Jocelyne Saab

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jocelyne Saab
Jocelyne saab.jpg

Jocelyne Saab au Festival de Vesoul

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (69 ans)
BeyrouthVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Jocelyne Saab (ou Jocelyn Saab) est une réalisatrice, photographe, plasticienne libanaise née à Beyrouth le . Elle est l'une des cinéastes du nouveau cinéma libanais et vit entre Beyrouth, Paris et Le Caire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de sciences économiques à Paris, et fait ses débuts dans une émission de pop musique à la radio au Liban, Jocelyne Saab est engagée par Etel Adnan au journal As Safa. À partir de 1973, elle travaille en journaliste indépendante pour des chaînes de télévision européennes, nord-américaines et japonaises. Reporter de guerre, elle réalise de nombreux films documentaires : sur la guerre d’octobre en Egypte, le Kurdistan, la guerre d'Irak, l'Iran, la Syrie, le Golan, et le Liban.

Les trois documentaires essayistes Beyrouth, jamais plus (1976), Lettre de Beyrouth (1978), Beyrouth, ma ville (1982), consacrés aux désastres provoqués par la guerre du Liban, forment un triptyque spontané dont Etel Adnan écrira : "Jocelyne a saisi d'instinct, grâce à son courage politique, son intégrité morale, et sa profonde intelligence, l'essence même de ce conflit. Aucun document sur cette guerre n'a jamais égalé l'importance du travail cinématographique que Jocelyne a présenté dans les trois films qu'elle a consacrés au Liban."[1]

Parallèlement à son travail de cinéaste, elle se consacre à la photographie, constituant un exceptionnel corpus documentaire qu'elle commence à exposer à partir de 2006.

Assistante de réalisation pour Volker Schlöndorff sur Le Faussaire en 1981, Jocelyne Saab passe pour la première fois à la fiction en 1985, et réalise quatre longs-métrages de fiction[2].

À partir de 2007, à la suite de la sortie de son film Dunia, elle s'intéresse à l'art contemporain. Elle expose son travail Strange Games and Bridges sur la guerre de 2006 à Singapour en 2009 et ses séries de photographies Sense, Icons and Sensitivity sont exposées dans plusieurs pays.

"One Dollar A Day", exposition de Jocelyne Saab, Institut Culturel Français, Beyrouth, juin 2017

En 2013, elle crée le Festival International du Film de Résistance Culturelle au Liban, qui connaît trois éditions, et se développe sur plusieurs villes entre lesquelles Jocelyne Saab souhaite retisser des liens : Beyrouth, Tripoli, Zaleh, Tyr.[3]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

  • 1974 : Le Front du refus ou les Commandos-suicide
  • 1975 : Le Liban dans la tourmente
  • 1975 : Portrait d'un mercenaire français
  • 1976 : Les Enfants de la guerre
  • 1976 : Sud-Liban - Histoire d'un village
  • 1976 : Pour quelques vies
  • 1976 : Beyrouth, jamais plus
  • 1977 : Le Sahara n'est pas à vendre
  • 1978 : Égypte, la cite des morts
  • 1979 : Lettre de Beyrouth
  • 1980 : Iran, l'utopie en marche
  • 1982 : Beyrouth, ma ville
  • 1986 : L'Architecte de Louxor
  • 1989 : Les Almées, danseuses orientales
  • 1997 : La Dame de Saigon
  • 2016 : Imaginary Postcards
  • 2016 : One Dollar a Day

Fictions[modifier | modifier le code]

Photographie[modifier | modifier le code]

  • 2006 : Sense, Icons and Sensitivity
  • 2008 : Marylin and the Arabs, Grand-Palais, Paris
  • 2008 : La Ville de Jean-Léon Gérôme et le revers de l’orientalisme, Festival International des Cinémas d’Asie, Vesoul
  • 2017 : One Dollar a Day, Institut Culturel Français, Istanbul/Beyrouth

Installations[modifier | modifier le code]

  • 2006 : Strange Games and Bridges (Dubai Art Fair ; Singapore National Museum )[4]
  • 2011 : Le Jardin de la guerre (Les Halles de Saerbeck, Bruxelles)
  • 2013 : Café du Genre (MuCEM, Marseille)
  • 2017 : One Dollar A Day (Institut Culturel Français, Istanbul/Beyrouth)[5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Etel Adnan, "Pour Jocelyne Saab", in La Furia Umana n° 7, 2015
  2. Mathilde Rouxel, Jocelyne Saab, la mémoire indomptée (1970-2015), Beyrouth, Dar An-Nahar, , 296 p. (ISBN 9953744211)
  3. Présentation du Festival International de Résistance Culturelle
  4. « "Strange Games" & "Bridges" de Jocelyne Saab - La France à Singapour », sur La France à Singapour (consulté le 28 octobre 2017)
  5. « JOCELYNE SAAB - Istanbul », Istanbul,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :