Basilique Notre-Dame de Pontmain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Basilique Notre-Dame d'Espérance de Pontmain
Image illustrative de l’article Basilique Notre-Dame de Pontmain
Présentation
Culte catholique romain
Type basilique
Rattachement Diocèse de Laval
Architecte Eugène Hawke
Style dominant Néo-gothique
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Ville Pontmain
Coordonnées 48° 26′ 22″ nord, 1° 03′ 26″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Mayenne
(Voir situation sur carte : Mayenne)
Basilique Notre-Dame d'Espérance de Pontmain
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Basilique Notre-Dame d'Espérance de Pontmain

La basilique Notre-Dame de Pontmain aussi appelée basilique Notre-Dame de l’Espérance de Pontmain est édifiée à la fin du XIXe siècle, à proximité du site de l'apparition mariale de Pontmain le . Consacrée en 1900, elle est élevée au rang de basilique mineure en 1905.

Construite en granit dans le style néo-gothique, elle comporte de grandes verrières colorées, réalisées au cours des décennies (les dernières datent de la fin du XXe siècle). Deux tours abritent un carillon de 39 cloches.

Historique[modifier | modifier le code]

L'apparition mariale[modifier | modifier le code]

L'Apparition mariale de Pontmain est survenue le dans le petit village de Pontmain, en Mayenne. Sept enfants au total déclarèrent avoir vu « une belle dame », mais seul les trois plus âgés furent agréés officiellement par l’Église lors de la reconnaissance officielle de l'apparition. L'apparition débute vers 18 h, et va durer environ trois heures. Elle attire progressivement les habitants du village, qui ne voient rien, sauf quelques enfants qui décrivent les évolutions de la vision au cours du temps, au rythme des prières de l'assemblée. Dès le lendemain, le curé du village interroge les enfants et note un premier récit avant d'en informer l'évêque. Très vite une enquête canonique est ouverte, et un an plus tard, le , Mgr Casimir Wicart reconnaît officiellement l'apparition de la Vierge de Pontmain, et autorise sa dévotion[1].

La construction[modifier | modifier le code]

À la suite de l'apparition et de sa reconnaissance canonique, l'Abbé Guérin, curé de Pontmain, assure l'accueil des pèlerins avec les religieuses de l'école. Mais après sa mort en 1872, l'évêque appelle les Missionnaires Oblats de Marie-Immaculée pour animer les premiers pèlerinages et prêcher dans la région. L'affluence des pèlerins à Pontmain augmente rapidement, d'où la nécessité de construire un sanctuaire. Mgr Wicart demande aux architectes une église qui puisse accueillir 1 000 personnes (aujourd'hui le site peut en accueillir 1 280)[2].

  • Mgr Wicart, évêque de Laval, pose la première pierre de la basilique de Pontmain le , mais meurt peu après.
  • L'église est achevée en 1890[3], mais elle n'est consacrée que[4] le par Mgr Pierre Geay[5].
  • Le , le pape Pie X élève le sanctuaire de Pontmain au rang de basilique mineure et la rattache à Sainte-Marie-Majeure[6].
  • 22, 23 et  : l’église est proclamée solennellement « basilique Notre-Dame de l’Espérance de Pontmain », en présence de deux archevêques, quatre évêques, 600 prêtres et 15 000 pèlerins[5].
  • 1946 : Cérémonies du 75e anniversaire de l'apparition, présidées par le nonce apostolique Mgr Roncalli, futur pape Jean XXIII[5].

Cette basilique participe au renouveau du culte marial, attesté par le processus de « recharge sacrale »[7] des sanctuaires de pèlerinage ébranlés par la contestation du siècle des Lumières[8].

Les pèlerinages[modifier | modifier le code]

Dès les premiers jours qui suivent l'apparition, avant même l'avis de l’Église sur l'authenticité ou non de l'apparition, des pèlerins se rendent sur le lieu pour y prier[9] car ils voient dans le départ rapide des troupes allemandes du département (dans les jours qui suivent l'apparition), le signe de la protection de la Vierge. C'est pourquoi, immédiatement des pèlerinages spontanés s'organisent à Pontmain[10]. L'abbé Richard dénombrera le 2 mars (soit un peu plus d'un mois après l'apparition), environ 400 pèlerins dans le village. Au printemps, on compte déjà entre 3 000 et 4 000 personnes par jour[11].

À la suite de l'apparition et de sa reconnaissance canonique, l'abbé Guérin, curé de Pontmain, assure l'accueil des pèlerins avec les religieuses de l'école. Mais après sa mort en 1872, l'évêque appelle les Missionnaires Oblats de Marie-Immaculée pour animer les premiers pèlerinages et prêcher dans la région. L'affluence des pèlerins à Pontmain a été rapide. Pour le premier anniversaire des apparitions, le , on comptait déjà 8 000 personnes. Venant d'abord du département, les pèlerins viennent progressivement de la France entière, puis de l'étranger[12].

