Jacques Labeyrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Labeyrie.
Jacques Labeyrie
Naissance
Paris (France)
Décès (à 90 ans)
Nationalité Drapeau : France Française
Domaines Physique nucléaire, géophysique, climatologie
Institutions CNRS, CEA
Diplôme École supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris, Faculté des sciences de Paris
Renommé pour travaux en physique nucléaire, en électronique nucléaire et en géophysique
Distinctions Officier de l’ordre national du Mérite

Jacques Labeyrie est un physicien et climatologue français né le 7 juin 1920 à Paris et mort le 9 mars 2011[1].

Diplômé de la 59ème promotion de l'ESPCI, ainsi que de la Faculté des sciences de Paris, Jacques Labeyrie était ingénieur et docteur en sciences physiques et a été l'assistant de Frédéric Joliot-Curie. Il a commencé sa carrière au CNRS en 1943 puis a été chef de service au Commissariat à l'Energie Atomique à partir de 1957 et fondateur puis directeur du Centre des faibles radioactivités au CNRS à Gif-sur-Yvette à partir de 1969. Il a écrit de nombreux articles dans les domaines de la physique nucléaire et de l’électronique nucléaire, ainsi que de la géophysique. Il était Officier de l’ordre national du Mérite.

Il était le fils d'Emile Labeyrie, gouverneur général de la Banque de France, premier président de la Cour des comptes, et d'Andrée de la Borie de la Batut (et frère de Vincent Labeyrie). Il s'est marié le 13 juillet 1942 avec Françoise Prunières. Ils ont eu trois enfants dont l'astrophysicien Antoine Labeyrie.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Mesure de la concentration des aérosols radioactifs émetteurs alpha, Université de Paris, Commissariat à l'énergie atomique, 1954.
  • Corrélations entre le dépôt de plomb 210 dans l'Antarctique et l'activité solaire, par G. Lambert, M. Nezami et Jacques Labeyrie, Paris, Expéditions Polaires Françaises, 1965.
  • Les Méthodes quantitatives d'étude des variations du climat au cours du Pléistocène, Colloques internationaux du CNRS, Paris, Éditions du CNRS, 1974.
  • Le retour des glaciers, par Peter Kaiser, Denise Meunier et Jacques Labeyrie, Paris, Fayard, 1975.
  • Datations absolues et analyses isotopiques en préhistoire, méthodes et limites Congrès de l'Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques, par Jacques Labeyrie et Claude Lalou, Paris, CNRS, 1976.
  • Datations absolues et analyses isotopiques en préhistoire, méthodes et limites, datations du remplissage de la Caune de l'Arago à Tautavel, par Henry de Lumley et Jacques Labeyrie, Colloque international du CNRS, Tautavel, 1981.
  • L'homme et le climat, Paris, Seuil, 1993.
  • Le génie océanique : en France, en Europe et dans le monde, Plouzané, Ifremer, 1999.
  • Les découvreurs du gouffre de la Pierre Saint-Martin, Pau, Cairn, 2005.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hommage à Jacques Labeyrie, sur le site Café du Commerce.