Iwill

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marie-Joseph Clavel
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Iwill[1], pseudonyme de Marie-Joseph Léon Clavel[2], est un peintre français né à Paris le et mort en Bretagne[3] ou à Paris[4] en .

Biographie[modifier | modifier le code]

Marie-Joseph Léon Clavel est le fils de Frédéric Clavel (1822-1902), économiste et philanthrope[5], et d'Amélie Philippe (1822-1904). Il apprend la peinture auprès d'Emmanuel Lansyer et Karl Joseph Kuwasseg[6].

Passant une partie de son enfance à Nancy, il termine ses études au lycée Bonaparte de Paris. Afin de contenter les projets de son père, il débute sa vie active dans le négoce.

Aux premiers jours de la guerre de 1870, il s'engage dans l'armée impériale et y est nommé sergent. Au lendemain des désastres de l'armée de l'est, il est emprisonné en Suisse. C'est dans ce pays que, frappé par la grandeur et la beauté de la nature, il abandonne tout à fait l'idée de faire carrière dans les affaires. Son père ayant une charge au secrétariat de l'Assemblée nationale, il y travaille à son tour comme sténographe parlementaire. Mais il ne songe plus dès lors qu'à s'adonner à la contemplation et à la représentation des paysages naturels.

Célibataire, il réside au palais Bourbon avec ses parents. Il épouse en , à Paris, Marie Pauline Caroline Lacher-Ravaisson Mollien, fille de Félix Ravaisson[7], Joseph Piroux son grand-oncle, est un des témoins du mariage.

À partir de 1875, sous le pseudonyme d'Iwill, il expose au Salon des artistes français, puis un peu plus tard au Salon de la Société nationale des beaux-arts dont il est l'un des fondateurs. Il participe à de très nombreuses expositions orientalistes, aquarellistes et pastellistes tant en France qu'à l'étranger. Il se voit décerner plusieurs récompenses lors des différentes expositions universelles.

Sociétaire des artistes français en 1883, il obtient une mention honorable en 1884, et une médaille d'argent à l'Exposition universelle de 1889. Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1894 et reçoit une médaille de bronze à l'Exposition universelle de 1900.

Iwill est un grand voyageur, il plante son chevalet aussi bien aux abords de Paris qu'en Bretagne, Normandie, Hollande, Italie (Rome et Venise[8] notamment) ou la Nouvelle-Zélande. Ses paysages sereins, voire désolés, sont souvent surplombés de ciels chargés.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]