Édith Bongo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant gabonais
Cet article est une ébauche concernant une personnalité gabonaise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Édith Bongo
Édith Bongo
Première dame du Gabon
 – 
Prédécesseur Patience Dabany
Successeur Sylvia Bongo Ondimba
Biographie
Nom de naissance Édith Lucie Sassou-Nguesso
Date de naissance
Lieu de naissance Brazzaville (République du Congo)
Date de décès (à 45 ans)
Lieu de décès Rabat (Maroc)
Père Denis Sassou-Nguesso
Mère Marie-Claire Dirat
Conjoint Omar Bongo
Enfants Omar Denis Junior Bongo Ondimba,
Yacine Bongo Ondimba
Profession Médecin

Édith Lucie Bongo Ondimba, née le à Brazzaville (Congo) et morte le à Rabat (Maroc), fille du président congolais Denis Sassou-Nguesso, était l'épouse du président gabonais Omar Bongo. De cette union sont nés deux enfants : Omar Denis Junior Bongo Ondimba et Yacine Bongo Ondimba.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de Marie-Claire Dirat et de Denis Sassou-Nguesso, elle effectue toute sa scolarité dans la capitale congolaise avant de s'inscrire, en 1982, trois ans après l'accession de son père au pouvoir, à l'Institut national des sciences de la santé de Brazzaville. Elle en ressort sept ans plus tard avec un doctorat en médecine après avoir soutenu sa thèse sur les maladies infantiles.

Elle n'exercera que peu de temps la médecine dans son pays avant d’épouser le président gabonais Omar Bongo, en août 1990. Devenue Première dame du Gabon, elle s'engage en faveur d'actions caritatives, notamment la lutte contre le sida. Le 21 septembre 1996, elle créé la fondation Horizons nouveaux, destinée à aider les enfants handicapés. À Libreville (Gabon), elle créé également le lycée Michel Dirat et en 2001 la polyclinique El Rapha, une structure sanitaire de référence dont elle a présidé le conseil d’administration jusqu'à sa mort le 14 mars 2009. Elle participe à la création en 2003 de l'Organisation des Premières dames d'Afrique contre le sida (OPDAS), dont elle sera la toute première présidente (jusque 2004). Elle était membre de l'association Médecins du monde (présidant son antenne gabonaise) et s'est vu décerner la médaille de Reconnaissance des laboratoires Mérieux, le 31 mai 1996, à Libreville. Elle était également titulaire de la Légion d'honneur (France)

Elle s'engage sur le terrain politique pour soutenir son mari, entre autres dans le cadre du Parti démocratique gabonais, dont elle avait été nommée présidente d'honneur en 2003.

Article connexe[modifier | modifier le code]