Jean-Louis Bagot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bagot.
Jean-Louis Bagot
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
Activité

Jean-Louis Bagot, né le à Saint-Brieuc et décédé le à Saint-Brieuc, a été maire de Saint-Brieuc de 1774 à 1790 et député à l'Assemblée législative en 1791.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il s'était fait remarquer à Brest pour son dévouement pendant l'épidémie de peste, puis en Guinée, au cours d'un voyage, où il se montra courageux et fut blessé dans la cave d'un navire négrier où il était allé soigner des noirs révoltés. Chirurgien de marine, après avoir obtenu le diplôme de docteur en médecine à Reims en 1762, il s'installe à Saint-Brieuc où les médecins sont rares. Affecté à l'hôpital, il enseigne les premières notions de médecine aux filles du Saint-Esprit. Le roi le fait nommer médecin des épidémies de Bretagne, puis membre associé de l'académie royale de médecine de Paris et il se voit décerner une médaille d'or de médecine. Ayant renoncé à la politique, il succombe à une typhoïde.

Œuvre manuscrite[modifier | modifier le code]

  • Observations médicinales et observations météorologiques effectuées à Saint-Brieuc (de 1772 à 1790).
  • Observations économiques et politiques sur le diocèse de Saint-Brieuc de 1778 à 1790).

Ces manuscrits sont conservés aux Archives départementales des Côtes-d'Armor.

Hommages[modifier | modifier le code]

Plusieurs villes de Bretagne ont donné son nom à une rue, on peut citer notamment Nantes, Saint-Brieuc, Trégueux[1].

Il existe ainsi :

  • une rue Bagot à Saint-Brieuc ;
  • une rue Jean-Louis Bagot à Plérin par décision du conseil municipal en date du 29 mars 2004 ;
  • une rue du Docteur-Bagot à Roscoff ;
  • C'est par erreur qu'on le prétend né à Trégueux. La place principale de cette commune a reçu son nom par délibération du 18 septembre 1926. Peut-être l'a-t-on confondu avec son frère ou a-t-on voulu honorer la mémoire de l'éminent médecin.

Famille[modifier | modifier le code]

Sa fille, Julie Bagot, fondatrice d’un orphelinat, née à Saint-Brieuc le 27 avril 1785, décédée à Saint-Brieuc le 6 septembre 1864, reçu le Prix Montyon de la Vertu en 1832.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]