Jean Picart Le Doux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Picart Le Doux
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Charles Marcel Jean Picart-LedouxVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Lieu de travail
Père
Conjoint

Charles Marcel Jean Picart Le Doux, né le dans le 6e arrondissement de Paris et mort le à Venise[1], est un artiste peintre et tapissier français du renouveau de la tapisserie contemporaine.

Il est le fils du peintre Charles Picart Le Doux (1881-1959).

Biographie[modifier | modifier le code]

Elevé par ses grands-parents à Paris, depuis la mort de sa mère alors qu'il avait cinq ans[2]. Elève au lycée Condorcet, il abandonna ses études pour se consacrer à la reliure dès l'âge de 16 ans. Sans formation professionnelle spécialisée, Jean Picart Le Doux fait ses débuts dans la reliure et l'édition, puis il s'oriente vers la publicité et les arts graphiques et publie ses premières œuvres en 1935[3]. Ses premiers cartons de tapisserie datent de 1943 après avoir remporté le grand prix de l’affiche de théâtre au Salon de l'imagerie.

Il est le secrétaire général de la revue Plans[4].

Avant la guerre, travaillant avec Jean Lurçat sur un projet de couvertures destinées à la revue Harper's Bazaar, ce dernier le poussa à étudier la tapisserie. Entre 1939 et 1945, il réalisa ses premiers cartons sans connaitre la technique de la tapisserie qu'il apprit en 1945.[2]

Avec Jean Lurçat et Marc Saint-Saëns, ils fondent l’Association des peintres-cartonniers de tapisserie en 1947. Jean Lurçat est président et ces deux derniers vice-présidents.

En 1950, Picart Le Doux rencontre deux graphistes français, Jean Colin et Jacques Nathan, et deux graphistes suisses, Fritz Bühler et Donald Brun, à l'occasion d'une exposition de leurs travaux à Bâle. Il projette alors l'idée d'une Alliance graphique internationale (AGI). Celle-ci est fondée officiellement le et Picart Le Doux en sera le premier président.

Picart Le Doux est un grand maître de la tapisserie d'Aubusson, qui a produit plus de quatre cents tapisseries originales. Plusieurs de ses œuvres sont sélectionnées pour la décoration du paquebot France, dont la tapisserie monumentale Les Phases du temps du fumoir de première classe[5].

Il est membre du conseil d'administration de la Société Nationale des Beaux Arts dans la section Art Décoratif de 1975 à 1980.

Il a exposé, entre autres, au château de Vascœuil, en Normandie en 1974. À Paris il expose en 1970 à la bibliothèque Forney[6], en 1980 au Musée de La Poste, à l'occasion de l'émission du timbre-poste « Hommage à Jean-Sébastien Bach ».

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (87e division, case 10753).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Cartons de tapisserie d'Aubusson[modifier | modifier le code]

Le premier carton de tapisserie de Picart Le Doux est un dyptique intitulé Les Quatre saisons. Réalisé en 1943 et tissé en 1945 aux ateliers Pinton à Aubusson et était destiné au paquebot La Marseillaise.Il travailla principalement avec les Ateliers Berthaut et Hamot à Aubusson et exécuta quelques cartons pour la Manufacture nationale des Gobelins. [2]

  • L'Homme de la mer, 244 cm × 373 cm
  • Les Quatre saisons, 260 x 260 cm, 1945
  • Champ de neige, 195 cm × 280 cm
  • La Moisson, 300 x 250 cm, 1944, exécuté pour le décorateur Jules Leleu d'après un carton de 1943.
  • Le Jour et la nuit, 230 x 190 cm, 1945, première tapisserie exécutée d'après un carton de l'artiste pensé spécifiquement pour être lissé.
  • Soleil orange, 150 cm × 278 cm
  • Les Poissons, 103 cm × 155 cm
  • Concerto, 155 cm × 133 cm
  • Musique de chambre, 105 cm × 150 cm
  • Oiseaux et papillons, 100 cm × 145 cm
  • Vin clairet, 105 cm × 108 cm
  • Amazonie, 1962, 200 cm x 296 cm
  • Sirène, pour la mairie de Givors
  • La Nuit, anciennement dans la salle des mariages de la mairie du Blanc-Mesnil, décroché sur décision du maire UMP Thierry Meignen
  • Les Moissons
  • La Grappe
  • La Treille, 105 cm × 182 cm
  • Liberté j'écris ton nom
  • Guy Bulle, exposée rue Greuze

Illustrations[modifier | modifier le code]

  • Jean Cocteau, Les Veines de la Terre
  • Paul Éric, La Mort de l'aigle
  • L'Enfant et les Sortilèges, illustration du livret de présentation de la fantaisie lyrique en deux parties par Colette et musique de Maurice Ravel, édition de la Radiodiffusion française
  • Une porte de l'Europe, Nantes, pour le Rotary-Club, imp. Beuchet et Vanden Brugge, 83 planches illustrées en couleurs dont six de Jean Picard Le Doux, 1951
  • Guillaume Apollinaire, Le Bestiaire ou cortège d'Orphée, illustré de lithographies en couleurs pour Les Bibliophiles de France, 1962
  • Jean de La Fontaine, Fables, « Le Lièvre et la Tortue », éd. Jaspard, Polus et Cie
  • Logotype de la Semeuse pour les éditions Larousse, utilisé entre 1955 et 1970
  • Ptolémée "Tetrabiblos", sérigraphies originales pour le club du livre, édité à 300 exemplaires en 1972
  • La vaisselle première classe d'Air France qu'il a signée a été utilisée jusqu'en 2008 à bord des avions en Espace Affaires et Espace Première[7].

Lithographies[modifier | modifier le code]

  • Splendeur marine
  • La Place de la Concorde tirée sur les presses de L. Détruit

Dessins de timbre-poste[modifier | modifier le code]

Hommage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris 6e, acte de naissance no 352, année 1902 (avec mention marginale de décès)
  2. a b et c Maurice Bruzeau, Jean Picart-le-Doux, Cercle d'Art, , p. 24
  3. « Jean Picart Le Doux », site docantic
  4. Jean-Louis Loubet Del Bayle, Les non-conformistes des années 30. Une tentative de renouvellement de la pensée politique française, Paris, Seuil, 1969, p. 103 (Points Histoire, 2001, H295)
  5. Armelle Bouchet Mazas, Le Paquebot « France », Norma Éditions, (présentation en ligne)
  6. Exposition du 2 au 30 mai 1970, bibliothèque Forney
  7. Michel Fraile, Air France, objets du ciel, éditions Ouest-France, 2003.
  8. Images des 24 timbres, sur le site Phil-Ouest.
  9. Le timbre sur le site Phil-Ouest.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marthe Belle-Jouffray, Jean Picart le Doux, Publications filmées d’Art et d’Histoire, coll. « Œuvres de notre Temps », 1966.
  • Maurice Bruzeau, Jean Picart le Doux Murs de soleil, Cercle d'art, 1972.
  • Léon Moussinac, Olivier Pinton, Jean Picart le Doux, Paris, Musée de la Poste, 1980, 56 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]