Jean Divry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

[style à revoir]

Jean Divry
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Nationalité
Activité

Jean Divry, né en 1953 à Montreuil (Seine-Saint-Denis), est un sculpteur français qui vit et travaille actuellement à Paimpol (Côtes-d'Armor) en Bretagne.

Il a mis au point un procédé original pour créer des images de verre à partir de documents et de métaux précieux. Créateur du Mercure O.L. Aubert pour la Chambre de commerce des Côtes-d'Armor, plusieurs de ses œuvres sont également présentes dans les collections publiques.

Scarabée Divry.jpg
Une nature bien gardée.jpg
Naissance d'un monde.jpg

De la chaleur naît l’inspiration[modifier | modifier le code]

Images colorées dans la transparence du verre, pigments froids qui mettent en valeur des lignes d’écritures, métaux précieux délicatement posés sur de robustes structures métalliques, minéraux sertis au milieu de figures orientales. C’est ainsi que le sculpteur Jean Divry mobilise son énergie créatrice. Toutes ces matières trouvent une harmonie dans le creuset incandescent de son imagination. « La démarche de l’artiste, explique-t-il, a quelque chose de spirituel. Il faut être très attentif à cela. La création est affaire de sincérité. Ne pas chercher ce qui a été déjà dit et qui ne nous appartient pas. Ce serait au-delà de la sanction même du public, risquer de se sanctionner soi-même. Se donner une fausse image de soi en s’identifiant à un autre. Comme un enfant peut être l’image de son père, dans la voix, dans le style ! Un moment, il faut tuer le père. En matière artistique, la puissance de l’expression, la puissance du message dépend du chemin que l’on fait avec soi-même en tenant compte de la présence des autres."

Un sculpteur avant tout humaniste[modifier | modifier le code]

Jean Divry a mis au point un procédé pour créer des images de verre. « Un champ de découverte total peu exploité pour l’instant.» Des images où l’artiste révèle sa préhension du monde. Le sculpteur se situe juste quelques secondes après le chaos : cette immense explosion qui a bouleversé l’univers. Avec le magma incandescent qui refroidit apparaissent les premières cristallisations minérales. Un nouveau monde se structure. Avec lui un autre équilibre. De la rencontre d’éléments différents qui ne devaient pas, à priori, s’entendre, un socle solide se construit. Et puis viennent assez vite les premières mousses : la vie. En quelques images l’artiste nous convie au spectacle de la création du monde. « Avec la chaleur le monde s’organise. Avec elle naît la vie. Cela nous ramène aussi à quelque chose de tribal. Au cercle même de la famille. Le groupe au sens propre du terme. L’âtre, le foyer : des expressions qui évoquent la chaleur. »

« Il y a un lien entre l’expression artistique qui s’est imposée à moi et ma vocation naturellement humaniste. Une recherche à l’intérieur de moi-même m’a ramené à quelque chose de constructif. Il fait chaud à l’intérieur de ma maison et j’y invite les autres. Beaucoup de gens ont perdu le sens de cette chaleur. Les enfants sont aujourd’hui séparés au plus vite de leur foyer, à l’école ou ailleurs. Ils sont de plus en plus livrés à eux-mêmes. Avec l’émergence des jeux vidéo, ils communiquent avec un imaginaire qui n’est pas le leur. Ils sont contraints par les limites du jeu. » Jean Divry milite pour un monde fait d’humanisme et surtout sans frontières. Mieux encore ; un monde qui s’enrichit de ses différences culturelles. Quand je voyage j’essaie de collecter des messages. Ce qu’il y a de plus beau dans les autres pays : la culture, l’architecture, la musique, la poésie, les sons de la langue, l’écriture, etc. Je fais souvent référence à Giono dans Le Chant du monde. L’auteur y décrit un vallon en évoquant son contexte. Environnement matériel des choses. Nous sommes toujours tributaires de la présence de l’autre. Cela peut faire peur à certains. Il faut alors essayer de se mettre le plus possible en réserve. »

De la contribution de chaque peuple à la connaissance, naît la civilisation. Cette civilisation qui se transmet par l’écriture. Celle-ci est le lien entre les hommes dans le temps et dans l’espace. Elle est partout présente. Sous toutes ses formes. De l’écriture cunéiforme aux signes arabes. Tout ce qui relie les hommes a Droit de Cité. La monnaie, par exemple. Elle est un instrument d’échange. Elle matérialise l’offrande. Elle s’acquiert par le sacrifice : celui de la force du travail des hommes. Ce travail qui crée la richesse. Une richesse à la fois matérielle et spirituelle.

