Janine Jambu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Janine Jambu
Image illustrative de l'article Janine Jambu
Fonctions
Maire de Bagneux

(18 ans, 11 mois et 23 jours)
Prédécesseur Henri Ravera
Successeur Marie-Hélène Amiable
Députée des Hauts-de-Seine
Élue dans la 11e circonscription

(4 ans, 2 mois et 28 jours)
Gouvernement Ve République
Législature Xe, XIe et XIIe
Groupe politique groupe communiste
Successeur Marie-Hélène Amiable
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Berre-l'Étang (Bouches-du-Rhône)
Date de décès (à 69 ans)
Nature du décès Infarctus du myocarde
Nationalité Drapeau de la France France
Parti politique Parti communiste français
Profession Employée de bureau
Résidence Onzième circonscription des Hauts-de-Seine

Janine Jambu, née le à Berre-l'Étang (Bouches-du-Rhône), et morte le à Bagneux (Hauts-de-Seine)[1], est une femme politique française. Elle est député des Hauts-de-Seine de 1993 à 2007.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille d’Adrien Jambu, technicien du bâtiment, et de Julienne Auber, mère au foyer, Janine Jambu obtient son brevet d’études professionnelles. À 17 ans, elle entre comme employée de bureau aux usines Ferodo à Saint-Ouen.

La même année, influencée par le militantisme de son frère, elle adhère aux Jeunesses Communistes lors de la mobilisation pour la Paix en Algérie.

Janine Jambu adhère au Parti Communiste français en 1962. Elle est également militante de la CGT et de la CNL. Ayant fait ses classes dans les écoles de formation du PCF, notamment l’école d’un an à Moscou, elle devient membre du comité fédéral des communistes des Hauts-de-Seine à partir de 1964.

En 1968, elle devient responsable nationale de l’Union des Jeunes Filles de France. En 1976, Janine Jambu intervient au XXIIème Congrès du PCF, et entre au Comité Central[2]. Elle sera remarquée pour son intervention au sujet du chemin pour aller vers le socialisme dans un cadre démocratique avancé[3].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Janine Jambu commence sa carrière politique comme conseillère municipale de Colombes, en 1969.

En 1982, à la suite de son installation à Bagneux en tant que collaboratrice d'Henri Ravera, maire communiste, elle reçoit son parrainage[4] lors des élections cantonales où elle réunit 39% des suffrages au premier tour, face à la candidate socialiste Monique Macherey (26,5%) et deux candidats de droite, Doniguian (22,4%) et Chêne (12,1%). Au second tour, Janine Jambu recueille 64,25% des suffrages et est élue conseillère générale des Hauts-de-Seine[5].

En 1983, elle entre dans l'équipe municipale d'Henri Ravera, et devient sa première adjointe chargée de l'urbanisme. Le 22 mai 1985, Henri Ravera se sachant malade, cède la place de maire à Janine Jambu lors d'un conseil municipal extraordinaire en présence de Madeleine Vincent, Guy Ducoloné, Léo Figuères, Michel Duffour, Marie-Georges Buffet, André Aubry, Pierre Sotura, Robert Gelly, Lucien Sève et Edmond Amiable[6].

Les élections cantonales de 1988 ont lieu dans un contexte plus tendu entre les partenaires socialistes et communistes. Monique Macherey, désormais députée suppléante, ira même jusqu'à déposer une plainte à l'encontre de deux militants de l'Aube Nouvelle, journal local dont Janine Jambu est directrice, et la mettant directement en cause dans ses tracts[7]. Cependant, la maire de Bagneux conserve son avance avec 44% au premier tour, devant la candidate socialiste (26,5%), le leader de la droite Doniguian (18,7%), Elie Quisefit du FN (6,94%) et un écologiste (3,67%). Au second tour, par le fait du désistement républicain, Janine Jambu n'a plus d'adversaire et réalise le score de 100%.

