Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron
Image illustrative de l'article Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron
Acte de fondation de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron
Fondation 8 décembre 1836
Discipline Lettres, sciences, arts, archéologie, recherche historique, etc.
Objectifs Veiller à la conservation et à l'étude du patrimoine rouergat, développer et rassembler tous documents ou objets ayant trait à l'histoire ancienne et contemporaine du département de l'Aveyron.
Pays Drapeau de la France France
Ville Rodez
Langue Français
Publications Études aveyronnaises (recueil annuel des travaux), ouvrages de recherche sur le Rouergue
Affiliation Comité des travaux historiques et scientifiques
Site web http://www.societedeslettresaveyron.fr

La Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron est une société savante fondée en 1836.

Histoire[modifier | modifier le code]

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Après la Révolution française de 1789, de nombreux groupements intellectuels ou sociétés d'émulation voient le jour, en particulier la Société des antiquaires de France. À partir de la Restauration, les travaux historiques sont encouragés. En 1834, sous la Monarchie de Juillet, le Comité des travaux historiques et scientifiques est créé, encouragé par le ministre Guizot. En Aveyron, la vie culturelle est à cette époque influencée par des personnalités et des familles de notables. Parmi eux quelques-uns se réunissent pour fonder au sein de leur département une société d'émulation.

La naissance de la Société[modifier | modifier le code]

Le 3 décembre 1836, sur l'invitation d'Hippolyte de Barrau[1], est constituée à Rodez, la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron. Les fondateurs sont Messieurs : Hippolyte de Barrau, membre du conseil général ; Jules Duval, avocat, économiste et homme de lettres ; Jules Bonhomme, banquier ; Étienne-Joseph Boissonnade, architecte du département ; Louis Bouloumié, avocat ; Adolphe de Barrau, naturaliste ; Eugène Teissier, officier de marine ; Henri Carcenac, banquier ; Théodore de Cabrières, ancien officier de marine ; Joseph-Dominique Bouloumié, maire de Rodez ; Gustave Cassanac, ingénieur ordinaire des ponts-et-chaussées ; Adolphe Boisse, ingénieur des mines.

L'arrêté préfectoral qui autorise cette Société est pris le 8 décembre 1836. Hippolyte de Barrau est élu président et Jules Duval secrétaire du premier bureau de la Société.

En 1837, le conseiller général de Barrau, s'exprime ainsi : "J'ai mené à bonne fin une assez grande entreprise : c'est la formation d'une société littéraire, scientifique et industrielle, composé des hommes distingués de toutes les opinions, tels Monsieur de Bonald, Monsieur de Gaujal, le général Tarayre, l'évêque de Rodez, Girou de Buzareingues, Monsieur de Guizard, etc., et qui m'a élu pour président le 7 février dernier. Cette combinaison d'éléments hétérogènes est un assez joli coup de force ..."[1]

"Les espérances du président ne furent pas trompées ; la société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron prit rapidement de l'expansion et réunit dans son sein tout ce que le département de l'Aveyron comptait d'hommes instruits, studieux, amis de la science."[2]

"Il [le président] exalte "l'amour de la science et le désir du progrès"[3].

Sur la création de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, il est rapporté ceci : "(...), la Société figure parmi les vingt-trois sociétés pluridisciplinaires de seconde génération fondées entre 1830 et 1849 ; douze seulement l'avaient été sous la Restauration, la grande majorité le seront après 1850."[4]

La Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron est reconnue d'utilité publique, le 29 octobre 1857.

La Société des lettres au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Thibault Corroyez dans un article intitulé "Les prêtres érudits du diocèse de Rodez des années 1880 aux années 1960" écrit : "(...). Nul n'est besoin de faire un historique pour montrer l'importance de cette institution en Aveyron. Au début des années 1880, c'est, après une quarantaine d'années d'existence, un pôle intellectuel de premier ordre. Il suffit de jeter un œil dans les Procès-Verbaux de la Société pour se rendre compte de la qualité et de la diversité des travaux qui attirent de nombreux candidats à l'admission. Au cours de ce siècle, cette renommée ne cessera de croître, eu égard aux nombreux travaux scientifiques produits. (...)"[5].

Les objectifs de la Société[modifier | modifier le code]

La Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron a pour objet l'étude de l'histoire et de l'inventaire du patrimoine, aussi bien naturel que culturel, du département de l'Aveyron (anciennement Rouergue).

Dès sa création, cette Société se donne pour objectifs de faire prospérer en Rouergue le progrès des lettres, des sciences, des arts et de l'industrie : "La Société avait pour but général de faire connaître le département de l'Aveyron (...). Pour y parvenir, elle répartissait son travail entre trois sections : lettres, sciences, arts (...). Le président [Hippolyte de Barrau] terminait en ces termes : " (...) Parce que par son but spéculatif, l'histoire et la science, cette Société tend à nous élever à l'instruction qui, pour les peuples comme pour les individus, est le sceau de la considération ; Parce que par son but pratique, l'industrie, elle tend à procurer au pays ce bien-être matériel, cette aisance de la vie que tout le monde recherche."[2]

Organisation de la Société[modifier | modifier le code]

Admission des membres[modifier | modifier le code]

Pendant longtemps, le recrutement des membres était sensible aux publications des postulants. Désormais, pour être admis parmi les membres de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, il faut être parrainé par deux membres au sein de la Société. Au début du XXIe siècle, la Société des lettres de l'Aveyron regroupe 400 à 500 membres titulaires.

Origine géographique des membres en 2012[6] 
  • Département de l'Aveyron : 65,5 %
  • France (hors-Aveyron) : 33,5 %
  • Monde (hors-Europe) : 1 %

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

La société est dirigée par un conseil d'administration qui élit un bureau. Le renouvellement des membres se fait tous les cinq ans.

Il y a quatre séances académiques par an et une assemblée générale annuelle. La Société organise chaque année une sortie culturelle pour ses membres au sein du département.

Elle travaille en collaboration avec d'autres sociétés savantes, des universités (Université Panthéon-Sorbonne, Université Toulouse-Jean-Jaurès, ...), le CNRS, l'École des Chartes, la Bibliothèque nationale de France, etc.

Les présidents de 1836 à nos jours[modifier | modifier le code]

  • Hippolyte de Barrau (1794-1863), président de 1836 à 1863.
  • Hippolyte de Monseignat (1805-1893), président de 1863 à 1868.
  • Adolphe Boisse (1810-1896), président de 1868 à 1892.
  • Noël Maisonabe (1842-1928), président de 1892 à 1919.
  • Henri Brunet (1853-1928), président de 1919 à 1926.
  • Henri Bousquet (1865-1953), président de 1926 à 1953.
  • Bernard Combes de Patris (1884-1965), président de 1953 à 1965.
  • Pierre Carrère (1898-1984), président de 1965 à 1984, imprimeur, fondateur en 1947 de la Revue du Rouergue
  • Robert Taussat (1920-2016), président de 1984 à 2004.
  • Roger Béteille, président de 2004 à 2009.
  • Jacques Terral, président de 2009 à 2010.
  • Daniel Marty, président de 2010 à 2014.
  • Émily Teyssèdre-Jullian (1970), présidente depuis 2014.

Les membres de droit[modifier | modifier le code]

  • Monsieur le président du Conseil général de l'Aveyron
  • Monsieur le président de la commission culturelle du département de l'Aveyron
  • Monsieur le directeur des services d'archives de l'Aveyron
  • Monsieur le bibliothécaire de la ville de Rodez, représentant les bibliothécaires des bibliothèques municipales du département de l'Aveyron

Liste de personnalités[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Les travaux et les collections[modifier | modifier le code]

La Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron possède une bibliothèque de plus de 50 000 ouvrages et plusieurs fonds d'archives.

Elle publie depuis son origine les Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron (de 1838 à 1864) devenus par la suite Procès-verbaux des séances de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron (de 1864 à 1994) devenus depuis 1995 Études aveyronnaises (qui est le recueil annuel de ses travaux) et qui depuis l'année 2010 est complété par des articles de la Revue du Rouergue.

Elle édite des travaux de recherche sur le Rouergue et organise des colloques et des manifestations culturelles en Aveyron.

Le prix Cabrol[modifier | modifier le code]

La Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron récompense par le prix Cabrol les travaux et les œuvres qui honorent la culture rouergate. Ce prix est désormais remis tous les quatre ans.

Article détaillé : Prix Cabrol.

Le musée[modifier | modifier le code]

Dès 1837, la création d'un musée est décidé afin d'exposer de nombreux objets, qui sont exposés de nos jours au Musée Fenaille, à Rodez.

Article détaillé : Musée Fenaille.

Les publications en ligne[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lettre du conseiller général Hippolyte de Barrau à Mr Jules Duval, directeur du journal Le Ruthénois, en date du 12 novembre 1836. Lettre d'Hippolyte de Barrau à son frère Adolphe de Barrau du 10 avril 1837. Archives S.L.S.A.A. (citée par Robert Taussat dans le numéro hors-série de la Revue du Rouergue intitulé Cent cinquante ans d'une académie de province. La Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, année 1986, pages 12 à 13, et dans le bulletin de liaison et procès-verbaux de la Société des lettres, année 2004). Acte de fondation (Archives S.L.S.A.A.).
  2. a et b Fernand de Barrau, Galerie des préfets de l'Aveyron, tome 2, pages 278 à 284.
  3. Bulletin de liaison et procès-verbaux de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, allocution du président Taussat, décembre 2001.
  4. Julie Lourgant, Images des monuments aveyronnais au XIXe siècle et idéologie patrimoniale, Études aveyronnaises 2008 (recueil des travaux de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron), page 248.
  5. Thibault Corroyez, Les prêtres érudits du diocèse de Rodez des années 1880 aux années 1960, Études aveyronnaises 1999 (recueil des travaux de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron), pages 151 à 161.
  6. Bulletin de liaison et procès-verbaux de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, décembre 2012, liste des membres de la Société au 1er janvier 2013, pages 3 à 6.
  7. a, b et c Bulletin de liaison et procès-verbaux de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, membres de la Société.
  8. Bulletin de liaison et procès-verbaux de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, décembre 2011, liste des membres de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron arrêtée au 1er janvier 2012, page 7.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Etudes aveyronnaises, recueil des travaux de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron
  • Mémoires et procès-verbaux de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron
  • Revue du Rouergue Cent cinquante ans d'une académie de province. La Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, année 1986
  • Patrimoine - Midi-Pyrénées, no 3, avril-juin 2004, pages 56 à 59 (auteurs : Robert Taussat, Pierre Lançon, Sylvie Mouysset)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]