James Fownes Somerville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Somerville.
James Fownes Somerville
James Fownes Somerville
James Fownes Somerville

Naissance 17 juillet 1882
Weybridge, Surrey
Décès 19 mars 1949 (à 67 ans)
Dinder, Somerset
Grade Amiral de la Flotte
Années de service 18951945
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Commandement Force H
Flotte britannique d'Orient
Faits d'armes Bataille de Mers el Kébir
Poursuite du Bismarck
Bataille de Malte
Bombardement de Sabang et de Surabaya
Distinctions Distinguished Service Order Ordre du Bain
Ordre de l'Empire britannique

James Fownes Somerville (17 juillet 1882 - 19 mars 1949) est un amiral britannique et connu pour son rôle au cours de la Seconde Guerre mondiale, à la tête de la Force H, à bataille de Mers el Kébir, dans la défense de Malte, pour son intervention décisive, dans la poursuite du Bismarck, puis, à partir de 1942, comme Commandant-en-Chef de la Flotte britannique d'Orient.

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'Arthur Fownes Somerville né à Weybrige dans le Surrey. Il rejoint la Royal Navy en 1897 et devient lieutenant le 15 mars 1904. Spécialiste en radio, il participa au débarquement de Gallipoli durant la Première Guerre mondiale. Il y reçut la Distinguished Service Order. Il atteint le grade de captain en 1921. De 1929 à 1931, il fut instructeur de la marine à l'Imperial Defence College. Il est promu au grade de contre-amiral le 12 octobre 1933.

Il commande, de 1936 à 1938, la flottille de destroyers de la Mediterranean Fleet et durant la guerre d'Espagne, il aida à protéger les Républicains de Majorque. De 1938 à 1939, il prend un commandement dans les Indes Orientales avant de se retirer pour raisons de santé.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En Europe[modifier | modifier le code]

Il est rappelé dès le début de la guerre notamment pour aider à la mise en place des nouveaux radars. En mai-juin 1940, il participe sous les ordres de l'amiral Ramsey à l'évacuation de Dunkerque. À la suite de l'armistice franco-allemand, il est désigné par Winston Churchill pour prendre le commandement de la force H qui doit exécuter l'opération Catapult et notamment la neutralisation de la flotte française à Mers-El-Kébir. Churchill lui dit alors ceci :

« Vous êtes chargé d'une des tâches les plus désagréables à laquelle un amiral britannique ait jamais été confronté, mais nous avons entière confiance en vous et comptons sur vous pour la mener à bien sans relâche. »

Le 3 juillet, il s'efforce d'aboutir à un accord avec l'amiral Gensoul, chef de la flotte de Mers-El-Kébir. Mais pressé par l'Amirauté et par Churchill, il se voit contraint d'ouvrir le feu sur les cuirassés français à 17h55. Il inflige alors de lourdes pertes aux forces françaises, coulant notamment le cuirassé Bretagne, endommageant les cuirassés Dunkerque et Provence, ainsi que le contre-torpilleur Mogador. Il cesse le feu à 18h04, sans avoir achevé les cuirassés français et se lance à la poursuite du Strasbourg qui réussit à rallier Toulon avec cinq contre-torpilleurs. Il lança, le 6 juillet, avec le porte-avions de la Force H, HMS Ark Royal , une attaque aérienne pour achever le Dunkerque , ce qui aboutit à ajouter plus de deux cent morts au millier de victimes de la première attaque.

Le 9 février 1941, il organise un raid sur Gênes et à la fin février, il ne réussit pas à intercepter les Scharnhorst et Gneisenau rentrant d'un raid de deux mois dans l'Atlantique. Le 27 mai, il participe à la dernière attaque contre le Bismarck, et les "Swordfishes" de l'HMS Ark Royal , vont lui porter le coup fatal qui en permettra la destruction.

Sous son commandement, la Force H a joué, en Méditerranée occidentale un rôle considérable dans la défense de Malte pendant l'année 1941.

En Asie[modifier | modifier le code]

En mars 1942, il est appelé. au Commandement de la Flotte britannique d'Orient qui à la suite de la capitulation de Singapour, a du être repliée à Ceylan. Lors du raid sur Ceylan des porte-avions japonais du vice-amiral Nagumo, il sauve la plupart de ses grands bâtiments en se repliant sur l'atoll Addu dans les îles Maldives. Mais sa mission principale d'alors est d'assurer la protection du ravitaillement des forces britanniques combattant en Égypte, qui est acheminé par la route du Cap, le Canal de Mozambique et la Mer Rouge. C'est pourquoi il établit ses bases à Kilindini, l'avant-port de Mombasa et à Bombay, et entreprend à partir de mai 1942 l'attaque de Madagascar, pour empêcher les Japonais d'y établir des bases pour leurs sous-marins, au cas où les autorités françaises de Vichy n'auraient pas la volonté ou les possibilités de s'y opposer .

Au printemps 1944, il conduit des raids de bombardements sur les positions japonaises des Indes néerlandaises (Sabang et Surabaya). .

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

En 1944, il est remplacé par l'amiral Bruce Fraiser. Il est transféré à Washington en tant que membre de la délégation navale britannique. Il est promu amiral de la Flotte, le 8 mai 1945 et se retire du service actif peu après. En 1946, il est fait Lord Lieutenant du Somerset avant de mourir le 19 mars 1949.

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Donald MacIntyre, Fighting Admiral: The Life of Admiral of the Fleet Sir James Somerville (Evans Brothers, London, 1961)
  • James Somerville, The Somerville Papers: Selections from the Private and Official Correspondence of Admiral of the Fleet Sir James Somerville, GCB, GBE, DSO (Navy Records Society, London, 1996)