En 1903, les oblats sont expulsés de France, à la suite de la politique de séparation de l'Église et de l'État. Ils ne reviendront qu'après la Première Guerre mondiale. Pendant cet intervalle, c'est le curé du village qui s'occupe des pèlerins. Les oblats sont toujours présents aujourd'hui et accueillent les pèlerins à la maison des Oblats de Pontmain, ancien juniorat et noviciat de la congrégation. On compte aujourd'hui environ 300 000 pèlerins par an et 4 000 (par jour) lors des grandes fêtes (comme l'Assomption)[13],[14].

Le , le sanctuaire célébrera les 150 ans de l'apparition par des festivités particulières[15].

Description[modifier | modifier le code]

L'église[modifier | modifier le code]

L'église a été construite sur un marécage. Pour éviter un affaissement du bâtiment, les constructeurs ont cherché à alléger sa structure. C'est pourquoi les pierres s'arrêtent au premier étage, et sont suivies ensuite de larges vitraux[2]. L'église permet d'accueillir aujourd'hui 1 280 personnes, et l'esplanade située devant le bâtiment permet de rassembler plusieurs milliers de pèlerins lors des grandes célébrations[2],[14].

L'édifice, de style néo-gothique, est construit entièrement en granit. Il n'est pas orienté est-ouest mais tourné vers la maison de l'apparition. Sa nef est séparée des bas côtés par de forts piliers, et elle se termine par un chœur à pans coupés[2],[5].

Les deux flèches de la basilique, qui abritent 39 cloches, sont visibles à plus de 10 km de Pontmain[5].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les vitraux[modifier | modifier le code]

Vue générale des vitraux de la nef et du chœur de la basilique.

À l'intérieur, dix grandes verrières représentant les apparitions mariales en France (à La Salette, à Lourdes et à Pontmain) et des scènes de la vie de Jésus-Christ. Les vitraux ont été réalisés en cinq périodes successives[17],[5] :

  • de 1874 à 1887 par le maître-verrier Édouard Rathouis, aux ateliers du carmel du Mans : vitraux du chœur (art figuratif) et vitraux du fond des chapelles des transepts (art figuratif, style naïf).
  • de 1897 à 1898 par le maître-verrier Alleaume, de Laval : vitraux des chapelles latérales (art figuratif), sauf pour ceux d’une chapelle qui sont du maître-verrier Fournier de Tours. On y voit notamment les croix rouges de l'apparition[2].
  • en 1955 par les maîtres-verriers rennais Paul et André Rault, Les Maîtres verriers rennais : les grandes verrières des transepts de style Art déco.
  • de 1966 à 1978 par le maître-verrier Maurice Rocher, de Paris, par les ateliers Degusseau d’Orléans : verrières de la nef (style non figuratif influencé par le cubisme). Elle joue sur les différents bleus (37 au total), car « le bleu de la Vierge [lors de l'apparition] n'était pas identifiable par les voyants »[2].
  • en 1998 par le maître-verrier Bernard Renonce : la rosace (style non figuratif). Cette création est épousée par les formes du buffet d'orgue[2].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'orgue[modifier | modifier le code]

Le grand-orgue de tribune a été construit en 1931 par le facteur Gloton-Debierre et a bénéficié de travaux de réfection en 1960 par Beuchet-Debierre.

Il possède 34 jeux, avec transmissions électro-pneumatiques. Le buffet, de style néo-gothique, occupe toute la largeur de la nef ; il a été conçu pour dégager complètement la vue de la grande rosace de façade devant laquelle est placé l'instrument.

Une restauration est prévue à partir de 2020, avec appel aux dons pour la financer.

Pontmain (53) Basilique 06.jpg

Composition

Grand-Orgue
56 notes
Bourdon 16'
Montre 8'
Flûte harmonique 8'
Bourdon 8'
Salicional 8'
Violoncelle 8'
Prestant 4'
Quinte 2'2/3
Doublette 2'
Fourniture IV
Cymbale III
Bombarde 16'
Trompette 8'
Clairon 4'
Récit expressif
56 notes
Diapason 8'
Cor de nuit 8'
Gambe 8'
Voix céleste 8'
Flûte octaviante 4'
Nasard 2'2/3
Flageolet 2'
Tierce 1'3/5
Carillon II-IV
Basson 16'
Trompette 8'
Clairon 4'
Basson-Hautbois 8'
Voix humaine 8'
Pédalier
30 notes
Flûte 16'
Soubase 16'
Grosse Quinte 10'2/3
Bourdon 8'
Bombarde 16'
Trompette 8'

Le carillon[modifier | modifier le code]

Vue des tours abritant le carillon.

