Hyperloop Transportation Technologies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hyperloop Transportation Technologies
logo de Hyperloop Transportation Technologies

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Corporation (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Culver CityVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Grande vitesse ferroviaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web hyperloop.globalVoir et modifier les données sur Wikidata

Hyperloop Transportation Technologies, également connue sous le nom de HTT, est une société de recherche américaine constituée selon une approche de collaboration en masse (mélange de collaboration d'équipe et de crowdsourcing)[1] pour développer un système de transport basé sur le concept Hyperloop, popularisé par Elon Musk en 2013 avec sa société Hyperloop One[2].

Le concept de l'hyperloop a été popularisé par Elon Musk, non affilié à HTT. Le projet consistait à mettre au point un transporteur interurbain à grande vitesse utilisant un train tubulaire qui se déplace dans un tube à basse pression, ce-dernier pouvant atteindre une vitesse maximale de 1 300 km/h avec une capacité annuelle de 15 millions de passagers[3].

HTT prévoit également de construire des Hyperloops urbains plus lents et privatisés pour les déplacements interurbains[4].

Historique[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

La société a été fondée par JumpStarter, Inc., à l’aide de la plateforme de crowdfunding et de collaboration de la société, JumpStartFund. La société a réuni une équipe de membres de la communauté, attirant des ingénieurs de haut niveau et des sociétés contributrices[5] dont Ansys pour les ressources de simulation informatique[6], GloCal Network Corporation et UCLA Architecture & Urban Design pour développer l’interface sociale du projet Hyperloop.[7] Un article de Wired de a révélé que les travaux de développement initiaux avaient été effectués par environ 100 ingénieurs situés principalement aux États-Unis. Les contributeurs travaillaient en échange d'options d'achat d'actions et avaient été sélectionnés parmi un groupe d'environ 200 personnes qui avaient initialement présenté une demande. En 2013, HTT s'est associé au développeur de logiciels d'ingénierie Ansys , qui gérait des modèles de simulation pour la dynamique des fluides du Hyperloop.[8]

Accords et recherches[modifier | modifier le code]

La société ne s'est pas seulement concentrée sur la route reliant Los Angeles à San Francisco, qui était la base du modèle Hyperloop Alpha de 2013, et a envisagé d'autres routes. À partir de 2014, la société prévoyait l'achèvement d'une étude de faisabilité technique en 2015, mais a également déclaré être à plus de 10 ans d'une mise en place commerciale[8].

En 2014, HTT a fait équipe avec l'équipe d'architecture Suprastudio UCLA, qui prend en charge la conception des éléments liés au « facteur humain », c'est-à-dire de l'expérience utilisateur de l'HTT. Ceci inclut les pods, l'architecture de la station d'embarquement et la billetterie[9].

En , la société embauchait près de 200 personnes et avait annoncé son intention de rentrer en bourse cette année-là pour lever 100 millions de dollars[10] . HTT a également conclu un accord officiel avec GROW Holdings, le développeur de Quay Valley, en Californie , pour la construction d’une ligne de démonstration de 8 km à partir de 2016[10]. En novembre, HTT embauchait un peu moins de 500 employés[9]. En , la société d'ingénierie AECOM a commencé à fournir des services d'ingénierie à HTT pour la conception de la piste prototype à grande échelle de Quay Valley[11]. Également en , HTT a annoncé des partenariats avec le géant international de l'ingénierie AECOM et Oerlikon, l'entreprise technologie la plus ancienne au monde, spécialisé en mise sous vide . "[9]

En 2016, le PDG, Dirk Ahlborn, a annoncé un accord avec le gouvernement slovaque pour réaliser des études de faisabilité concernant les liaisons reliant Vienne (Autriche) à Bratislava (Slovaquie ) et Bratislava à Budapest (Hongrie)[12]. Le coût total de ce projet est estimé à 250-300 millions de dollars. Ce système devrait avoir une capacité annuelle de 10 millions de passagers[13]. HTT a annoncé en qu'elle utiliserait des systèmes passifs Inductrack pour l'Hyperloop.[14] En 2018, toutefois, l'accord a expiré[15].

En , HTT a annoncé l'ouverture d'une nouvelle usine à Toulouse, en France. Un bâtiment de 3 000 m2 sera utilisée pour héberger ses recherches[16].

En , HTT a signé un accord avec le gouvernement d'Andhra Pradesh , en Inde, en vue de la construction d'un Hyperloop entre les villes d'Amaravati et Vijaywada. Le projet en deux phases commencerait par une étude de faisabilité de six mois suivie d'une construction effective[17],[18],[19].

Le , HTT a signé un accord avec l'Agence de coordination régionale du nord de l'Ohio et le Department of Transportation de l'Illinois pour commencer les travaux d'une étude de faisabilité concernant une nouvelle ligne d'Hyperloop entre Cleveland et Chicago. L'étude examinera la viabilité du projet et se concentrera sur la détermination du corridor idéal pour le transit. Selon le directeur général de HTT, Dirk Ahlborn, ces accords représentent le "premier véritable partenariat public-privé visant à déployer un système dHyperloop de transport public aux États-Unis"[20].

