Histoire secrète de SOS Racisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Histoire secrète.
Histoire secrète de SOS Racisme
Auteur Serge Malik
Pays Drapeau de la France France
Genre Essai
Éditeur Albin Michel
Lieu de parution Paris
Date de parution 1990
Nombre de pages 185
ISBN 978-2226048189

Histoire secrète de SOS Racisme est un essai de Serge Malik paru en 1990 chez Albin Michel. Il a été réédité en mai 2014 au aux éditions Les points sur les i.

Serge Malik, né en 1952 à Lyon est l’un des membres fondateurs de l'association SOS Racisme. De père musulman algérien de Constantine (Algérie) et de mère juive également originaire de Constantine (Algérie), il se définit lui-même comme un « faux beur », un « margarine ». Il tente de décrire dans son livre les enjeux et les manœuvres politiques qui furent à l’arrière-plan de la création du mouvement antiraciste. Il y accuse notamment le Parti socialiste et l'ancien président François Mitterrand de manipulation. Il est le seul membre du groupe des fondateurs qui ne revendique aucune expérience militante antérieure.

Histoire de SOS Racisme selon Serge Malik[modifier | modifier le code]

L'histoire de Serge Malik s'inscrit dans la prise de conscience des phénomènes racistes du début des années 1980. Croyant au combat antiraciste comme moyen efficace pour vaincre l’intolérance, l’exclusion et les inégalités sociales, Malik profite de l’apparition soudaine d’Harlem Désir dans l’émission de Michel Polac Droit de réponse pour abandonner son métier de comédien et s’engager dans SOS Racisme.

Au fil des années se développa cependant chez lui l'idée qu'il avait été manipulé par des politiciens pour lesquels l’immigration et l’intégration n’étaient qu’un instrument politique. Profondément écœuré, l’auteur confie dans ce livre l’histoire de ce qu'il perçoit désormais comme un mirage.

Grand patron et fondateur de SOS Racisme, Julien Dray est décrit par Malik comme un arriviste manipulant Harlem Désir à sa guise et organisant/verrouillant la structure de SOS Racisme selon ses projets et besoins politiques propres. Il crée ainsi une association dont la fonction serait la lutte contre l’exclusion sous toutes ses formes, palliant la carence de moyens médiatiques et associatifs pour les fils et filles d'immigrés, et qui reposera en fait sur ce que l'auteur décrit comme des slogans creux et la falsification de mythes fondateurs. Sur le terrain, le mouvement servira surtout, selon Malik, à relayer le PS et combattre le Parti communiste français.

Serge Malik dénonce également dans son ouvrage le soutien apporté par les syndicats proches du Parti socialiste, la presse, les réseaux maçonniques et la surreprésentation, au sein des instances dirigeantes du mouvement, de membres de syndicats juifs (comme l'Union des étudiants juifs de France) par rapport aux « beurs ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]