Jonathan-Raphaël Bischoffsheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Bischoffsheim.

Jonathan-Raphaël Bischoffsheim, né le à Mayence (autrefois chef-lieu du Mont-Tonnerre), et mort le à Boitsfort, est un banquier, homme politique et philanthrope belge, d'origine juive mayençais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jonathan-Raphaël Bischoffsheim épouse le 11 juin 1832 à Mayence Henriette Goldschmidt (1812-1892), avec qui il a 4 enfants : Clara, Regina, Ferdinand et Hortense. Après la révolution belge de 1830, il s'installe à Bruxelles, où il prend la tête des affaires familiales à partir de 1848, lorsque son frère aîné Louis-Raphaël s'installe à Paris.

Il fut conseiller communal de Bruxelles (1848) et sénateur de 1868 à son décès[1],[2],[3].

Il est inhumé au Cimetière de Bruxelles à Evere.

Famille de Jonathan-Raphaël Bischoffsheim[modifier | modifier le code]

Activités financières de Jonathan-Raphaël Bischoffsheim[modifier | modifier le code]

Entre 1830 et 1870, Bischoffsheim fonde ou participe financièrement à la plupart des grandes entreprises industrielles ou de transport de Belgique :

  • Compagnie de Floreffe pour la Fabrication de Glaces et de Produits chimiques
  • Compagnie royale asturienne des Mines
  • Compagnie immobilière de Belgique
  • Société des Chemins de fer du Nord de la Belgique
  • Société des Chemins de fer de Turnhout
  • Société des Charbonnages et Hauts fourneaux d'Ougrée
  • Société anonyme des Charbonnages de Courcelles-Nord
  • Société anonyme pour l'Exploitation des Brevets John Cockerill

Il participe également à la création de nombreuses institutions bancaires :

Mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

  • 1848-1883 : Conseiller communal de la ville de Bruxelles.
  • 1862-1883 : Sénateur belge.

Action philanthropique[modifier | modifier le code]

Jonathan-Raphaël Bischoffsheim consacre une part importante de son activité et de ses moyens à l'amélioration de l'enseignement et de l'éducation à Bruxelles. Cofondateur de la Ligue de l'Enseignement et de l' Association pour l'enseignement professionnel féminin (1864), un institut portant son nom fut instauré à Bruxelles en 1867, suivi par l'école professionnelle Funck (1873) et l'école ménagère Auguste Couvreur (1878).

En 1874, il devient administrateur à l'ULB, où il crée une chaire de langue arabe.

Hommages[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Het Belgisch parlement 1894-1969, P.Van Molle, Gand, Erasmus, 1969.
  2. Le Parlement Belge 1831-1894. Données Biographiques, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, Jean-Luc De Paepe, Christiane Raindorf-Gérard, 1996.
  3. Biografisch repertorium der Belgische parlementairen, senatoren en volksvertegenwoordigers 1830 tot 1.8.1965, R. Devuldere, Gand, R.U.G., thèse de licence en histoire inédite, 1965.
  4. « JONATHAN-RAPHAEL BISCHOFFSHEIM », sur sylvielausberg.com (consulté le 2 septembre 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. Kauch, "Jonathan-Raphaël Bischoffsheim", dans Biographie nationale, publiée par l'Académie royale des lettres, des sciences et des beaux-arts de Belgique, tome 30, supplément tome II, fascicule 1er, Bruxelles, Établissements Émile Bruylant, 1958, colonnes 172-174.