Tivoli (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jardins de Tivoli (Paris))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tivoli (homonymie).
Affiche publicitaire de 1874, Jules Chéret.
Affiche du Bal de nuit de Jules Chéret, en 1872.

Le Tivoli est un parc de loisirs parisien aujourd'hui disparu qui se trouvait dans l'actuel quartier de la gare Saint-Lazare dans le 9e arrondissement. Lieu d'agrément et de libertinage de la bonne société, il est resté en activité de 1730 à 1842, même si son emplacement a varié au fil du temps.

La Folie-Boutin ou Grand Tivoli[modifier | modifier le code]

En 1766, Simon-Gabriel Boutin, fils d'un fermier général, aménage un vaste jardin, dont l'entrée se situe alors entre les nos  66 et 110 de la rue Saint-Lazare, qu'il baptise Tivoli en référence aux célèbres jardins de la ville italienne de Tivoli et en particulier celui de la villa d'Este. Il y fait édifier plusieurs folies et parsème le terrain de rochers et de fausses ruines.

Une seconde entrée est pratiquée au no 27 de la rue de Clichy. Un club contre-révolutionnaire, dit « de Clichy », occupe ce pavillon de 1796 à 1797. Après la déportation de la plupart des « Clichiens », le banquier Hainguerlot puis la Légation d'Espagne s'y installent.

Le jardin devient rapidement le lieu de villégiature et de divertissement préféré de la bonne société parisienne. Il ferme en 1810 pour se transporter en face, sur l'emplacement plus modeste de la Folie-Richelieu, puis rouvrir encore plus somptueux en 1812 sous le nom de « Grand Tivoli » (par rapport à la Folie-Richelieu), avec différentes attractions comme des montagnes russes, une grande roue, etc. Le maître-artificier Ruggieri y organise de grands spectacles pyrotechniques. Il ferme définitivement le 7 juin 1825 pour réapparaître au no 88 de la même rue. À son emplacement est édifié le quartier de l'Europe.

La Folie-Richelieu ou second Tivoli[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le maréchal de Richelieu la fait construire en 1730 pour ses divertissements personnels, entre les nos 18 et 38 de la rue de Clichy. Ses jardins s'étendent jusqu'à la rue Blanche. Il s'y tient des réunions assez osées, tels ces repas en tenue d'Adam, servis dans un pavillon isolé au milieu d'un parc arboré. Louis XV vient y souper avec Mme de Pompadour. Le maréchal la conserve jusqu'en 1765.

Sous le Directoire, la Folie-Richelieu devient la propriété d'une Merveilleuse réputée, Fortunée Hamelin, belle et spirituelle créole, déesse de la valse, dont les banquiers Ouvrard et Perrégaux sont les plus fervents adorateurs.

De 1810 à 1812[1], elle abrite le parc d'attractions du Tivoli, chassé de la Folie-Boutin. Elle passe ensuite de mains en mains. La rue Moncey est percée en 1842, à la limite nord de ses dépendances. L'église de la Sainte-Trinité y est édifiée en 1851 pour être déplacée en 1861 quelques centaines de mètres plus bas. Un « hall de loisirs » est ensuite installé avec, entre autres, un « skating » (grande piste pour patins à roulettes). En 1880, une partie de l'établissement est aménagée en salle de spectacles : le Palace-Théâtre. La patinoire, dont l'accès se fait désormais par la rue Blanche, est à son tour démolie pour faire place au Nouveau-Théâtre, futur théâtre de Paris.

Le Palace-Théâtre devient quant à lui le Casino de Paris. Le music-hall de l'Apollo est construit au no 20.

La Folie-Bouxière ou Nouveau-Tivoli[modifier | modifier le code]

Cette folie est construite au no 88 de la rue de Clichy vers 1760 pour le fermier général de la Bouxière. Véritable Petit Trianon, avec ses jardins, son parc, ses charmilles, il devint en 1826 le « Nouveau-Tivoli », troisième du nom. Parc d'attractions, où se pratique notamment le tir aux pigeons, importé d'Angleterre en 1831, en 10 ans y furent tués plus de 300 000 pigeons. Il disparaît en 1842 en raison du percement de la rue Ballu, la rue de Bruxelles, la rue de Calais, la rue de Vintimille, la rue de Douai, la place Adolphe-Max et du square Hector-Berlioz.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les jardins Tivoli Georges Faget-Bernard.

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilbert-Antoine Langlois, Folies, Tivolis et attractions, Délégation à l'Action Artistique de la Ville de Paris, Paris, juin 1991 (ISBN 978-2905118356)
  • Bruno Centorame (dir.), La Nouvelle Athènes : Haut-lieu du Romantisme, Délégation à l'Action Artistique de la Ville de Paris, Paris, 2001 (ISBN 978-2-913246-35-5)
  • Jacques Hillairet, Connaissance du vieux Paris, 1951.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :