pour un prix estimé à 670 millions US$. Le sous-marin est transféré à l’Inde le 30 décembre 2011[41]. À l'issue de son transfert, il est commissionné sous le nom d'INS Chakra[42]. Nerpa est le mot russe désignant le phoque de Sibérie[43],[44] et Chakra est l’arme mythique de la divinité hindoue Vishnou.

Les équipages de sous-mariniers indiens qui s'étaient entraînés à proximité de Saint-Pétersbourg et un autre groupe de marins étaient attendus à Vladivostok fin 2008 pour mener des essais en mer[45]. L'entraînement de sous-mariniers indiens étant perçu comme un point essentiel dans le programme national de déploiement de sous-marins nucléaires, regroupés sous la classe Arihant[46].

Après l'accident de 2008, des communiqués contradictoires sont émis à propos du contrat de location. Un officiel de l’industrie de la Défense russe nie que des discussions aient eu lieu avec l’Inde à propos de la livraison du sous-marin nucléaire. « La Russie n’a pas lancé de discussion à propos d’un contrat pour fournir le sous-marin nucléaire Nerpa à l’Inde »[47],[48]. Le général d'armée Nikolaï Marakov affirme que la Russie commissionnerait le Nerpa et qu'il rejoindrait les sept autres sous-marins de classe Akoula dans la Flotte du Pacifique russe. Il declare « la somme de 650–780 million de $, que Rosoboron export et le chantier naval Amour ont négotié sur une longue durée avec le Ministère indien de la Défense sera trouvé en Russie »[49],[50].

En , des officiels aussi bien russes qu'indiens confirment que le Nerpa rejoindrait la Marine indienne d'ici la fin 2009. Après la visite du chantier naval par le Président russe Vladimir Poutine, la somme de 1,2 milliard de roubles est débloquée pour achever la construction du sous-marin[51].

Le 28 décembre 2009, le Nerpa est commissionné et intègre la Marine russe. Le sous-marin subit quelques réglages supplémentaires en [52]. En , la Russie entraîne un equipage de la Marine indienne pour transférer le bâtiment en Inde conformément au contrat de location signé [53]. L'INS Chakra devait être commissionné dans la Marine indienne avant [54].

Le , l'amiral en chef de la Marine russe Vladimir Vyssotski (en) déclare que « l’équipage indien étaient désormais pleinement opérationnel pour faire naviguer le sous-marin »[55], qui sera loué pour une durée de 10 ans[56].

Le 23 janvier 2012, le trajet - sous commandement indien - débute depuis le port russe de Vladivostok jusqu'à la base navale de Visakhapatnam, en Inde[57]. L’annonce officielle russe du transfert n’avait pas encore été effectuée à l’époque.

Le K-43 , un sous-marin soviétique de classe Charlie I, servira également dans la Marine indienne sous le nom d’INS Chakra entre 1988–1992.

L’INS Chakra est officiellement intégré sur les listes de la Marine indienne le 4 avril 2012[58],[59].

