John Littleton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
John Littleton
Description de cette image, également commentée ci-après
John Littleton dans les années 1950.
Informations générales
Naissance
Tallulah en Louisiane, États-Unis
Décès (à 76 ans)
Reims, France
Activité principale Auteur-compositeur-interprète
Genre musical Art lyrique,
negro spirituals,
gospels
Années actives v. 1950 - v. 1980

John Littleton, né le près de Tallulah dans l'État américain de Louisiane et mort à Reims le [1],[2],[3], est un chanteur et compositeur américain. D'abord chanteur d'opéra, il se consacre ensuite à la chanson chrétienne, notamment les negro spirituals et surtout les gospels. Il signe plus de 75 disques et albums[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

John Littleton naît en 1922 dans une plantation située près de Tallulah, en Louisiane, aux États-Unis[2],[5]. L'incertitude sur sa date de naissance tient à son refus de la divulguer avec exactitude[3].

Son père est un pasteur baptiste et cultivateur. Le jeune John commence à chanter en accompagnant son père dans les églises[6]. Il chante en soliste et dans des chœurs de gospel ; il montre précocement un talent vocal exceptionnel[3]. Adolescent, il élargit son répertoire avec notamment les chansons de Mahalia Jackson et Bing Crosby[5].

John Littleton vient à Reims, en France, lors de son service militaire dans l'armée américaine. Il y rencontre sa femme et décide de s'installer en France[6],[3]. Démobilisé, il chante dans les concerts militaires et lors des cérémonies religieuses, où il est l'« ambassadeur en France du negro spiritual », puis étudie au Conservatoire national de Paris[3]. Il y obtient le premier prix de chant, le premier prix d'opéra et le deuxième prix d'opéra-comique[5],[6].

Chanteur d'opéra, il obtient de grands succès comme Boris Godounov, comme Roméo dans Roméo et Juliette de Gounod, et comme Faust dans le Faust de Gounod[6],[3].

En 1960, il se met à la musique sacrée noire-américaine. Il avait déjà connu ce domaine dans sa jeunesse ; son expérience de chanteur lyrique lui permet de devenir un des chanteurs préférés de gospel de sa génération[3]. Il se consacre ainsi aux negro spirituals et aux autres chants chrétiens, surtout les gospels en français. Il reçoit le Grand prix du disque Charles-Cros, le prix Mahalia Jackson et la Légion d'honneur.

Il donne des centaines de récitals, enregistre plus de 75 disques, qui sont vendus à des millions d'exemplaires ; mais il n'apprécie pas la publicité et reste éloigné de la presse[6],[3]. Son plus grand succès est l'album « Amen », sur des paroles d'Odette Vercruysse. Littleton se produit en concert, dans les églises et lors des grands rassemblements chrétiens comme à Lourdes lors du premier pèlerinage « Foi et Lumière » en 1970.

Il meurt à Reims le [2],[6],[7].

Il est inhumé au cimetière de l'Est à Reims[8].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Relevé des fichiers de l'Insee
  2. a b et c « Littleton, John », BNF 13896709.
  3. a b c d e f g et h (en) The Independent, « Obituary: John Littleton », 2 septembre 1998.
  4. http://www.cursillos.ca/action/modeles/033m-john-littleton.htm
  5. a b et c Site adfmusique.net, « John Littleton »
  6. a b c d e et f « John Littleton », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le ).
  7. « Mort du chanteur John Littleton », sur Liberation.fr, Libération, (consulté le ).
  8. « Le décès de John Littleton », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]