Jacques Truphémus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques Truphémus
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Nationalité
Activité
Distinction

Jacques Truphémus, né le à Grenoble[1], est un peintre français. Ses toiles ont pour thème des sujets classiques : portraits, nature morte, paysages.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études générales au lycée Champollion de Grenoble, il débute sa première période de création artistique en 1937. Il intègre l'école des Beaux-Arts de Lyon en 1941, étude qu'il termine en 1945-1946, celles-ci ont été interrompu par la guerre[2]. Il part ensuite à Paris en 1947, où il travaille comme veilleur de nuit. La même année, il expose une œuvre au Salon du Sud-Est à Lyon. Il expose à la chapelle du Lycée Ampère avec le groupe des Sansisme. Il se marie en 1950 avec Aimée Laurens[2]. Il travaille et vit à Lyon depuis les années 1950[3]. Durant les années 50, plusieurs expositions dans des galeries lui sont consacrés à Lyon, à Paris et à Annecy.

Il est représenté par la galerie Claude Bernard à Paris à partir des années 1990, période où il travaille dans les Cévennes[2].

En 2012, une rétrospective lui rend hommage à Lyon, la ville où il demeure[4],[3].

A l’occasion de la parution de l’ouvrage Jacques Truphémus en famille, le musée des Beaux-Arts de Lyon présente un accrochage du 11 décembre 2013 au 14 janvier 2014, d’une dizaine d’œuvres de l’artiste.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Jacques Truphémus. Ouvrage d'Yves Bonnefoy et Denis Lafay - RH Editions - 2011
  • Jacques Truphémus en famille, l'homme, le peintre, l’œuvre à la lumière des trésors des XIXe et XXe siècles du Musée de Grenoble et du Musée des Beaux-arts de Lyon. Ouvrage de Denis Lafay - Préface de Jean Clair - RH Editions - Lyon 2013
  • Jacques Truphémus, Bernard Claval, René Deroudille, Charlers Juliet et Jean-Jacques Lerrant, Au verseau Lausanne, La Bibliothèque des Arts, Paris, 1985
  • Jacques Truphémus, Musée des beaux-arts, Lyon, février 1986

Références[modifier | modifier le code]