En mai 2021, il voyage vers Vladivostok avec un équipage mixte russe et indien après la fin de sa location.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://en.rian.ru/mlitary_news/20120123/170896950.html Russia Hands Over Nerpa Nuclear Sub to India
  2. a et b http://en.rian.ru/infographics/20090729/155661233.html K-152 Nerpa : Russian Akula II class nuclear attack submarine
  3. (en) Prime Minister Vladimir Putin has a working meeting with Roman Trotsenko, President of the United Shipbuilding Corporation (USC)
  4. (en) « Russian-built nuclear submarine joins Indian navy », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. (en) « Indian Navy Inducts Nuclear-powered Attack Submarine », sur Defense Media Network,
  6. https://www.corlobe.tk/article48421.html
  7. a b c et d (en) « Twenty Persons Perished Aboard a Submarine Due to a Defective Fire-Extinguishing System », Komsomolskaïa Pravda,‎
  8. a et b (en) « In Its First Trials the Submarine Nerpa Leaked at the Seams », Komsomolskaïa Pravda,‎
  9. (en) « Shipping, Shipbuilding And Offshore News », sur Marine Log (consulté le )
  10. « one after another, like pancakes »
  11. a et b (en) « Behind the Russian Sub Disaster. », Newsweek (consulté le )
  12. « The old specialists had left, and the new ones lacked professionalism »
  13. « questions about the quality of the metal that was used in building the nuclear submarine »
  14. « when the first trials of the submarine were carried out water was leaking in between the seams! So it is not surprising that the work dragged on »
  15. (en) Sandeep Unnithan, « Freak accident on Russian N-submarine kills 21 », India Today,‎ mumbai (lire en ligne, consulté le )
  16. (en) Sergei L. Loiko, « False fire alarm blamed in Russian sub deaths », The Columbus Dispatch,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. (en) « Russia : More than 20 dead in nuclear sub accident », CNN, (consulté le )
  18. (en) Steve Gutterman, « Russian navy : sub accident kills more than 20 », Associated Press, (consulté le )
  19. (en) « Twenty die on Russian submarine », BBC, (consulté le )
  20. (en) Rajeev Syal, « Twenty die in nuclear submarine accident », sur Guardian.co.uk, Londres, (consulté le )
  21. (en) Guy Faulconbridge, « At least 20 die in accident on Russian nuclear sub », Reuters, 8 nobvembre 2008 (consulté le )
  22. Ren TV, Moscou, 20 h 30 GMT 10 novembre 2008
  23. (en) « Fire on Board the Russian Navy Akula II Nuclear Submarine kills Twenty Russian Sailors », International Online Defence Magazine,
  24. (en) « Russian sub survivors : Freon killed as crew slept », Associated Press, (consulté le )
  25. (ru) « Матрос запустил смертельный газ на глазах у своего командира? », Komsomolskaïa Pravda,‎ (consulté le )
  26. (ru) « Матрос включил систему пожаротушения на "Нерпе" от скуки », Lenta.ru,‎ (consulté le )
  27. (en) « Repairs of India-bound Russian sub hit by lack of funds : report », AFP, (consulté le )
  28. (en) Rajat Pandit, « Accident on Russian submarine meant for India kills 20 », The Times of India,‎ (lire en ligne).
  29. (fr) « Accident à bord d'un sous-marin russe : le facteur humain exclu », sur rian.ru, RIA Novosti, (consulté le ).
  30. (en) Sergei L. Loiko, « False alarm blamed for Russian submarine deaths », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne).
  31. (en) « Experts : Human error factor in Russia sub accident », sur ap.org, Associated Press, (consulté le ).
  32. (fr) « 20 morts à bord d'un sous-marin nucléaire russe », sur rian.ru, RIA Novosti, (consulté le ).
  33. (fr) « Un matelot à l'origine de l'accident du Nerpa », sur rian.ru, RIA Novosti, (consulté le ).
  34. (fr) « Accident du Nerpa: un capteur de température mal réglé », sur rian.ru, RIA Novosti, (consulté le ).
  35. (en) Will Stewart, « Russia accused of cover-up over gassing of 20 sailors on nuclear submarine », sur dailymail.co.uk, Daily Mail, (consulté le ).
  36. (fr) « Nerpa: les matelots incriminent l'ordinateur de bord », sur rian.ru, RIA Novosti, (consulté le ).
  37. (fr) « Accident du sous-marin russe : fausse manœuvre d’un matelot », sur rtbf.be, RTBF, (consulté le ).
  38. (ru) Svetlana Makounina, « La méconnaissance de l’anglais a causé la perte des marins russes », sur life.ru (consulté le ).
  39. (en) « Russian N-sub mishap: Navy sends fact-finding mission », sur timesnow.tv, Times Now TV, (consulté le ).
  40. (en) « More than 20 killed in Russian nuclear sub accident : spokesman », AFP, (consulté le )
  41. (en) « Russia hands over Nerpa attack submarine to India », NDTV.com, (consulté le )
  42. (en) « Nuclear Submarine Accident Kills 20 », Moscow Times, (consulté le )
  43. (en) « Baikal Seal », Seal Conservation Society (consulté le )
  44. (en) John Cross et Robert Charman, Healing with the Chakra Energy System, Berkeley, Californie, North Atlantic Books, (ISBN 1-55643-625-4), p. 17–18
  45. (en) « No Significant Damage to Russian Sub », Times of India,‎ (lire en ligne, consulté le )
  46. (en) « Accident on Russian submarine meant for India kills 20. », The Economic Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  47. « Russia did not launch talks on a contract to supply India with the Nerpa nuclear-powered submarine. »
  48. (en) « Russian defence official denies doomed sub meant for India. », RIA Novosti (consulté le )
  49. « The sum of $650–780 million, which Rosoboron export and the Amur Shipbuilding Plant had negotiated over a long period of time with the Indian Ministry of Defence, will now be found in Russia »
  50. (en) « Nerpa nuclear submarine to join Russian Navy – top brass », RIA Novosti, (consulté le )
  51. (en) India to acquire Russian nuclear submarine on lease by year end
  52. (en) « Russia's Nerpa nuclear sub to be 'fine-tuned' next month » (consulté le )
  53. Russian atomic sub leased to India — RT
  54. (en) K-152 Nerpa for the Indian Navy, Russia & India Report
  55. « the Indian crew is now absolutely prepared for operating the submarine »
  56. (en) « Russia to hand over India nuclear sub by year-end », The Times of India,‎ (lire en ligne)
  57. (en) AFP (Agence France-Presse), « India sails new nuclear submarine home », (consulté le )
  58. Economic Times news article : INS Chakra : Govt inducts Russian-origin Akula II class Nerpa into Navy
  59. India Today news article : INS Chakra formally inducted into Indian Navy

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]