Boitsfort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Boitsfort
Gezicht op Bosvoorde, Hans Collaert (I), naar Hans Bol, Jacob Grimmer, 1530 - 1580.jpg
Géographie
Pays
Arrondissement administratif
Région
Commune
Coordonnées

Boitsfort (en néerlandais: Bosvoorde) est un village belge de la commune de Watermael-Boitsfort dans la partie sud-est de la région de Bruxelles-Capitale. L'endroit est situé dans le sud de la commune au bord de la Forêt de Soignes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Boitsfort ne vient pas de boits comme on pourrait s'y attendre mais de voorde qui veut dire gué et Baldo un patronyme courant[1]. L'orthographe moderne par contre Bosvoorde et française Boitsfort viendrait bien de l'étymologie populaire bos (bois, forêt) + voorde (gué) = Bosvoorde, gué au bois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Boitsfort était autrefois un hameau dans la vallée de la Woluwe, dépendant de Watermael, que était situé plus au nord. Une des plus anciennes mentions du nom remonte à 1227 avec Godfried de "Boudesfort". Depuis le XIIIe siècle, l'endroit était une base pour la chasse ducale, et le pavillon de chasse de Boitsfort y a été érigé.

Autour de 1282, Jean 1er y fonde une chapelle, dédiée à Saint-Hubert, saint patron des chasseurs. Grâce à la chasse l'importance du hameau a augmenté durant les siècles suivants. Au cours du 16e siècle, la cour a abandonné Boitsfort et l'a remise en cause. En 1584, le château de Boitsfort a été détruit, mais il a été restauré autour de 1600. Au cours du 17e siècle, il fut à nouveau détruit, mais l'électeur Maximilien Emmanuel prit en charge sa reconstruction en 1700. Au 17e siècle, une chaussée relie Boitsfort à Bruxelles via Vert Chasseur. Cette route fut prolongée vers le sud jusqu'au prieuré de Groenendael et fut ensuite prolongée jusqu'à La Hulpe.

L'amélioration des moyens de communiction permit la poursuite du développement. Le Carte de Ferraris des années 1770, indique l'emplacement du village de Boitsfort dans le sud d'un endroit dégagé dans la forêt de Soignes, où dans le nord duquel se trouve Watermael. À la fin de l'ancien régime, sous la domination française dans les dernières années du 18e siècle, les communes furent créées. Watermael et Boitsfort et ont été séparés et sont devenues des communes indépendantes. Divers biens de l'Église furent confisquées. Lorsque, quelques années plus tard, les services de culte ont été restaurés, Boitsfort devint une paroisse indépendante. En 1811[1], les deux municipalités administratives furent à nouveau fusionnées en une seule commune contenant également Auderghem. C'était à l'époque une commune pauvre et rurale. En 1851 fut établi à Boitsfort l’hôtel de ville de Watermael-Boitsfort. L'arrivée de la ligne de chemin de fer Bruxelles-Namur crée une nouvelle voie de communication pour la commune. En 1863, le hameau de Auderghem devint une commune indépendante. À partir de la fin du 19e siècle, la commune est réorganisée, et de nouvelles routes sont construites, amméliorant l'accessibilité de la commune. Au cours du 20e siècle, la zone entre Watermael et Boitsfort est construite et l'urbanisation de Bruxelles atteint également Boitsfort. Ceci rendit la frontière entre les deux hameaux invisibles[1].

Nonante pourcents du territoire de Boitsfort formaient la seigneurie de Boitsfort[1]. Une petite portion dépendait du vicomte de Bruxelles[1]. Les 15 hectares de Boitsfort-Le-vicomte dépendant de Boondael ne rejoignirent Watermael-Boitsfort qu'en 1825[1].

Visites[modifier | modifier le code]

Maison communale de Watermael-boitsfort
  • l'église Saint-Hubert
  • la Maison-Haute[1] (Hoge Huis)
  • la maison communale de Watermael-Boitsfort
  • les étangs de Boitsfort
  • l'hippodrome de Boitsfort
  • Un morceau pavé de la Drève de Willerieken et de la rue du Grand Veneur sont protégés comme paysage.

Transport[modifier | modifier le code]

Le long de la ligne de chemin de fer 161 (Bruxelles-Namur) se trouve la gare de Boitsfort. Boitsfort est traversé par le R22. La chaussée de la Hulpe est l'une des principales routes qui traversent la forêt de Soignes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Ameeuw, Bruxelles au fil des jours et des saisons La Ville - La Région - La Périphérie., LASNE, Édition de l'ARC, , 404 p.

50° 47′ 47″ N, 4° 24′ 51″ E