Hervé Guillou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hervé Guillou
Description de cette image, également commentée ci-après

Hervé Guillou en février 2015.

Naissance (62 ans)
Plouha, Drapeau de la France France
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Autres activités
Défense et sécurité
Formation
Distinctions
Officier de la Légion d'honneur,
Officier de l'ordre national du Mérite

Hervé Guillou, né le , est un dirigeant d'entreprise français exerçant dans le secteur de la défense et du nucléaire. Il est aujourd’hui président-directeur général de Naval Group, entreprise industrielle spécialisée dans le naval de défense et les énergies.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hervé Guillou est issu d’une famille de marins bretons[1]. Diplômé de l’École polytechnique en 1976, il intègre l'École nationale supérieure de techniques avancées (ENSTA ParisTech) en 1976[2] et devient ingénieur du génie atomique à l'Institut national des sciences et techniques nucléaires (INSTN) en 1980. Il est par ailleurs diplômé de l’INSEAD, et administrateur certifié de l’IFA Sciences Po.

De DCN à la DGA[modifier | modifier le code]

En 1978, Hervé Guillou commence sa carrière à la Direction des constructions navales de Cherbourg, en tant qu’ingénieur spécialiste sécurité plongée sur les sous-marins nucléaires de type Rubis. Il est ensuite responsable du projet de propulsion nucléaire des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de type Le Triomphant à DCN Indret (1981 -1989)[3].

En 1989, il rejoint la Direction générale de l’Armement (DGA) au cabinet d'Yves Sillard, alors délégué général pour l’armement, en tant que conseiller puis directeur de cabinet. Il contribue avec Jean-Marie Poimbœuf au projet de changement de statut de DCN. Puis, de 1993 à 1996, il est directeur du Joint Project Office Horizon, un programme de frégate anti-aérienne, où il installe à Londres le bureau de programme triparti (Royaume-Uni, Italie, France).

Technicatome[modifier | modifier le code]

De 1996 à 2003, il occupe à Saclay les fonctions de directeur général délégué de Technicatome, société d’ingénierie et de maîtrise d’œuvre spécialisée dans les réacteurs nucléaires de propulsion navale et les installations nucléaires de recherche. Parallèlement, il est de 1999 à 2003 président de Principia (solutions en ingénierie scientifique intervenant dans les domaines naval, offshore et énergie) et de Technoplus Industries (mécanique de haute précision).

EADS[modifier | modifier le code]

En 2003, il intègre le groupe EADS en tant que PDG de Space Transportation, la division franco-allemande spécialisée notamment dans les lanceurs Ariane, les infrastructures orbitales et les missiles de la force française de dissuasion.

De 2005 à 2011, il devient PDG de Defence and Communications Systems basée à Munich, devenue Cassidian Systems. En 2009, il remporte notamment avec Naval Group et Rohde & Schwarz le marché RIFAN 2, un réseau Intranet des forces aéronavales. En 2010 il participe à la création de la société Signalis filiale de Cassidian (60%) et Atlas Elektronik (40%) spécialisée dans les solutions de surveillance maritime et portuaire.

En 2011, il crée Cassidian Cybersecurity[4]à Élancourt (78) dont il devient PDG, avant d’être nommé en 2012 Corporate Executive, Defense & Security au sein d’EADS. De 2012 à 2014, il est Senior Advisor Defence and Security d’EADS[5].

En juillet 2014, il est nommé PDG de Naval Group, succédant ainsi à Patrick Boissier[6].

Décorations[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Hervé Guillou est marié à Marion Guillou, Présidente de Agreenium et administratrice de sociétés. Il est père de trois enfants[9].

Références[modifier | modifier le code]