Jean-André Barrot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barrot.
Jean-André Barrot
Fonctions
Député de la Lozère

(3 ans, 1 mois et 19 jours)
Gouvernement Convention nationale
Député au Conseil des anciens

(2 ans, 8 mois et 11 jours)
Député du Corps législatif

(15 ans, 5 mois et 11 jours)
Chambre des députés (Restauration)

(9 mois et 16 jours)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Planchamp (Lozère)
Date de décès (à 92 ans)
Lieu de décès Paris
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique Gauche
Enfants Adolphe Barrot
Odilon Barrot
Ferdinand Barrot
Profession Magistrat
députés de la Lozère

Jean-André Barrot né en à Planchamp et mort le à Paris, est un homme politique et juge français.

La Révolution et la convention nationale[modifier | modifier le code]

Barrot était juge au tribunal de district de Langogne, lorsqu'il fut élu, le 4 septembre 1792, membre de la Convention nationale par le département de la Lozère, à la pluralité des voix sur 218 votants. Dans le procès de Louis XVI, il répondit, au 3e appel nominal : « Comme je suis parfaitement convaincu qu'il n'existe plus parmi nous de traces de la royauté; comme la mort de Louis ne me paraît pas nécessaire, utile même à l'intérêt de la République, je vote pour la réclusion pendant la guerre. » Il fut, le 23 vendémiaire an IV, du nombre des conventionnels élus au Conseil des Anciens, ou il fut réélu par le département de la Lozère, le 23 germinal an VI. Il fit ensuite partie du Corps législatif pendant toute sa durée, du 4 nivôse an VIII à 1814, le Sénat conservateur lui ayant renouvelé son mandat le 18 février 1807 et le 6 janvier 1813; il vota, en 1814, la déchéance de l'empereur, et, en mars 1815, parla en faveur des Bourbons ; quelques semaines après, il faisait partie de la députation de la Chambre chargée de féliciter Napoléon à son retour de l'île d'Elbe, et fut envoyé à la Chambre des Cent-Jours par le collège du département de la Lozère (14 mai 1815). Louis XVIII, le nomma, le 15 octobre 1815, juge au tribunal de première instance de la Seine; mais, devant les protestations de ses collègues, il préféra donner sa démission.

Ses réponses aux quatre questions posées au procès de Louis XVI seront :

  1. « Louis Capet est-il coupable de conspiration contre la liberté publique et d'attentats contre la sûreté générale de l'État, oui ou non ? » : oui
  2. « Le jugement de la Convention nationale contre Louis Capet sera-t-il soumis à la ratification du peuple, oui ou non ? » : oui
  3. « Quelle peine sera infligée à Louis ? » : déportation de Louis, de sa femme et de ses deux enfants dans une de nos îles les plus inaccessibles, gardés par un corps de Parisiens jusqu'à ce que cette mesure soit jugée inutile
  4. « Y aura-t-il un sursis à l'exécution du jugement de Louis Capet ? » : non.

Famille[modifier | modifier le code]

Jean-André Barrot est le père de Odilon, Ferdinand et Adolphe qui seront tous trois des membres éminents de la politique française post-révolutionnaire.

Sources[modifier | modifier le code]