Jacob Smits

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacob Smits
Smits zelfportret.jpg
Jacob Smits, autoportrait
Naissance
Décès
(à 71 ans)
Drapeau de la Belgique Belgique Mol
Nom de naissance
Jacobus Johannes Smits
Nationalité
Activité
Mouvement
Distinction

Jacob Smits ou Jakob Smits, né Jacobus Johannes Smits le à Rotterdam et mort le à Achterbos (nl), un hameau de la commune belge de Mol, est un peintre belgo-hollandais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacob Smits étudie aux académies de Rotterdam (nl), de Bruxelles et de Munich avant de s'établir à Amsterdam en 1881 comme peintre décorateur. Il sera ensuite professeur et directeur de l'école industrielle et de décoration de Haarlem. En 1882, il épouse sa cousine Antje Doetje Kramer et ont deux enfants, Theodora et Annie. En 1884, le couple divorce.

Impressionné par la Campine belge, il se fixe définitivement en 1888 à Achterbos, un hameau de la ville de Mol, et achète pour 2 000 francs une ferme au toit couvert de chaume où il établit son atelier de peintre. La même année, il épouse Malvina Dedeyn, fille d'un avocat de Bruxelles, qui, à cause de ce mariage, est déshéritée. Il baptise sa demeure Malvinahof, du prénom de sa femme. Smits vit dans la pauvreté, alors qu'il travaille sans relâche à ce qu'il appellera plus tard, « mon travail simple, symbolique, poétique et vrai ».

En 1899, en quelques jours, il perd sa fille Alice et son épouse. En 1901, Smits se remarie avec Josine Van Cauteren.

Il acquiert la nationalité belge en 1902. À partir de 1903, il héberge ses parents, ruinés par un vol, et doit donc entretenir neuf membres de sa famille[1].

Il fréquente aussi les Ateliers Mommen à Saint-Josse-ten-Noode et fut membre invité du cercle artistique Les Hydrophiles.

L'École de Mol[modifier | modifier le code]

À la demande du conseil communal de Mol, Smits organise en 1907 une exposition internationale d'artistes peintres qui sont venus peintre Mol et les paysages environnantst. L'artiste Paula Van Rompasuit-Zenke (nl) appartenait au comité organisateur. Pas moins de 68 peintres sont venus, dont des Allemands, des Néerlandais, des Britanniques et des Américains. Les plus connus sont les frères Dirk (nl) et Gerard Baksteen (nl), Charles Claessens (nl), Leon Delderenne, Paul Mathieu, Ernest Midy (nl), Erneste Rinquet, Willem Battaille (nl), Emile Van Damme-Sylva, Paula Van Rompa-Zenke (nl) et Gaston De Biemme (nl). Le concept École de Mol (nl) a ainsi vu le jour.

Style et reconnaissance[modifier | modifier le code]

Jacob Smits est un peintre solitaire, en marge de tout mouvement. Il crée une sorte de symbolisme pré-expressionniste où la lumière prend une importance démesurée et à laquelle il attache une signification presque mystique.

Il est le peintre des humbles, des pauvres et des paysans parmi lesquels il vit en ce coin de Campine mélancolique qu'il peut revendiquer, sinon comme sa véritable patrie, tout au moins, selon l'expression de Georges Eekhoud, comme son terroir d'élection.

Camille Lemonnier a dit de lui qu'il était un peintre admirable, plus près que les autres du cœur des hommes.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Jakob Smits, Grande Maternité Rouge, vers 1924

Ses œuvres sont exposées dans les musées suivants :

Expositions[modifier | modifier le code]

Musée Jacob Smits[modifier | modifier le code]

À Mol, un musée portant son nom, le musée Jakob Smits a été inauguré en 1977. Ce musée présente aussi bien des œuvres du peintre que celles de peintres de l'École de Mol (nl), comme Willem Battaille (nl), Dirk Baksteen (nl), Gaston De Biemme (nl) et Paula Van Rompa-Zenke (nl).

Prix et honneurs[modifier | modifier le code]

Une rue a reçu son nom à Anderlecht (Bruxelles).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Marlier, Jakob Smits, Bruxelles : Éditions des cahiers de Belgique, 1931
  • (nl) Marc-Edo Tralbaut, Jacob Smits, Antwerpen : Pierre Peré, 1960 (hors commerce)
  • Exposition de peinture belge moderne "De Jacob Smits à Roger Dudant" : du 2 mars au 20 mars 1962, Bruxelles : galerie Robert Finck, 1962
  • (nl) Jacob Smits (1855-1928) : tekeningen en gravures, Antwerpen : Stedelijk Prentenkabinet : 31/10 - 17/12/1978, Antwerpen : Stadsbestuur, 1978 (catalogue d'exposition)
  • (nl) Fernand Van Gompel, Bert Nuyts, I. Verheyen, Jakob Smits : een portret, Mol : Vrienden van het Jakob Smitsmuseum, 1988
  • Jakob Smits (1855-1928) [exposition au Musée Charlier du 5 octobre au 18 décembre 2005, catalogue], Brasschaat : Pandora, 2005, textes de Constantin Ekonomidès, Dorine Cardyn-Oomen, Ivo Verheyen, Fernand Van Gompel
  • (nl) Jakob Smits, Vrienden van het Jakob Smitsmuseum (revue trimestrielle)
  • Eugène De Seyn, Dictionnaire biographique des sciences, des lettres et des arts en Belgique, Bruxelles : Vers l'Avenir, 1936, Tome II

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]