En , HTT a annoncé qu'elle commencerait à construire la première de deux pistes d'essai dans ses installations en France. La société a indiqué que le premier envoi de tubes est arrivé sur son site de R&D à Toulouse. La première piste, qui est sur le point de commencer à être construite, est une installation au sol, d’une longueur d’environ 320 mètres. La plus petite devant être testé dans l'année[21].

En , HTT a annoncé la création d'une entreprise commune avec le gouvernement de Tongren , une ville de Guizhou , en Chine , pour la construction d'une piste Hyperloop de 10 km de long[22].

Vibranium[modifier | modifier le code]

En 2016, la société slovaque C2i, prestataire d'HTT fini de concevoir le matériau qui va recouvrir les capsules[23], celui-ci sera constitué de carbone, précisément de 82 couches de carbone[24], mais pas que puisque cette coque sera parsemé de capteurs à l’intérieur même du matériau, ces-derniers vont donc pouvoir surveiller la température, l'intégrité, la stabilité de la capsule[23]. Il est 8 fois plus résistant que l'aluminium et 10 fois plus que l'acier[25].

Le nom est copié sur le matériau de fiction: le vibranium, pour des raisons marketing[24].

Prévisions[modifier | modifier le code]

HTT fait preuve d'agressivité dans ses déclarations prospectives , telles que:

  • Étude de faisabilité avec UCLA d'ici la mi-2015[8]
  • Introduction en bourse en 2015[10]
  • Parcours de démonstration en 2016[10]
  • Nouvelle installation à Toulouse, France Jan 2017[16]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Liste des projets crowdsourcing
  1. Nick Statt, « Startup wants you to fund Hyperloop, and help design it too », CNET,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2014)
  2. Damon Poeter, « Hyperloop Transportation Technologies Wants to Crowd-Source the Future », PC Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2014)
  3. « Hyperloop alpha », SpaceX, (consulté le 27 mai 2014)
  4. Mark Rogowsky, « Hyperloop Reality Check: Elon Musk's High-Speed Scheme Is Alive And Kicking », Forbes,‎ (lire en ligne, consulté le 8 janvier 2015)
  5. James Little, « JumpStartFund-Backed ‘Hyperloop Transportation Technologies Inc.’ to Publish Next Hyperloop Development Milestones », Business Wire, (consulté le 8 janvier 2015)
  6. Jon M. Chang, « Hyperloop Set in Motion, Prototype Design Scheduled for June 2014 », ABC News,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2014)
  7. Jeremy A. Kaplan, « Company plans to turn Hyperloop dream into hypercool reality », Fox News,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2014)
  8. a b et c Alex Davies, « These Dreamers Are Actually Making Progress Building Elon’s Hyperloop », Wired,‎ (lire en ligne, consulté le 19 décembre 2014)
  9. a b et c Alexander Chee, « The Race to Create Elon Musk’s Hyperloop Heats Up », Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le 21 janvier 2016)
  10. a b c et d Eric Mack, « California is getting a Hyperloop, but not where you think », Gizmag,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mars 2015)
  11. Marc Howe, « Engineering Giant AECOM Will Work On Hyperloop Project », CleanTechnica,‎ (lire en ligne, consulté le 3 février 2016)
  12. « HTT reaches agreement with Slovakia », PR Newswire,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2016)
  13. « The Hyperloop is about to be built - in Europe », ZME Science,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mai 2016)
  14. « Hyperloop taps into government research to float pods », Engadget,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mai 2016)
  15. https://slovensko.hnonline.sk/1793421-hyperloop-na-slovensku-nebude-memorandum-so-instatom
  16. a et b Daniel Cooper, « Hyperloop company to develop its technology in France », engadget,‎ (lire en ligne, consulté le 25 janvier 2017)
  17. Darrell Etherington, « HTT signs agreement to develop a Hyperloop in India », TechCrunch,‎ (lire en ligne)
  18. « Andhra Pradesh govt plans to connect Amaravati and Vijayawada with Hyperloop », Hindustan Times,‎ (lire en ligne)
  19. « Amaravati to Vijayawada in 5 minutes! This is what hyperloop can do for you », The Economic Times,‎ (lire en ligne)
  20. « Hyperloop Transportation Technologies signs first cross-state deal in the U.S. », TechCrunch,‎ (lire en ligne, consulté le 15 février 2018)
  21. Daniel Cooper, « Hyperloop TT begins construction of its first test track », Engadget,‎ (lire en ligne)
  22. Runhua Zhao, « Hyperloop Transportation Technologies to build Hyperloop in Southwest China with local partner », TechNode,‎ (lire en ligne, consulté le 20 juillet 2018)
  23. a et b « Hyperloop : le train du futur sera équipé de... vibranium », sur Sciences et Avenir (consulté le 26 novembre 2019)
  24. a et b « Hyperloop TT présente sa première capsule en Vibranium pour les passagers », sur hitek.fr (consulté le 26 novembre 2019)
  25. « Hyperloop : la couche protectrice de la capsule sera en Vibranium...comme le bouclier de Captain America », sur Génération-NT (consulté le 26 novembre 2019)

Liens Externes[modifier | modifier le code]

Site officiel