Jean Louis Marie Ladislas Walsin-Esterhazy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean Louis Marie Ladislas Walsin-Esterhazy
Fonction
Conseiller général du Gard
Canton de Nîmes-2
-
Charles de Sibert de Cornillon (d)
David Bézard (d)
Biographie
Naissance
Décès
(à 67 ans)
Lyon
Nationalité
Activités
Autres informations
Grade militaire
Grade
Distinctions
Grand officier de la Légion d'honneur

Jean Louis Marie Ladislas Walsin-Esterhazy, né le à Nîmes, et mort le à Lyon, est un officier et homme politique français.

Actif de la Monarchie de Juillet au Second Empire, général de division en 1856, il a participé notamment à la conquête de l'Algérie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, (3epromotion 1820-1822), Walsin-Esterhazy est promu sous-lieutenant en 1822 au 45e Régiment d'Infanterie.

Capitaine le , il devient officier d'ordonnance du roi Louis-Philippe Ier, puis est versé dans l'infanterie légère et part en Algérie. Il est blessé à Mascara le et est cité au combat d'Achet Breda.

Colonel en 1847, il est en mission en Tunisie jusqu'en 1852.

Il est nommé général de brigade en 1850 et commande une brigade de l'armée de Paris.

Entre 1854 et 1855, il dirige différentes brigades du camp du nord, avant d'être nommé général de division, le .

En 1859, il exerce, par intérim, le commandement supérieur des forces de mer et de terre en Algérie. Il commande à Oran à deux reprises (février 1859-janvier 1860 et septembre-octobre 1870).

En octobre 1870, après la chute de Napoléon III, il est nommé gouverneur général (intérimaire) de l'Algérie par le gouvernement de la défense nationale ; venu d'Oran à Alger le 23 octobre, il subit une insurrection populaire, appuyé par le conseil municipal d'Alger, les Français d'Algérie ne voulant plus être soumis à un gouverneur militaire ; dès le 28 octobre, il est obligé de démissionner et de se réfugier sur un navire dans le port d'Alger.

Grand officier de la Légion d'honneur[1] depuis 1859, il meurt le à Lyon (2e arrondissement).

Notes et références[modifier | modifier le code]