Jean Revel (écrivain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Revel et Jean Revel.
Ne pas confondre avec le maire de Caen Paul Toutain
Jean Revel
Description de cette image, également commentée ci-après
Son buste dans le square Verdrel.
Nom de naissance Paul Toutain
Naissance
Conteville (Eure)
Décès (à 76 ans)
Conteville
Activité principale
Écrivain, philosophe, voyageur, homme politique
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français

Œuvres principales

  • Un Français en Amérique (1876)
  • Les Hôtes de l'Estuaire (1904)

Compléments

Jean Revel, nom de plume de Paul Toutain, né le à Conteville (Eure), où il est mort le , est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Toutain écrivait sous pseudonyme la nuit. Il avait la charge d’une étude notariale à Rouen durant la journée, la plupart des Rouennais ignoraient sa double personnalité.

Fondateur de l'École de notariat de Rouen en 1893, il présida la Chambre des notaires de Rouen entre 1902 et 1904. En 1896, il fut nommé président de la Société normande de géographie.

En 1905, il demeure au no 17 quai de la Bourse à Rouen[1].

Il repose au cimetière monumental de Rouen.

La présence de la guerre de 1870 dans la littérature normande[modifier | modifier le code]

Tout comme son confrère normand, Guy de Maupassant, Revel a dépeint la vie quotidienne de la Normandie pendant la guerre franco-prussienne de 1870. Ces deux auteurs normands n’ont certes pas eu le même destin littéraire, mais appartiennent tous les deux à la « génération de 1870 ». Ils se caractérisent par leur vision proche de la nature, de la guerre : ils cherchent à décrire la guerre telle qu’elle est, telle qu'eux l’ont connue, sans toutefois raconter de souvenirs personnels. Il n’y a pas de message politique dans ces écrits littéraires.

Jean Revel s'attache à l'univers des « petits ». Il décrit le soldat français typique de 1870, le « moblot », comme joyeux et insouciant, faisant preuve de bravoure joviale, d’ingéniosité cocasse et bon enfant.

Sergent dans un bataillon de mobiles, sous les ordres du général Saussier, Paul Toutain s'illustra personnellement pendant le conflit franco-prussien, en participant volontairement à la bataille des Moulineaux–Château–Robert, qui se déroula entre le 24 décembre 1870 et le 3 janvier 1871, aux abords de la ville de Rouen.

Publications[modifier | modifier le code]

Les récits consacrés à la guerre sont regroupés dans deux ouvrages :

  • Contes Normands, paru en 1901, Paris, Éditions Fasquelle, 1901, 328 p. ;
  • Récits vécus, paru seulement en 1921, Rouen, Éditions H. Defontaine, 1921, 247 p.

Autres titres bibliographiques :

  • Une Exécution (1890) ;
  • Les Hôtes de l'estuaire (1905), chez Charpentier ;
  • Rustres (réédition : 2006), Éditions La Découvrance ;
  • Terriens (1906 ; réédition : 2006), Éditions La Découvrance.

Hommages et réception critique[modifier | modifier le code]

Honfleur et Rouen ont donné son nom à des rues en son honneur. Un monument à sa mémoire par Robert Delandre a été érigé dans le square Verdrel à Rouen.

« Nous tenons Jean Revel pour un écrivain de grande race, pour un penseur profond, pénétrant et subtil, pour un observateur extraordinaire et un délicieux poète naturiste[réf. nécessaire]. »

— J.-H. Rosny aîné

.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annuaire des gens de lettres et des dessinateurs, 1905, p. 145

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guy Pessiot, Histoire de Rouen 1850-1900, éd. du P'tit Normand, , p. 225

Liens externes[modifier | modifier le code]