Isabelle Mège

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Isabelle Mège
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (53 ans)
Nationalité
Activité

Isabelle Mège, née le 31 octobre 1965 à Brioude (Auvergne), est une modèle amatrice, performeuse et diariste (de 1986 à 2008, elle a tenu un journal de ses rencontres avec les 80 photographes professionnels reconnus et des photographies qu’elles et ils ont faites d’elle) française. Elle vit à proximité de Dijon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeune secrétaire médicale à l’hôpital Saint-Antoine de Paris, intéressée par la photographie, elle est frappée à 20 ans par l'oeuvre de Jeanloup Sieff exposée au Musée d'art moderne de la ville de Paris et conçoit alors le projet de se faire photographier par les photographes qu'elle admire.

Elle trouve les adresses postales des photographes qu’elle veut contacter dans L’Encyclopédie Internationale des photographes de Michel et Michele Auer qu’elle consulte au Centre Pompidou

Elle se déplacera alors à Liège (pour rencontrer Pierre Houcmant et Hubert Grooteclaes), Amsterdam (pour Carla Van de Puttelaar et Koos Breukel), Lausanne, Bâle (Christian Vogt), Barcelone (Toni Catany, Rafael Vargas), Prague (pour Jan Saudek) et Caracas (pour Ricardo Gomez-Perez) et entrera en contact avec une petite centaine de photographes renommés dont 80 répondront favorablement à sa demande, dont :

D'autres, comme Henri Cartier-Bresson, Mario Giacomelli, Annie Leibovitz, Irving Penn, etc. ayant, pour des raisons diverses, décliné sa proposition.

En 1990, le galeriste Baudoin Lebon remarque son projet.

En 1997, Jean-Claude Lemagny, conservateur du Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale, lui propose de faire partie du fonds et de monter une exposition de son projet. Elle refuse, jugeant que c'est prématuré.

En 2016, une rédactrice du New Yorker, Anna Heyward, la découvre et la fait découvrir aux autres.

En 2017, Fisheye lui consacre un article de 8 pages.

En 2018, exposition solo au centre d'art contemporain La Chapelle, Clairefontaine-en-Yvelines

Elle est représentée par la galerie Baudoin Lebon, Paris (Haut-Marais).

Elle est mariée, a deux enfants, 12 et 9 ans, dont son fils Maxence photographié avec elle par Jean-François Bauret.

Les 80 photographes[modifier | modifier le code]

Voici les 80 photographes qui se sont prêtés au jeu :

B

C

D

E

F

G

H

J

K

L

M

N

0

P

R

S

T

U

V

W


Les femmes[modifier | modifier le code]

Isabelle a contacté aussi bien des femmes que des hommes. Le pourcentage de celles-ci (environ 10 %) étant du même ordre de grandeur que celui des femmes photographes parmi les photographes professionnels.

Analyse du projet[modifier | modifier le code]

Le photographe Jean-Claude Bélégou, dans sa postface au catalogue, compare la démarche d'Isabelle à celle de l'héroïne de La Collectionneuse .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ronald Chammah, Isabelle Huppert. La femme aux portraits, Seuil, 2005.
  • Anna Heyward, « The Opposite of a Muse. In the course of two decades, a medical secretary in Paris persuaded scores of renowned photographers to take her picture », dans The New Yorker, 17 septembre 2016.
  • Lunettes Rouges "Isabelle Mège, le modèle-artiste" septembre 2016
  • Lunettes Rouges "Isabelle Mège, quand le modèle fait l'oeuvre" 10 juin 2018
  • Sylvie Gendreau, « Isabelle Mège s’expose », dans Les Cahiers de l'imaginaire, 3 octobre 2016.
  • Margaux Duquesne, « Isabelle. La femme aux 140 portraits », dans Fisheye n° 25, juillet-août 2017, p. 95-102.
  • Jean-Luc Nancy, « Soie-même », 17-21 mars 2018.
  • Jean-Claude Bélégou, « Isabelle Mège. La Collectionneuse », dans le catalogue de i.collection, 1987-2008, texte écrit en 2015, p. 83-84.
  • Baudoin Lebon, Isabelle Mège, catalogue de i.collection, 1987-2008, 2018, p. 3.

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Un court métrage de 12 minutes et demie de Jérôme de Missolz.

Exposition[modifier | modifier le code]

  • « i.collection, 1987-2008 » , La Chapelle de Clairefontaine (Yvelines), 2018.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]