Jean Délémontez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Délémontez
Naissance
Lyon
Décès (à 97 ans)
Saint-Augustin
Charente-Maritime
Nationalité Drapeau : France française
Profession
Constructeur d'avions
Formation
École de formation des sous-officiers de l'Armée de l'air
Distinctions
Chevalier de la Légion d'honneur
Chevalier de l'ordre national du Mérite
EAA Homebuilders' Hall of Fame
Famille
Édouard Joly (beau-père)

Jean Délémontez, né à Lyon le [1], décédé le à Saint-Augustin[2], est un concepteur d'avions légers. Associé à Édouard Joly, ils sont à l'origine de la lignée des avions Jodel (« Jo » pour Joly et « del » pour Délémontez).

Il s'engage dans l'armée de l'air à l'école des mécaniciens de Rochefort et est affecté à Dijon-Longvic en 1936. Passionné d'avions, il commence à construire un Pou-du-ciel (le fameux HM-14 d'Henri Mignet). Il entend parler d'un pou construit pas très loin, à Beaune et décide de s'y rendre. C'est là qu'il rencontre Édouard Joly avec qui il sympathise. Il va souvent venir à Beaune pour parler avion et probablement aussi pour voir la fille d'Édouard qu'il épousera à la fin de la guerre.

Mais la guerre est déclarée, et Jean Délémontez est mobilisé, il participe à toute la bataille de France comme mécanicien au sein du GC III/7 équipé de MS.406. Il est ensuite affecté à l'Atelier industriel de l'aéronautique (AIA) à Blagnac. C'est là, qu'en plus de son travail, il commence à étudier des avions, les D1, D2 et D3 qui ne dépasseront pas le stade de la planche à dessin. En 1943, il a l'autorisation de regagner Beaune chez les Joly pour travailler à maintenir les machines agricoles, objet social de la société d'Édouard.

Les D5, D6, D7 et D8 seront conçus et resteront également sur le papier.

En 1946, après la guerre, tout est à reconstruire, il s'associe avec son beau-père pour fonder la société des avions Jodel. Le but est l'étude, la construction et la réparation de matériel aérien. Ils vont tout de suite avoir du travail avec la réparation des planeurs du Service de l'aviation légère et sportive (SALS, ancêtre du SFACT actuel).

Mais Jean est toujours attiré par la conception d'avion et le neuvième projet sera le bon : le D9 « Bébé Jodel» fera son premier vol en 1948. Il sera suivi par la lignée des avions Jodel et Robin de type DR (Délémontez-Robin), fabriqués à plus de 7 000 exemplaires depuis plus de cinquante ans.

Ses avions se construisent toujours sous les statuts de CNRA ou ULM. Rappel : les D9 - D11 - D18 - D19 - D20 et DC21 bénéficient du statut ULM en respectant le poids maxi de 300 kg pour les monoplaces et 450 kg pour les biplace, le DC21 dernier né n'est pas un JODEL (Delemontez Chapron 21e projet).

Jean Délémontez est chevalier de la Légion d'honneur, chevalier de l'ordre national du Mérite. En 2000 il est entré à l'Experimental Aircraft Association Homebuilders' Hall of Fame qui récompense les plus grands concepteurs d'avion de construction amateur[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cercle aéronautique Louis Mouillard, « JOLY-DELEMONTEZ : une histoire de famille », (consulté le 10 juillet 2015).
  2. François Besse, « Jean Delemontez nous a quittés… – aeroVFR », sur www.aerovfr.com (consulté le 8 juillet 2015).
  3. (en) « EAA Homebuilders Hall of Fame », Experimental Aircraft Association (consulté le 11 juillet 2015).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Xavier Massé, Avions Jodel, Nouvelles Editions Latines, (ISBN 2723305201)