Des lignes d’écriture[modifier | modifier le code]

Mais ce monde là est fragile. Il a été transmis par héritages successifs et doit être légué aux générations futures en bon état. C’est tout l’engagement de Jean Divry. Il dénonce les maux de la société contemporaine. Il combat pour la préservation d’une eau de bonne qualité. « Depuis l’Antiquité l’eau est primordiale, explique-t-il, et principalement au Moyen-Orient. Les peuples nomades fabriquent des objets pour contenir cette eau. Comme la gourde portée en bandoulière et qui sert aussi de parure. Elle est l’objet de surenchère esthétique. Une petite réserve d’eau, c’est précieux. » Cette gourde dorée est placée par l’artiste au milieu de cercles concentriques. « Ce sont les ondes qui se propagent à la surface de l’eau quand on y jette une pierre. » Des ondes qui se propagent comme les cultures à travers le monde. C’est le regard de l’artiste jeté au-dessus du puits. « Les premiers cercles se forment à partir de lignes d’écriture cunéiforme. Plus on va vers l’extérieur, plus les écritures deviennent contemporaines et occidentales. » L’artiste s’appuie sur une riche bibliothèque pour travailler : des ouvrages de psychanalyse. Mais aussi sur l’archéologie, les verres d’art, la peinture et la sculpture. La symbolique des nombres, de l’écriture, des formes, des objets, etc. L’orientation. Et toute une collection de romans. « Je cherche des concordances entre des choses qui de prime abord semblent ne pas en avoir »

Un puits de savoir[modifier | modifier le code]

Jean Divry adopte une démarche linguistique : « Qu’est ce que le puits évoque dans la pensée collective ? L’eau du puits ! Puits de savoir ! Puits de sciences ! La vérité sort du puits ! » L’eau a quelque chose de précieux : voilà, je vous parle de l’eau. C’est un thème qui m’est très cher. Avec en Bretagne le problème des algues vertes, de la pollution par les nitrates et l’atrazine. » Aussi importants soient-ils, l’œuvre de l’artiste ne sauraient être réduite à ces messages engagés. Le sculpteur à force de travail a su conquérir la maîtrise parfaite de son outil. Ses images de verre sont devenues son langage. Aujourd’hui, il existe à travers son œuvre. Le « faire » est beaucoup plus fort que le « dire ». Car de la chaleur naît l’inspiration.

Historique[modifier | modifier le code]

Né à Montreuil en 1953. Directeur d’un atelier d’arts plastiques de 1990 à 1999 Art – thérapeute depuis 1995 Travaille la sculpture en taille directe et l’assemblage de matériaux divers, ainsi que la fixation à chaud sur verre gravé, de pigments et matériaux précieux (images de verre) technique personnelle. Créateur du :Mercure O.L. AUBERT pour la C.C.I. des Côtes d’Armor et du cristal de l’innovation de l’Agence de développement économique des Côtes d’Armor et de nombreux trophées divers

                                     Depuis 1989 galerie permanente à Paimpol 

2014 Résidence et installation pour l’expo Vikings et casque a pointe au Musée du verre Sars poteries(59)

2014 Installation pour l’expo Vikings musée des Beaux Arts de Valenciennes

2013Trophées du tournoi de tennis de la ville de Dinard (Cotes d’Armor)

2013 Galerie « le temps des arts » Megeve 74

2012/2013 Réalisation de la grande verrière de l’escalier d’honneur lycée Les enfants Nantais (nantes)

2011 Expo le Geste de l’écrit musée du verre de Sars Poteries (59) Installation musée de la Briqueterie St brieuc(Cotes d’Armor)

2009/2010 Galerie Thuilliers, Galerie untitled, PARIS

2008 Réalisation du tabernacle dela Basilique de Pontmain (53)

2007/2008 Réalisation du mobilier cultuel de l’église St venerand (Laval)

2007 Réalisations pour le château de Magnane (mayenne)

2006 Exposition à la mairie de La Baule

2006 Exposition au musée « La Briqueterie » Langueux (22)

2006 Galerie Untitled -Ile st Louis Paris

2005 Musée du verre de Sars- Poteries (59)

2004 Invité d’honneur festival de musique baroque de Sablé s/Sarthe (72)

2002 « Installation » à l’abbaye de Beauport (22)

2001 Salon international d’art contemporain Beyrouth (LIBAN)

2001 Galerie Thuillier Paris

2000 Galerie à Dubaï (Émirats)

2000 Réalisation du visuel pour le festival Mozart (Lille)

2000 Exposition au château de la Roche Jagu (22)

2000 Salon de Marcq en Baroeuil (59) -(invité d’honneur)

1999 Réalisation d’une œuvre monumentale Saint-Brieuc (22)- Salon touristique

1998 Ville de Flers (orne) –(invité d’honneur)

1996 Exposition personnelle Basilique de Vézelay (Yonne)

1995 Commissaire de l’exposition « La sculpture et la mer » Musée de la mer - Paimpol (22)

Acquisitions publiques Conseil Général des Côtes d’Armor (2004) Département du Nord : Musée du verre de Sars-Poteries (2006) Mairie de Landivisiau : Finistère (1995)


Source[modifier | modifier le code]

Entretien paru dans la Presse d'Armor du jeudi 7 août 2003.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :