Isala Van Diest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Isala Van Diest
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait d'Isala Van Diest
Naissance
Louvain
Décès
Knokke
Nationalité Belge Drapeau : Belgique
Profession

Anne Catherine Albertine Isala Van Diest, connue sous le nom d'Isala Van Diest, née à Louvain le 7 mai 1842 et morte à Knokke le 6 février 1916, est la première femme médecin de Belgique et la première femme universitaire belge[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille d’un chirurgien et accoucheur large d’esprit, Isala Van Diest reçoit, ainsi que ses sœurs, la même éducation que leur frère. Leur mère les emmène en voyage en Angleterre, où elles entrent en contact avec le milieu progressiste.

L’école supérieure secondaire n’étant pas encore à cette époque accessible aux filles en Belgique, Isala est mise en pension à Berne pour la préparer à l’université.

À son retour en 1873, elle tente de s’inscrire à la faculté de médecine de l’Université catholique de Louvain, mais se heurte au refus de la hiérarchie religieuse et en particulier du recteur, Mgr Namèche, qui lui propose de devenir sage-femme. Elle refuse et retourne à Berne, les universités suisses étant les premières d’Europe à s’ouvrir aux femmes[2].

Elle obtient son diplôme en 1879 et part exercer son métier durant deux ans en Angleterre où les femmes médecins ont la liberté d'exercer depuis 1866. Attachée au New Hospital for Women, elle y rencontre des féministes anglaises.

De retour en Belgique et afin de pouvoir faire reconnaître son diplôme, elle est contrainte de suivre des cours complémentaires à l’Université libre de Bruxelles accessible aux femmes depuis 1880. Il faudra un arrêté royal en 1884, pour qu’elle soit autorisée à ouvrir son propre cabinet médical à Bruxelles.

En plus de sa clientèle privée, elle s’occupe de donner des soins aux pensionnaires d’un refuge pour anciennes prostituées et lutte contre la traite des femmes et la prostitution. Féministe, elle fonde avec Marie Popelin, première femme belge diplômée en Droit, la Ligue belge du droit des femmes.

En 1902, perdant progressivement la vue, elle cesse ses activités et s’installe à Knokke, où elle passe les dernières années de sa vie.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Isala Van Diest et Marie Popelin figurent ensemble sur une pièce commémorative de deux euros émise à 5 millions d’exemplaires en 2011 par la Banque nationale de Belgique à l’occasion du centenaire de la Journée internationale des Femmes.

En Belgique, c’est la première fois que des femmes qui ne font pas partie de la famille royale apparaissent sur une pièce de monnaie.

Exposition[modifier | modifier le code]

Une exposition en son honneur s'est tenue au Musée M de Louvain en 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éliane Gubin, Dictionnaire des femmes belges: XIXe et XXe siècles, éditions Lannoo, 2006, 637p
  2. Marie Derscheid (épouse Delcourt) sera la première femme médecin diplômée d'une université belge. Source : Les allées de la gloire La Libre (en ligne) 29 octobre 2011. Consulté le 19 janvier 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]