Ateliers Mommen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vue sur les Ateliers Mommen, en 2011.
Publicité pour les Ateliers Mommen, parue dans l'Art moderne no 1 du .

Les Établissements Mommen étaient à la fois une usine, un magasin de vente en gros et au détail de matériel pour artistes, un atelier d'artistes et un espace d'exposition à Saint-Josse-ten-Noode (Bruxelles) au XIXe siècle. Aussi connu comme La Cité Mommen ou les Ateliers Mommen.

Description des bâtiments[modifier | modifier le code]

Les bâtiments de style éclectique sont édifiés entre 1874 et 1910 par les architectes Ernest Hendrickx et Henri Van Massenhove.

Historique[modifier | modifier le code]

Félix Mommen, un ébéniste Limbourgeois, se spécialise dans la production et la vente de matériaux pour les artistes visuels. La maison est fondée en 1853 et s'établit en 1873 rue de la Batterie au n° 32 avant de s'installer à Saint-Josse-ten-Noode rue de la Charité n° 37 en 1875.

La maison se spécialise rapidement dans la fabrication et la préparation de toiles pour les peintures panoramiques et a fourni le matériel pour les panoramas Bourbaki de Lucerne peint par Édouard Castres, du Caire pour Émile Wauters, du Congo peint en 1903 par Alfred Bastien et Paul Mathieu et de la bataille de l'Yser peint en 1922 par le même Bastien.

À partir de 1874, Félix Mommen édifie un complexe de studios et d'ateliers où les artistes pouvaient vivre et travailler. De nombreux artistes belges du XIXe siècle comme Fernand Allard l'Olivier, Léon Frédéric, Xavier Mellery, Constantin Meunier, Pierre Paulus de Châtelet, Jean-François Portaels, Eugène Verboeckhoven, Alfred Verwée, Émile Wauters, Rik Wouters, Félicien Rops, Henri Evenepoel, Théo van Rysselberghe ont fréquenté les lieux. L'écrivain Émile Verhaeren y a également séjourné.

Les Établissements Mommen, de par ses installations d'exposition, était un véritable lieu de rencontre pour artistes et offraient également d'autres services comme un dépôt pour le stockage d'œuvres d'art, un service professionnel d'emballage d'œuvres d'art à domicile et leur transport pour des expositions.

Félix Mommen meurt en 1914. Vers 1950, le nom de la société est modifié en Établissements De Wandel et la production de toiles et de couleurs est complètement arrêtée. De Wandel se concentre sur la fabrication d'écrans de cinéma et restera active jusqu'en 1980, mais vu l'activité plus limitée, certains bâtiments furent vendus. Les ateliers ont été cependant encore utilisés par des artistes tels que M. Dutrieux, M. Vosch et Pierre Cordier. Jusqu'au la fin des années 1990, des artistes plasticiens, des cinéastes et des danseurs ont occupé les lieux.

L'ensemble est protégé comme monument par l'Arrêté royal du 24 septembre 1992 en raison de sa valeur historique et artistique.

Les archives des Établissements Mommen sont déposées au Musée Charlier à Saint-Josse-ten-Noode.

De nombreux artistes fréquentant les Ateliers Mommen se fournissaient également en produits complémentaires auprès de la papeterie Ballieu située au numéro 13 de la chaussée de Louvain toute proche.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yvonne du Jacquier, Les établissements Mommen « Centre d'Art », in: Revue Brabant, octobre 1960, pp. 7-9, novembre 1960, pp. 25-27, décembre 1960
  • Yvonne du Jacquier, Saint-Josse-ten-Noode au temps des équipages, Terhulpen, 1963
  • I. Leroy, Mais où sont donc passés nos panoramas, in: Brabant tourisme, Bruxelles, septembre, 1992, pp. 30-39

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]