Jacques Swaters

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques Swaters

Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Drapeau : Belgique Bruxelles, Belgique
Date de décès (à 84 ans)
Lieu de décès Drapeau : Belgique Bruxelles, Belgique
Nationalité Drapeau : Belgique belge
Carrière
Années d'activité 1951, 1953-1954
Qualité Pilote automobile
Équipe Écurie Belgique
Écurie Francorchamps

Statistiques
Nombre de courses 8 (7 départs)
Pole positions 0
Podiums 0
Victoires 0

Jacques Swaters (né le - mort le [1],[2]) est un pilote de course belge, propriétaire des équipes Écurie Francorchamps et Écurie nationale belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Swaters fait ses débuts aux 24 Heures de Spa-Francorchamps 1948 dans une MG de type P.B. modèle 1936, de 939 cm3[3], copilotée par son ami et pilote-journaliste Paul Frère; ils terminent quatrième de classe. En 1950, Swaters, Roger Laurent, Charles de Tornaco et André Pilette créent l'Écurie Belgique, une bannière sous laquelle ils préparent des voitures pour eux-mêmes, aussi bien en Grand Prix qu'en Voiture de Sport. Swaters pilote lui-même la Talbot-Lago T26C jaune, à différentes reprises, y compris aux deux manches du Championnat du Monde, le Grand Prix d'Allemagne 1951 (10e) et le Grand Prix d'Italie 1951 (abandon)[4].

Cependant, en 1952, Swaters et Charles de Tornaco, mettent sur pied l'Écurie Francorchamps, une écurie de course principalement associée à Ferrari. Swaters dirige l'équipe qui avait acheté une Ferrari 500, qu'il ramène lui-même de Modène à Chimay par la route, pour le Grand Prix des Frontières[5]. Celle-ci est engagée dans six épreuves de Formule 2, avec comme meilleur résultat une sixième place au Grand Prix d'Allemagne pour Roger Laurent[6]. Cette même année, Swaters a l'occasion de faire partie de l'équipe Oldsmobile pour le Grand Prix de Belgique des Voitures de Série, mais il détruit la voiture lors des qualifications[7]. Cependant, le 12 juillet 1953, Swaters lui-même s'adjuge la pole position et remporte la victoire lors des Courses Internationales de l'Avus de Formule 2.

Comme pilote, Swaters se concentre ensuite sur les courses de Voitures de Sport, au volant de :

Après s'être retiré de la compétition en 1957, Swaters devient directeur de l'Écurie nationale belge, qu'il avait formé en 1955 comme une fusion de son Écurie Francorchamps et de l'Écurie Belge de Johnny Claes. L'Écurie nationale belge engage des Cooper-Climax en Formule 2, aussi bien pour des pilotes belges expérimentés que pour de jeunes talents belges comme Olivier Gendebien, Lucien Bianchi et Mauro Bianchi. Cette expérience permet de dynamiser leurs carrières respectives. L'équipe se tourne vers la Formule 1 en 1960 et, plus tard, ils retravaillent l'Emeryson en châssis propre à l'ENB.

Cependant, dès 1964, Swaters n'est plus intéressé par l'ENB et reporte complètement son attention sur les courses de Voitures de Sport. L'Écurie Francorchamps, qui était restée indépendante de l'ENB pendant les années 1950 et 1960, est toujours un compétiteur de haut niveau, avec des victoires de classe (y compris les 24 Heures du Mans de 1965) et de fréquents podiums. Le couronnement de la carrière de directeur de course de Swaters a lieu par une victoire au général aux 500 km de Spa 1965 avec Willy Mairesse sur Ferrari 250LM.

L'Écurie Francorchamps cesse ses activités en 1982, mais Swaters conserve son Garage Francorchamps, une concession Ferrari jusqu'en 2004.

Au cours de toutes ces années dédiées à Ferrari, Swaters constitue une collection sans précédent vouée au Cheval cabré : la FF Galleria. On y retrouve plus de 100 000 pièces comme des documents, des maquettes, des modèles uniques, des objets de la famille Ferrari, etc. Une grande partie est vendue aux enchères le 18 mai 2008[10].

Jacques Swaters collabore avec Jean Graton, créateur de la BD Michel Vaillant, sur le Dossiers Michel Vaillant sorti en 2005, consacré à Enzo Ferrari[11].

Il meurt à 84 ans le 10 décembre 2010.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « In Memoriam Jacques Swaters, 30.10.1926 – 10.12.2010 », finecars.cc, (consulté le 4 septembre 2011)
  2. « Décès de Jacques Swaters », rtbf.be, (consulté le 4 septembre 2011)
  3. Paul Frère, Irresistibles moteurs : un des vingt au depart, Editions Techniques et Touristiques de France L'automobile, (ISBN 2907869019)
  4. « Les statistiques de l'année 1951 », statsf1.com (consulté le 4 septembre 2011)
  5. Denis Asselberghs, Ferrari 50 Anni Di Passione : 1952-2002,garage Francorchamps,a Ferrari Jubile, Apach, (ISBN 978-2930354033)
  6. « XV Grosser Preis von Deutschland 1952 », formula2.net, (consulté le 4 septembre 2011).
  7. Bernard Geeraerd, La dynastie Pilette : Un Siecle, Trois Hommes et des Voitures, Apache, (ISBN 978-2930354002)
  8. « World Sportscar Championship 1954 », wsrp.ic.cz (consulté le 4 septembre 2011)
  9. « Ferrari Châssis Numbers », ferraribuy.com (consulté le 4 septembre 2011)
  10. « Vente RM " Ferrari Leggenda e Passione " - Résultats », classicdriver.com, (consulté le 4 septembre 2011).
  11. Xavier Chimits et Jacques Swaters, Dossiers Michel Vaillant : Ferrari, Enzo : Le dernier empereur, t. 7, Studio Jean Graton, (ISBN 978-2870980750)

Lien externe[modifier | modifier le code]