Phoque de Sibérie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pusa sibirica

Phoque de Sibérie
Description de cette image, également commentée ci-après
Phoque de Sibérie
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Ordre Carnivora
Famille Phocidae
Genre Pusa

Nom binominal

Pusa sibirica
(Gmelin, 1788)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le phoque de Sibérie (Pusa sibirica) est un phoque gris cendré à taches sombres pour les adultes, blanc et laineux pour les juvéniles. Il est aussi appelé phoque du Baïkal, nerpa ou chat de mer, en raison des touffes de vibrisses.

Description[modifier | modifier le code]

Il est considéré comme le phoque le plus petit au monde[1].

Il diffère de ses cousins et ancêtres marins par un corps plus trapu lui permettant de mieux flotter dans les eaux douces et de longues griffes utiles pour grimper sur la glace en hiver autant que sur les rochers en été.

  • Poids moyen  : 50 kg
  • Poids maximum : 90 kg
  • Longueur moyenne : 1,30 m

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Le phoque de Sibérie vit dans le lac Baïkal, en particulier dans les parties nord et le centre de celui-ci.

C'est le seul phoque d’eau douce avec le phoque annelé et le phoque commun du lac des Loups Marins (Phoca vitulina mellonae), au nord du Québec.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Il se nourrit principalement des poissons pélagiques coméphores et Cottocomephorus[2].

Reproduction[modifier | modifier le code]

  • Nombre de petits : généralement un, parfois deux.
  • La gestation dure 11 mois

Comportement[modifier | modifier le code]

  • Temps de plongée : en moyenne, 20 à 25 minutes (45 à 60 minutes au maximum).

Chasse[modifier | modifier le code]

Le phoque du Baïkal a été longtemps chassé, surtout pour la fourrure précieuse des jeunes, mais aussi pour son gras, sa viande et les organes internes[3].
Ainsi au 17-18ème siècles selon Georgi sa chasse était d'abord attribuée par adjudication aux compagnies de pêcheurs (comme pour le droit de pêche qui était réattribué au plus offrant tous les 4 ans) puis à des chasseurs qui le traquaient sur la glace, cachés derrière un panneau de tissus blanc de mars à fin avril à l'arquebuse ou à la javeline[3]. Selon Georgi toujours les phoques étaient écorchés sur place, dépouillés de leur lard dont on tirait de l'huile (et de leur peau pour les jeunes phoque, peau dont la fourrure était appréciée des commerçants chinois) ; le reste de l'animal était laissé aux corbeaux ou aux Burättes auchtones. Jusqu'à 2000 jeunes phoques étaient tués en quelques mois, rien que pour leur fourrure[3]..

La chasse a conduit l'espèce au bord de l'extinction. Elle est interdite depuis 1980 et figure encore dans la liste rouge de l'UICN comme espèce en voie d'extinction.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • R. Marion et J.-P. Sylvestre, Guide des Otaries, Phoques et Siréniens, Delachaux et Niestlé, Lausanne, Paris, 1993, 159 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]