Les tours de la basilique de Pontmain abritent un carillon de 39 cloches dont les 5 plus grosses de volées. Originellement doté de 25 cloches coulées en 1896 par la fonderie Paccard d'Annecy-le-Vieux, le carillon a été porté successivement à 32, 37 puis 39 cloches[18]. Les 32 premières cloches se répartissent comme suit :

Nom Masse Note Année Fondeur
La France
(bourdon)
3 500 kg La2 1896 Paccard
Le Maine 1 500 kg Ré3 1896 Paccard
La Romaine 1 000 kg Mi3 1896 Paccard
L'Immaculée 840 kg Fa3 1896 Paccard
La Normandie 750 kg Fa#3 1896 Paccard
La Religieuse 600 kg Sol3 1896 Paccard
L'Apostolique 500 kg Sol#3 1896 Paccard
La Bretagne 425 kg La3 1896 Paccard
La Militaire 350 kg La#3 1896 Paccard
La Paroissienne 300 kg Si3 1896 Paccard
La Messine 250 kg Do4 1896 Paccard
La Parisienne 210 kg Do#4 1896 Paccard
La Maternelle 175 kg Ré4 1896 Paccard
L'Angevine 150 kg Ré#4 1896 Paccard
La Tourangelle 125 kg Mi4 1896 Paccard
La Grenobloise 110 kg Fa4 1896 Paccard
La Bordelaise 90 kg Fa#4 1896 Paccard
La Marie 75 kg Sol4 1896 Paccard
La Briançonnaise 65 kg Sol#4 1896 Paccard
La Toulousaine 55 kg La4 1896 Paccard
La Rouennaise 45 kg La#4 1896 Paccard
La Lorraine 35 kg Si4 1896 Paccard
La Marseillaise 30 kg Do5 1896 Paccard
La Savoisienne 26 kg Do#5 1896 Paccard
La Fraternelle 22 kg Ré5 1896 Paccard
Ré#5
Mi5
Fa5
Fa#5
Sol5
Sol#5
La5

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Chiron, Enquête sur les apparitions de la Vierge, Perrin, , 427 p. (ISBN 978-2-262-02832-9), p. 208-216.
  2. a b c d e f et g Thibault QUARTIER, « Au coeur du sanctuaire de Pontmain, la basilique », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2020).
  3. D'autres sources donnent la date de 1894.
  4. Certaines sources indiquent comme cause du retard de consécration « la vacance du siège épiscopal à Laval ». Cependant Mgr Jules Cléret était évêque à cette période. L'explication du retard de consécration (après les travaux) semble peu claire.
  5. a b c d e et f « Parfum de basiliques », sur diocesedelaval.fr, (consulté le 19 avril 2020).
  6. René Laurenin, Albert Durand, Pontmain, histoire authentique, Apostolat des éditions, , p. 284
  7. Concept manié par Alphonse Dupront dans son anthropologie du pèlerinage.
  8. Philippe Boutry, Pierre Antoine Fabre et Dominique Julia, Reliques modernes : cultes et usages chrétiens des corps saints des Réformes aux révolutions, Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales, coll. « En temps et lieux », , 429 p. (ISBN 978-2713221743), p. 146.
  9. Yves Chiron 2007, p. 213.
  10. Joachim Bouflet et Philippe Boutry, Un signe dans le ciel : Les apparitions de la Vierge, Paris, Grasset, , 475 p. (ISBN 978-2-246-52051-1), p. 159.
  11. Joachim Bouflet et Philippe Boutry 1997, p. 161.
  12. René Laurentin et Patrick Sbalchiero, Dictionnaire des "apparitions" de la Vierge Marie, Fayard, , 1426 p. (ISBN 9782213-671321), p. 750.
  13. « Pontmain », Pèlerin, no 6976,‎ , p. 24.
  14. a et b Olivier BOTTIN, « Pontmain. Cinq choses à savoir sur le pèlerinage de l’Assomption », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2020).
  15. Domitille Blanc Tavernier, « La basilique Notre-Dame de Pontmain », Le Bulletin-Le jour du Seigneur, no 219,‎ , p. 5.
  16. Les « forts piliers » sont visibles en amont et aval des colonnettes.
  17. « Prier avec les vitraux de la basilique », sur sanctuaire-pontmain.com (consulté le 19 avril 2020).
  18. Association diocésaine de Laval, Pélerin de Pontmain, Laval, Ateliers Carmella, 1995, 171p., p. 27-28

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]