Jean-Michel Ponzio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Michel Ponzio
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (53 ans)
Nationalité
Activité

Jean-Michel Ponzio est un auteur de bande dessinée français né le .

Carrière[modifier | modifier le code]

Jean-Michel Ponzio naît le à Rognac (Bouches-du-Rhône). En 1985, il obtient un brevet de technicien dessinateur maquettiste à Marseille. Il poursuit avec des études de communication publicitaire à l'École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d'art à Paris en 1986. Il passe un brevet de technicien supérieur en expression visuelle, option « image de communication » en 1989 à Toulouse.

Il obtient un « diplôme d’étude supérieure en imagerie numérique » au CNBDI d’Angoulême. De 1996 à 2000, il travaille d’abord au studio Fantôme, sur la série Insektors, puis à la Buf Compagnie sur l'élaboration de décors et de design pour diverses productions cinématographiques et publicitaires (Batman et Robin, Fight club, Simone, entre autres).

En 2001, il débute dans l'illustration de couverture de livres pour les éditions J'ai lu. Deux créneaux sont exploités, les œuvres indépendantes (ex : 2010, 3001 et 3010 d’Arthur C. Clarke) et « Le félin agent secret féodal », une collection pour la jeunesse (quinze tomes).

En paraît l'album T'ien Keou et en Kybrilon d’après deux nouvelles écrites par Laurent Genefort. Ponzio publie Dernier exil, mini série en deux albums, éditée aux éditions Carabas (deux tomes parus). Chez Carabas également est adapté en one-shot le film Inju de Barbet Schroeder.

Il collabore avec le scénariste Richard Marazano pour deux séries d’albums : Genetiks, une histoire traitant du clonage humain, parue chez Futuropolis (trois tomes) et Le complexe du chimpanzé, une aventure spatiale éditée chez Dargaud (trois tomes parus)[1]. Il signe chez Carabas une mini-série en deux tomes, et en solo, Les survivants du silence (deux tomes). Enfin, il adapte, avec le scénariste Janhel, la série TV Plus belle la vie en roman graphique (Vents d’ouest)[2] : le premier tome Mémoires brûlées sort en mai 2009[3] et le second Un jumeau pour la vie en novembre 2011[4].

En 2012, il succède à Paul Gillon pour terminer la série L’Ordre de Cicéron, tome 4 aux éditions Glénat[5]. Toujours chez Glénat, il est le dessinateur des deux tomes de Black Lord paraissant en 2014 sur un scénario de Xavier Dorison et de son frère Guillaume Dorison[6].

Il signe chez Dargaud, à nouveau avec Richard Marazano, Le Protocole pélican (série en quatre tomes, à partir de 2011) et Mémoires de la guerre civile (série en trois tomes, à partir de 2017)[7],[8].

Parallèlement à son activité de dessinateur, il continue la conception de décors pour des projets de long métrage d’animation pour le cinéma et pour des spots publicitaires.

Publications[modifier | modifier le code]

Prix et nominations[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Benoît Cassel, « Interview Richard Marazano et Jean-Michel Ponzio », sur Planète BD, .
  2. Rédaction, « Plus Belle La Vie : après les livres, la BD le 27 mai ! », sur Première, .
  3. Jean-Bernard Vanier, « Plus belle la vie T1- Mémoires brûlées », sur Planète BD,
  4. Rédaction, « Le second tome de la BD inspirée de la série Plus Belle la vie vient de sortir chez Vents d'ouest. Son titre : Un jumeau pour la vie », sur Première, .
  5. Daniel Muraz, « La fin bien carrée de l’Ordre de Cicéron », sur Le courrier plus, .
  6. Jean-Laurent Truc, « Black Lord, pirates en Somalie », sur Ligne claire, .
  7. A. Perroud, « Mémoires de la guerre civile 1 », sur BD Gest',
  8. Jean-Laurent Truc, « Mémoires de la guerre civile T3, la liberté à tout prix », sur Ligne claire, .
  9. Gil Roy, « Jean-Michel Ponzio se paie votre portrait », sur Aerobuzz, .
  10. « Prix Bob Morane - Les lauréats 2008 », sur Noosfère, .
  11. Benjamin Roure, « Angoulême 2012 : la sélection officielle », sur Bodoï, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Filippini, « Genetiks, t.1 : la vie éternelle », dBD, no 16,‎ , p. 18.

Liens externes[modifier | modifier le code]