Joaquím Sunyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sunyer (homonymie).
Joaquím Sunyer
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
SitgesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Joaquím Sunyer, né à Sitges en 1874, mort dans le même lieu en 1956, est un peintre espagnol, et un peintre catalan des XIXe siècle et XXe siècle. Son style évolue entre impressionnisme et symbolisme. Il est également illustrateur.

Formation[modifier | modifier le code]

Joaquím fait ses études à l'École San Jorge de Barcelone et il se lie très vite avec le milieu « moderniste » de la ville[1]. À l'âge de dix-huit ans, il part pour Paris où il restera jusqu'en 1911, à Montmartre. Willette, Steinlen, et Utrillo deviennent ses amis. Tout comme Picasso qui s'installe au Bateau-Lavoir en 1900. Les silhouettes de Sunyer, dans cette période-là, sont d'ailleurs très proches de celles de Picasso dans sa période rose et dans sa période bleue[2].

Sunyer est également très influencé par Cézanne et Renoir. En 1904, il expose à Paris aux côtés de Matisse, Vuillard, Marquet, Valloton[1]. Très inspiré par sa terre natale, il représente surtout les campagnes catalanes animées de figures de jeunes femmes aux formes arrondies et simplifiées[1].

Postérité[modifier | modifier le code]

Très connu de son vivant en Espagne où il expose régulièrement, il fut en 1897 l'un des premiers artistes à illustrer les Soliloques du pauvre de Jehan Rictus[2]. Mais il reste longtemps ignoré du public français. Il faisait pourtant partie des artistes de la grande collection de Georges Viau où il figurait aux côtés de Édouard Manet, Puvis de Chavannes, Sisley, Signac[3].

Son art optimiste et spontané, quelque peu monotone, n'a guère évolué au cours de sa longue carrière[1]. On peut voir ses œuvres au Musée d'art contemporain de Barcelone et au Musée national d'art de Catalogne[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Breuille 1989, p. 272
  2. a et b Schurr 1981, p. 163
  3. Monneret 1987, p. 72

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]