Jean Bidot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Bidot
BIDOT Jean Malvern Star.jpg
Informations
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipes amateurs
Équipes professionnelles
1927-1928 Alcyon - Dunlop
1928 Alleluia - Wolber
1929 La Française-Diamant-Dunlop
1930-1933 Alcyon - Dunlop
1934-1936 Helyett-Hutchinson
1935-1937 Genial Lucifer - Hutchinson
1935 Essor - Hutchinson
1939 Génial Lucifer - Hutchinson
Terrot - Hutchinson
Équipes dirigées
1950-1951 Drapeau : France France (sélectionneur)

Jean Bidot (né le à Saint-Germain-en-Laye et mort le à Paris) est un coureur cycliste français. Professionnel de 1926 à 1939, il était surnommé « Patte de biche » ou le « Stratège ». Vainqueur du Critérium des Aiglons en 1926, il gagne le circuit de Paris en 1928 et se classe deuxième du championnat de France de cyclisme sur route en 1929. Il remporte Paris-Belfort et Paris-Vichy en 1931, puis à nouveau cette dernière course en 1932 ainsi que Paris-Angers. En 1933, il gagne le circuit des Deux-Sèvres puis le Tour du Vaucluse l'année suivante et en 1935. Il devient directeur technique de l'équipe de France en 1950 et 1951. Son frère Marcel a également été cycliste professionnel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Bidot naît le 23 janvier 1905 à Saint-Germain-en-Laye. Il a un frère, Marcel, de trois ans son aîné. Il se révèle en 1926 en remportant le Critérium des Aiglons, une course réservée aux coureurs professionnels de moins de 30 ans qui n'ont pas encore remporté de course majeure[1]. Il en prend d'ailleurs la deuxième place l'année suivante en remportant la première étape de l'épreuve[2]. En 1928, il remporte le Circuit de Paris, se classe 3e du Circuit de Champagne et de Paris-Le Havre et participe à son premier Tour de France. Il prend la 22e place du classement général et obtient notamment la deuxième place de la dernière étape à Paris. En 1930, il se classe troisième du Tour de Tasmanie, et y remporte notamment la deuxième étape[3].

Il obtient deux nouvelles victoires en 1931 en remportant Paris-Belfort et Paris-Vichy. Il s'impose à nouveau sur cette course l'année suivante, ainsi que sur Paris-Angers. En 1933, il gagne Paris-Troyes et réussit le doublé sur le Tour du Vaucluse en 1934 et 1935[4].

À la fin de sa carrière, il se consacre à l'écriture de chroniques et de manuels d'entraînement. Il se montre très critique à l'égard des coureurs français en difficulté dans le Tour de France. Alors qu'il est considéré comme un fin tacticien, Jacques Goddet fait appel à lui pour prendre en main l'équipe de France sur le Tour 1950. Jean Bidot accepte, à condition d'avoir la priorité sur la sélection des coureurs au sein de l'équipe et que son frère Marcel soit le chauffeur de sa voiture. Il s'oppose ainsi aux choix de Jacques Goddet et lui explique qu'il souhaite construire son équipe autour de deux leaders, Louison Bobet et Raphaël Géminiani, entourés d'équipiers entièrement dévoués à leur cause. Il choisit alors d'écarter certains coureurs appréciés de Jacques Goddet, comme Attilio Redolfi, au profit de Lucien Lazaridès, dans lequel il voit un excellent équipier. Il ne dirige l'équipe de France qu'en 1950 et 1951, avant de laisser son frère Marcel Bidot lui succéder l'année suivante[4].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Finale du brevet militaire Wolber, stade Buffalo, le 12 août 1923, de g. à d. Alfredo Binda, 3e, Jean Bidot, 1er.

Résultats sur le Tour de France[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Critérium des Aiglons a pris fin hier », Le Petit Parisien,‎ , p. 3 (ISSN 0999-2707, lire en ligne).
  2. « Jean Bidot gagne la première étape du Critérium des Aiglons », Le Petit Parisien,‎ , p. 3 (ISSN 0999-2707, lire en ligne).
  3. « Palmarès de Jean Bidot », sur siteducyclisme.net (consulté le 20 juillet 2015).
  4. a et b Jacques Augendre, Petites histoires secrètes du Tour..., Solar, (ISBN 978-2-263-06987-1), p. 70-72.