Inge Lynn Collins Bongo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Inge Lynn Collins Bongo (alias Inge Alia Bongo), née le , membre de la jet set de Los Angeles, est l’ancienne épouse[1] de l’actuel président du Gabon, Ali Bongo Ondimba (aujourd'hui marié à Sylvia Bongo Ondimba). Personnage très controversé, Inge Lynn Collins Bongo fut citée dans un rapport du sous-comité permanent des investigations du Sénat des États-Unis comme une personne politiquement exposée (PPE) ayant dissimulé son statut PPE aux institutions financières américaines pour se livrer aux activités de blanchiment d’argent[2].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Inge Lynn Collins Bongo a été impliquée dans les polémiques suivantes :

  • l’action qu’elle a intentée en justice contre le propriétaire de la maison dont elle était locataire à Beverly Hills (cf. infra) ;
  • son passage dans un épisode de la série Really Rich Real Estate de la chaîne VH1 ;
  • sa banqueroute ;
  • sa demande d’assistance sociale ;
  • des activités de blanchiment d’argent lui sont attribuées par un rapport du Sénat américain.

Le procès d’Inge Lynn Collins Bongo contre le rappeur Sean Combs[modifier | modifier le code]

Le 1er février 2001, Inge Lynn Collins Bongo a intenté un procès contre le rappeur Sean Combs, le propriétaire de la maison qu’elle louait dans le quartier huppé de Beverly Hills à Los Angeles. Elle voulait être dédommagée pour infestation de la maison par « des insectes, des rongeurs et de la vermine ». Combs rejeta en bloc ces accusations et accusa par contre Inge Lynn Collins Bongo de lui devoir des arriérés du loyer[3]. Les deux parties finirent par régler ce litige et le procès fut formellement clos le 2 août 2001[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]