Ivan Pyriev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ivan Pyriev
Description de cette image, également commentée ci-après

Ivan Pyriev en Tchécoslovaquie en 1947.

Nom de naissance Иван Александрович Пырьев
Naissance
Kamen, gouvernement de Tomsk
Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Nationalité Drapeau de la Russie russe → Drapeau de l'URSS soviétique
Décès
Moscou, RSFS de Russie
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Profession Réalisateur, acteur

Ivan Aleksandrovitch Pyriev (en russe : Иван Александрович Пырьев), né le à Kamen, aujourd'hui Kamen-na-Obi, dans le kraï de l'Altaï, et décédé le à Moscou, est un cinéaste soviétique[1]. Artiste du peuple de l'URSS, récipiendaire de six Prix Staline, lauréat du Prix international de la paix, membre du Parti communiste de l'Union soviétique depuis 1956.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pyriev sert dans l'armée impériale à partir de 1915. Il est décoré de la Croix de Saint-Georges de 3e et 4e classe. En 1918, il rejoint l'Armée rouge et se reconvertit bientôt en commissaire politique. À cette époque, il devient ami avec Grigori Alexandrov.

Après une formation aux Ateliers théâtrales expérimentales d’État (GEKTEMAS, Государственные экспериментальные театральные мастерские), Pyriev devient acteur du Premier théâtre ouvrier de Proletkoult et du théâtre de Vsevolod Meyerhold[2]. Sa carrière cinématographique commence au milieu des années 1920 à Belgoskino de Leningrad, où il assiste Youri Taritch (ru)[1].

Ses premiers œuvres de réalisateur ne rencontrent pas de succès auprès du public et ne correspondent pas aux critères imposés par la censure soviétique. La comédie satirique Fonctionnaire de l'État (1930) est interdite de projection dans sa version originale. La Carte du Parti sorti en 1936, l'histoire d'une femme qui à son insu coutoie un saboteur et dissident d'opinion, reçoit les foudres de la critique pour son approche trop empathique de l'ennemi du peuple[1].

En 1937, Pyriev réalise Une riche fiancée, une comédie musicale, avec les paroles des chansons de Vassili Lebedev-Koumatch mises en musique par Isaac Dounaïevski, avec la jeune Marina Ladynina dans le rôle principal[2]. C'est le premier grand succès d'une longue série. Le film sera également projeté aux États-Unis le . Désormais, les comédies musicales mettant en avant les personnages issus du peuple, les paysans et les kolkhozniks dans le cadre idéalisé deviennent sa marque de fabrique[1].

En 1954-1957, Pyriev occupe le post de directeur des studios Mosfilm[1]. En 1956, il devient membre du PCUS et fonde la même année l'Union des cinéastes d'URSS. On le nomme député du Soviet suprême de l'Union soviétique en 1957-1965.

Artiste du Peuple de l'URSS, très populaire pendant l'ère stalinienne, Ivan Pyriev tombe en disgrâce à l'arrivée au pouvoir de Khrouchtchev. Son style est sévèrement critiqué. Par la suite, le réalisateur se tourne vers l'adaptation des classiques de la littérature russe, de L'Idiot et Les Frères Karamazov de Fiodor Dostoïevski qu'il n'a pas le temps de terminer. Rentré d'une journée de tournage, il meurt dans son sommeil d'un infarctus du myocarde. Kirill Lavrov et Mikhaïl Oulianov finiront le deuxième et le troisième épisode de Frères Karamazov[2].

Ivan Pyriev est inhumé au cimetière de Novodevitchi.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1936, il fait connaissance de la comédienne Marina Ladynina. Leur fils Andreï nait le 14 janvier 1938, alors que Pyriev est encore marié avec Ada Wojcyk dont il a le fils Eric[3]. Pyriev finit par épouser Ladynina. Ils divorcent en 1954. La troisième épouse du réalisateur est l'actrice Lionella Skirda, qui incarne Grouchenka dans les Frères Karamazov[4].

Son fils Eric Pyriev (1931-1970) également réalisateur, décède d'un arrêt cardiaque à l'âge de 39 ans[5]. Son fils Andreï Ladynine (1928-2011) est acteur et réalisateur de Mosfilm.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en)Birgit Beumers, Directory of World Cinema: RUSSIA 2, P.I.E.-Peter Lang S.a, (ISBN 978-1-7832-0010-8, lire en ligne), p. 40-41
  2. a, b et c (en) « Ivan Pyriev », sur russia-ic.com (consulté le 11 janvier 2016)
  3. http://www.kinopoisk.ru/name/201749/
  4. (ru) « Лионелла Пырьева: «Михаил Ульянов вдруг начал меня душить...» », sur 7days.ru,‎ (consulté le 11 janvier 2016)
  5. http://www.kino-teatr.ru/kino/director/sov/32135/bio/

Liens externes[modifier | modifier le code]