Lors des élections municipales de 1989, les sections du PCF et du PS trouvent un accord pour présenter une liste d'union à gauche menée par Janine Jambu. Elle affronte alors la liste dissidente de Macherey, exclue du PS, et du candidat de droite Doniguian. Au premier tour, la liste d'union arrive largement en tête avec 48,39% des voix, suivie de la droite à 27,5% et de Macherey à 24,11%. Au second tour, les trois listes se maintiennent et la liste menée par Janine Jambu est élue à 49,36%, devant Doniguian à 30,04% et Macherey à 20,6%.

Janine Jambu est élue députée de la onzième circonscription des Hauts-de-Seine le , pour la Xe législature en battant Alain Robert au second tour. Janine Jambu affronte une nouvelle fois Alain Robert lors des élections municipales de 1995. La liste d'union de la gauche fait 52,49% et celle de la droite 47,51%. Janine Jambu est réélue maire de Bagneux.

Elle est également réélue députée pour les XIe et XIIe législatures en 1997 et 2002. Elle fait partie du groupe communiste. Lors des élections législatives de 2007, elle choisit de ne pas se représenter et c'est Marie-Hélène Amiable, qui lui avait succédé à la mairie de Bagneux en mai 2004, qui est élue députée.

Elle meurt le des suite d'un infarctus du myocarde foudroyant[8].

Ses obsèques réunissent plus de 3 000 personnes, dont Marie-Georges Buffet, Roland Muzeau et Pierre Laurent[9].

La ville de Bagneux a donné son nom à la halle des sports.

Condamnation[modifier | modifier le code]

Janine Jambu est condamnée le par le tribunal correctionnel de Nanterre à quatre mois de prison avec sursis et cinq ans d’inéligibilité pour prise illégale d’intérêts dans une affaire de subventions à des associations locales. Les faits reprochés datent du 26 mars 2002, puis en 2003 et 2004. Elle fait appel[10], mais la cour d’appel de Versailles le a maintenu sa condamnation, réduisant la peine à une amende de 1 500 €[réf. nécessaire]. Son avocat, Patrice Cohen-Seat, s'attache alors à démontrer que l'édile mise en cause n'a jamais tiré d'intérêt personnel ni d'enrichissement de l'exercice de son mandat[11]. La condamnation de Janine Jambu suscite l'indignation de toute la classe politique[12].

Mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Communiqué de presse, mairie de Bagneux (Hauts-de-Seine), le .
  2. « Janine Jambu », sur maitron-en-ligne, (consulté le 8 février 2017)
  3. « XXIIème Congrès du PCF : socialisme et liberté », sur www.cinearchives.org, 4-8 février 1976
  4. Archives communales de Bagneux, 12C27 : L'Aube Nouvelle, journal d'information locale, 18 décembre 1981.
  5. Archives communales de Bagneux, 234W5 : Élections cantonales, 1982.
  6. « Bulletin municipal de Bagneux, mai 1985 », sur my.yoolib.com/ambagneux/, (consulté le 10 février 2017)
  7. Archives communales de Bagneux, 238W12 : Élections cantonales, 1988.
  8. « Emotion après la mort de Janine Jambu : Maire (PC) de Bagneux jusqu'en 2004, ex-députée et conseillère générale, Janine Jambu est brutalement décédée mercredi d'une crise cardiaque. Sa ville est sous le choc. », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  9. « 3 000 personnes aux obsèques de Janine Jambu », sur www.leparisien.fr, (consulté le 8 février 2017)
  10. « La députée PCF condamnée à cinq ans d'inéligibilité », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  11. « Scandaleuse condamnation », sur www.humanite.fr, (consulté le 8 février 2017)
  12. « Voeu de soutien à Janine Jambu », sur www.patrice-leclerc.org, (consulté le 8 février 2017)
  13. Madeleine Leveau-Fernandez & Antoine Bertoncini, Bagneux des origines à nos jours, Ville de Bagneux, , 255 p. (ISBN 2-9500846-0-5)
  14. Frédéric Mouchon, « La démission surprise du maire de Bagneux », Le Parisien,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]