Jean Marsaudon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Marsaudon
Fonctions
Député de la 7e circonscription de l’Essonne

(15 ans, 5 mois et 16 jours)
Élection 28 mars 1993
Réélection 1er juin 1997
16 juin 2002
17 juin 2007
Législature Xe, XIe, XIIe et XIIIe
Prédécesseur Jean-Claude Ramos
Successeur Françoise Briand
Maire de Savigny-sur-Orge

(25 ans, 6 mois et 5 jours)
Prédécesseur Michel Bockelandt
Successeur Laurence Spicher-Bernier
Conseiller général de l'Essonne
élu dans le canton de Savigny-sur-Orge

(10 ans et 20 jours)
Prédécesseur Michel Bockelandt
Successeur Simone Dussart
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Paris
Date de décès (à 62 ans)
Lieu de décès Savigny-sur-Orge
Nature du décès Leucémie
Nationalité Française
Parti politique RPR puis UMP
Conjoint Geneviève Marsaudon
Profession Ingénieur thermicien

Jean Marsaudon, né le à Paris et mort le à Savigny-sur-Orge, est un homme politique français. Membre du Rassemblement pour la République puis de l’Union pour un mouvement populaire, il fut député de la septième circonscription de l'Essonne, conseiller général du canton de Savigny-sur-Orge et maire de Savigny-sur-Orge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et vie familiale[modifier | modifier le code]

Jean Marsaudon est né le à Paris et décédé le à Savigny-sur-Orge des suite d’une leucémie[1].

Études et formation[modifier | modifier le code]

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Jean Marsaudon exerçait la profession d’ingénieur thermicien[2].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Issu du gaullisme[3], Jean Marsaudon devint conseiller municipal d’opposition le face au maire communiste Michel Bockelandt. Il remporta les élections municipales de 1983 et les élections cantonales partielles le et fut élu maire de Savigny-sur-Orge et conseiller général du canton de Savigny-sur-Orge[2]. Il fut réélu lors des élections cantonales de 1988 et devint vice-président du Conseil général de l'Essonne. Il remporta ensuite les élections municipales de 1989 puis les élections législatives de 1993 avec 55,29 % des voix contre le député sortant socialiste Marie-Noëlle Lienemann[4]. Atteint par la règle de cumul des mandats, il abandonna son siège de conseiller général. Il remporta les élections municipales de 1995. Dans le cadre de l’élection présidentielle de 1995, Jean Marsaudon apporta son parrainage au candidat Jacques Chirac[5]. Président de la fédération RPR de l’Essonne, en 1997 soutenu par les instances nationales, il s’opposa au président du conseil général de l'Essonne Xavier Dugoin lors des poursuites judiciaires à son encontre[6]. Cette même année, il remporta les élections législatives avec 50,43 % des voix contre Marie-Noëlle Lienemann[7]. Il remporta les élections municipales de 2001 dès le premier tour avec 52,17 % des suffrages[8] puis les élections législatives de 2002 avec 53,72 % des voix[9]. Il déposa en 2005 une proposition de loi visant à interdire la chasse à courre[10] et fut reçu à ce titre par Brigitte Bardot, présidente de la Fondation Brigitte-Bardot[11]. Lors des élections législatives de 2007 il fut réélu avec 52,04 % des voix[12] et remporta les élections municipales de 2008 dès le premier tour avec 50,12 % des suffrages[13]. Décédé le , il fut remplacé à l’Assemblée nationale par sa suppléante Françoise Briand et à la mairie par sa seconde de liste Laurence Spicher-Bernier. Une avenue porte depuis 2010 son nom dans la commune dont il fut maire[14].

Synthèse des fonctions politiques[modifier | modifier le code]

Mandats nationaux[modifier | modifier le code]

Député de la septième circonscription de l’Essonne[modifier | modifier le code]

Jean Marsaudon fut élu député le pour la Xe législature[15], il fut réélu le pour la XIe législature[16], réélu le pour la XIIe législature[17] et réélu le pour la XIIIe législature[18].

À l’assemblée nationale il fut successivement membre de la commission de la défense nationale et des forces armées de 1993 à 2008, de la commission d’enquête parlementaire sur l’immigration clandestine et le séjour irrégulier d’étrangers en France de 1995 à 1997, de la commission d’enquête parlementaire sur les agissements du Département protection sécurité de 1998 à 1999[16] et de la commission d’enquête parlementaire sur les causes économiques et financières d’Air Lib de 2003 à 2007[18]. Il était membre du groupe d'études sur le problème du Tibet de l’assemblée nationale[19]. Jean Marsaudon a cosigné en 2004 une proposition de loi tendant à rétablir la peine de mort pour les auteurs d’actes de terrorisme[20] mais a voté en 2007 le projet de loi constitutionnelle relatif à l’interdiction de la peine de mort[21]. Pour avoir signé en 1998 la pétition contre le Pacte civil de solidarité lancée par Michel Pinton et avoir eu une attitude prétendument anti-gay de circonstance ou déguisée, Jean Marsaudon a été catalogué « député anti-gays » par le site d’information IBnews[22]. Le il fit partie des députés qui saisirent le conseil constitutionnel contre la Loi de financement de la sécurité sociale pour 1998[23], le contre la Loi de finances pour 1998[24], le contre la Loi de finances pour 2002[25].

Fonctions partisanes[modifier | modifier le code]

Jean Marsaudon fut président de la fédération RPR puis UMP de l’Essonne[1],[26][Quand ?].

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Conseiller général du canton de Savigny-sur-Orge[modifier | modifier le code]

Jean Marsaudon fut élu conseiller général du canton de Savigny-sur-Orge le à la suite de l’annulation de l’élection du communiste Michel Bockelandt par le Conseil d’État, il fut réélu lors des élections cantonales de 1988 dans un nouveau canton amputé de la commune de Morangis et d’une partie du territoire de Savigny-sur-Orge. Il abandonna son siège lors de son élection à la députation. Au conseil général de l'Essonne, il fut vice-président chargé de la voirie, des bâtiments départementaux et de l’assainissement[26].

Maire de Savigny-sur-Orge[modifier | modifier le code]

Jean Marsaudon fut élu maire de Savigny-sur-Orge le après avoir été conseiller municipal d’opposition depuis le . Il fut réélu le puis le , le et enfin le . Il conserva son siège jusqu’à son décès[27]. Lors des émeutes de 2005 dans les banlieues françaises, Jean Marsaudon fut le troisième maire de France à instaurer par arrêté un couvre-feu pour les mineurs non-accompagnés le [28].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Article La mort du député Jean Marsaudon paru le 19 septembre 2008 sur le site du quotidien Le Parisien. Consulté le 27/12/2010.
  2. a et b Fiche de Jean Marsaudon sur le site officiel de la commune de Savigny-sur-Orge. Consulté le 27/12/2010.
  3. Communiqué de presse du Premier ministre François Fillon du 18 septembre 2008 sur le portail du gouvernement français. Consulté le 27/12/2010.
  4. Résultats de l’élection législative de 1993 dans la septième circonscription de l’Essonne sur le site du quotidien Le Figaro. Consulté le 27/12/2010.
  5. Liste des citoyens ayant présenté des candidats aux élections présidentielles sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 27/12/2010.
  6. Article Juppé lâche Dugoin. Le président RPR de l’Essonne n’a pas eu le soutien qu’il demandait. paru le 11 janvier 1997 sur le site du quotidien Libération. Consulté le 27/12/2010.
  7. Résultats de l’élection législative de 1997 dans la septième circonscription de l’Essonne sur le site de l’Institut politique de Paris. Consulté le 27/12/2010.
  8. Résultats de l’élection municipale de 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/12/2010.
  9. Résultats de l’élection législative de 2002 dans la septième circonscription sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/12/2010.
  10. Texte de la proposition de loi no2482 sur le site de l’Assemblée nationale. Consulté le 27/12/2010.
  11. Communiqué de presse de la fondation Brigitte-Bardot du 30 septembre 2005 sur son site officiel. Consulté le 27/12/2010.
  12. Résultats de l’élection législative de 2007 dans la septième circonscription de l’Essonne sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/12/2010.
  13. Résultats de l’élection municipale de 2008 à Savigny-sur-Orge sur le site d’information L’Internaute. Consulté le 27/12/2010.
  14. Article L’avenue Jean-Marsaudon inaugurée paru le 15 février 2010 sur le site du quotidien Le Parisien. Consulté le 27/12/2010.
  15. Fiche de Jean Marsaudon pour la dixième législature sur le site de l’Assemblée nationale. Consulté le 27/12/2010.
  16. a et b Fiche de Jean Marsaudon pour la onzième législature sur le site de l’Assemblée nationale. Consulté le 27/12/2010.
  17. Fiche de Jean Marsaudon pour la douzième législature sur le site de l’Assemblée nationale. Consulté le 27/12/2010.
  18. a et b Fiche de Jean Marsaudon pour la treizième législature sur le site de l’Assemblée nationale. Consulté le 27/12/2010.
  19. Groupe d’études sur le problème du Tibet Liste des membres du groupe d’études sur le problème du Tibet sur le site de l’Assemblée nationale. Consulté le 27/12/2010.
  20. Proposition de loi no1521 du 8 avril 2004 sur le site de l’Assemblée nationale. Consulté le 27/12/2010.
  21. Scrutin public à la tribune sur le projet de loi constitutionnelle sur le site de l’Assemblée nationale. Consulté l 27/12/2010.
  22. Liste des 117 députés « anti-gays » sur le site france.qrd.org Consulté le 04/12/2009.
  23. Texte de la décision no97-393 du Conseil constitutionnel sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 27/12/2010.
  24. Texte de la décision no97-395 du Conseil constitutionnel sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 27/12/2010.
  25. Texte de la décision no2001-456 du Conseil constitutionnel sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 27/12/2010.
  26. a et b Eloge funèbre sur le compte-rendu lors du conseil départemental du 22 septembre 2008 sur le site du groupe socialiste à l’Assemblée départementale. Consulté le 27/12/2010.
  27. Liste des maires de Savigny-sur-Orge sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 27/12/2010.
  28. Article Couvre-feu à Savigy-sur-Orge paru le 8 novembre 2005 sur le site du magazine Le Nouvel Observateur. Consulté le 27/12/2010.