Jean-Victor Castor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean-Victor Castor
Illustration.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(3 mois et 5 jours)
Élection 18 juin 2022
Circonscription 1re de la Guyane
Législature XVIe (Cinquième République)
Groupe politique GDR
Prédécesseur Gabriel Serville
Conseiller régional de la Guyane

(6 ans)
Biographie
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Sinnamary (France)
Nationalité Française
Parti politique MDES
Profession Cadre technique d'entreprise

Jean-Victor Castor, né le à Sinnamary (Guyane), est un homme politique français.

Membre du Mouvement de décolonisation et d'émancipation sociale (MDES), il est élu député dans la 1re circonscription de la Guyane lors des élections législatives de 2022.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Victor Castor naît le à Sinnamary en Guyane. Membre d'une fratrie de huit enfants, il est fils d'instituteurs. Il fait des études de chimie en France[1].

Employé chez EDF et membre de l'Union des travailleurs guyanais, il est licencié pour fait de grève. À l'issue de nouvelles études, il obtient un diplôme en génie climatique, puis travaille comme chargé d'affaires dans une grande entreprise[1].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Jean-Victor Castor est élu au conseil régional de la Guyane de 1998 à 2004, conseiller municipal d'opposition à Matoury et membre de la Communauté d'agglomération du Centre Littoral (CACL)[2].

En 2012, il devient secrétaire général du Mouvement de décolonisation et d'émancipation sociale (MDES)[1].

Député[modifier | modifier le code]

Candidat du MDES soutenu par le Nouveau Parti anticapitaliste dans la première circonscription de la Guyane lors des élections législatives de 2022, il est élu député à l'Assemblée nationale au second tour face à Yvane Goua, soutenue par La France insoumise au second tour sur le plan national (La France Insoumise guyanaise soutenant au second tour Jean-Victor Castor)[3]. C'est la première fois que le MDES obtient un député.

Il décide d'intégrer le groupe parlementaire de la Gauche démocrate et républicaine (GDR), ou siègent douze députés du PCF et dix députés ultramarins[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]